La notoriété aide-t-elle l'entrepreneuriat?

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Janvier 2015

La notoriété aide-t-elle l'entrepreneuriat?

Offert par Les Affaires


Édition du 17 Janvier 2015

slide-image

Caroline Néron - Présidente fondatrice de Bijoux Caroline Néron

Carrière d'origine

Comédienne de 1992 à 2009 et chanteuse de 2003 à 2010.

Nouvelle carrière

Depuis 2004, elle dirige une entreprise de création et de fabrication de bijoux.

Ce qu'elle dit aujourd'hui

«Je touche actuellement un revenu que je n'ai jamais pu obtenir en tant que comédienne ou chanteuse. Même dans les périodes où je participais à trois projets à la fois.»

Caroline Néron - Présidente fondatrice de Bijoux Caroline Néron
slide-image

Nancie Ferron - Copropriétaire de la Maison Lavande

Carrière d'origine

Journaliste à l'ex-réseau TQS de 1988 à 2008.

Nouvelle carrière

Copropriétaire de Maison Lavande depuis 2007, une entreprise qui cultive et commercialise la lavande.

Ce qu'elle dit aujourd'hui

«Notre notoriété de journalistes, à moi et à mon conjoint Daniel [Joannette], nous a beaucoup aidés. Au début, les gens aimaient venir nous rencontrer. C'est encore le cas aujourd'hui. Les gens aiment les histoires à succès.»

Nancie Ferron - Copropriétaire de la Maison Lavande
slide-image

Mitsou Gélinas - Copropriétaire des entreprises Dazmo, Vidéo Assist et Vidéo MTL en compagnie de son conjoint Iohann Martin et de l'actionnaire Andrew Lapierre

Carrière d'origine

Chanteuse et comédienne dans les années 1990.

Nouvelle carrière

Depuis 1997, elle gère une entreprise de production de musique audiovisuelle (Dazmo), une entreprise de services et de location d'équipements vidéo destinés aux productions cinématographiques et télévisuelles (Vidéo Assist) et une entreprise de services techniques intégrés en préproduction et postproduction (Vidéo MTL). Les trois entreprises emploient au total une centaine de personnes.

Ce qu'elle dit aujourd'hui

«Pour bâtir ma crédibilité, j'ai dû oublier mon personnage de vedette et faire preuve d'une très grande humilité. Le fait que j'aille porter de l'équipement sur les plateaux de tournage à 4 heures du matin a fait prendre conscience aux gens de l'industrie du sérieux de ma démarche. Ça m'a permis d'obtenir la confiance des maisons de production de Fabienne Larouche, de Julie Snyder... Enfin, cette "notoriété" d'entrepreneure me permet aujourd'hui de rayonner davantage au sein du milieu artistique qu'à l'époque où je chantais !»

[Photo: Stéphanie Lefebvre)

Mitsou Gélinas - Copropriétaire des entreprises Dazmo, Vidéo Assist et Vidéo MTL en compagnie de son conjoint Iohann Martin et de l'actionnaire Andrew Lapierre
Par Claudine Hébert

Est-ce que le fait d'être une figure publique aide lorsqu'on se lance en affaires ? Est-ce que ça contribue au succès de son entreprise ?


 Cliquez ici pour consulter le dossier Entreprendre au féminin


«Ça ne peut pas nuire en matière de publicité. Surtout si la personne connaît une carrière médiatique positive. Ça constitue un bel atout lors du lancement de l'entreprise», soutient Michel Grenier, directeur général du Centre d'entrepreneuriat ESG UQAM. Mais, ajoute-t-il, que la personne soit une vedette ou non, les affaires restent les affaires. Pour durer, elle devra rapidement faire ses preuves.


L'ex-comédienne Caroline Néron peut en témoigner. «Lors des trois premiers mois du lancement de mon entreprise de bijoux, les médias en ont abondamment parlé. Une publicité que je n'aurais jamais pu m'offrir. Une fois cette curiosité passée, j'ai dû faire ma place et bosser fort pour bâtir ma crédibilité de femme d'affaires», indique celle qui a fondé Bijoux Caroline Néron il y a 10 ans.


Nombre de banquiers ont douté de la capacité de la comédienne et chanteuse à pouvoir mener sa barque. La plupart des financiers, se rappelle-t-elle, la décourageaient de poursuivre. «Ce n'est seulement que depuis cinq ans, depuis que j'ai remporté certaines distinctions (lauréate dans la catégorie Entrepreneure, grande entreprise du 12e concours du Prix Femme d'affaires du Québec en 2012, 1re au Québec au classement PROFIT 500 des entreprises les plus en croissance en 2013) que ces gens me prennent enfin au sérieux», raconte l'entrepreneure. L'entreprise, qui génère des revenus de plus de 15 millions de dollars, compte 20 points de vente au Québec et plus de 60 distributeurs en Europe. Elle emploie plus de 200 personnes.


Cliquez ici pour consulter le dossier Entreprendre au féminin



image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Shawinigan poursuit la transformation de son économie

BLOGUE. Numérique, électrification des transports, entrepreneuriat… Shawinigan a définitivement ...

Le Bas-Saint-Laurent de plus en plus entrepreneurial et diversifié

Édition du 09 Février 2019 | Pierre Théroux

FOCUS RÉGIONAL: BAS-SAINT-LAURENT — Le Bas-Saint-Laurent regorge de ressources naturelles. Il faut ...

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

Quels sont les titres qui ont marqué l'actualité boursière? Surprise: l'un d'entre-eux n'aura pu faire mieux que SNC.

Faut-il mettre fin au fractionnement de revenu de pension?

Cette mesure fiscale exclusive aux retraités cache des coûts appelés à grimper.

Le fractionnement de revenu, une stratégie claire-obscure

Un lecteur s’interroge sur le fractionnement de revenu de retraite. Première d’une paire de chroniques.