Les nouveautés du Salon du véhicule électrique en photos

Publié le 22/06/2016 à 11:58

Les nouveautés du Salon du véhicule électrique en photos

Publié le 22/06/2016 à 11:58

Par Claudine Hébert

La BMW i3. (Photos: Claudine Hébert)

Depuis sa création en 1969, le Symposium des véhicules électriques (EVS) a longtemps été un rendez-vous d’ingénieurs, d’académiciens et de visionnaires provenant de partout dans le monde, rassemblés pour échanger leurs idées. Mais ce n’est plus le cas. Du moins, ce n’est plus seulement cela.


La 29e édition de la plus grande conférence internationale sur les véhicules électriques, présentée jusqu’au 22 juin au Palais des Congrès de Montréal, a un ton davantage marketing et politique. Et surtout une foule de véhicules électriques. Petit survol du salon de l’EVS29 en quelques photos.



Une navette électrique 100% québécoise en route pour Calgary


Si vous passez cet automne par le nouveau terminal international de l’Aéroport de Calgary, portez bien attention aux navettes YYC Link. La vingtaine de véhicules électriques, qui peuvent accueillir une dizaine de passagers, est une création 100% québécoise.


Présentée lors de l’EVS29, la navette est le fruit d’un consortium composé du Groupe PIT, une division du centre de recherche FP Innovations, de Pointe-Claire, de la firme de conception Precicad, de Québec, de Kargo, un fabricant de véhicules électriques industriels d’Alma, de l’Institut du véhicule innovant de Saint-Jérôme et de la firme de design montréalaise Deutschman.


« Ce projet de plus de 4 millions de dollars a tellement bien fonctionné qu’on a décidé de poursuivre notre collaboration pour concevoir d’autres types de véhicules compacts du genre », indique Yves Provencher, directeur du Groupe PIT chez FPInnovations. Le consortium a profité de l’EVS29 pour officialiser son alliance et son nouveau nom : Movera.



Des Twizy de Renault bientôt à Montréal


Après Vancouver et Toronto, qui lui ont déjà donné le feu vert, la mignonne Twizy de Renault est sur le point de débarquer dans les rues de Montréal cet été. Distribué partout au Canada par le Réseau Azra, une entreprise de Terrebonne, ce véhicule électrique biplace d’une autonomie de 100 kilomètres peut rouler jusqu’à 40km/h.


« Les véhicules seront uniquement offerts sous forme de location au coût de 99$ par mois, incluant l’immatriculation et les assurances », indique Mélanie Carbonneau, présidente du Réseau Azra. L’entreprise qui compte installer quelque 2000 bornes électriques à travers le pays au cours des 18 prochains mois, prévoit livrer 600 Twizy au Canada d’ici la fin de 2017. Sur la photo, on reconnaît Mélanie Carbonneau et Jean-François Carrière de Réseau Azra.



eLion, l’autobus scolaire électrique


Depuis janvier 2016, une vingtaine d’autobus scolaires 100% électrique circulent sur les routes du Québec. Et ce n’est qu’un début, signale Marc-André Pagé, directeur du développement des affaires chez Lion Autobus, de Saint-Jérôme. « Une quarantaine de véhicules s’ajouteront d’ici la fin de l’année », dit-il. Plus d’une quinzaine doivent également prendre le chemin de Sacramento, en Californie. Des transporteurs du Vermont et du Massachussetts s’apprêtent aussi à en recevoir.


Propulsé par un moteur électrique TM4, et recouvert d’un matériau composite qui ne rouille pas, ces autobus jaunes sont les premiers du genre en Amérique du Nord. Le parechoc bleu sert à indiquer la présence d’un moteur électrique. L’entreprise estime à plus de 13 000$ les économies liées à l’usage d’un autobus électrique versus un autobus diesel. Compte tenu des subventions dont peut profiter les transporteurs, l’autobus électrique qui vaut 300 000$ revient à 175 000$ l’unité.



Kargo part à l’assaut des marchés


Depuis trois ans, l’entreprise Kargo, à Alma, développe un véhicule électrique à vocation industrielle. Outre sa motorisation électrique, ce véhicule a la particularité d’être composé à 90% d’aluminium. Il est deux fois plus léger qu’un véhicule en acier, soutient son créateur Pierre Dion, président de Kargo. Jusqu’à maintenant, quelque 150 véhicules ont été produits, dont une cinquantaine ont déjà été envoyés dans une aluminerie au Bahreïn.


« Grâce à l’obtention de notre certification de véhicule à basse vitesse, obtenue à la mi-juin, on se lance officiellement dans le développement de nouveaux marchés. On a d’ailleurs embauché un représentant à cet effet », indique M. Dion. Vendu à partir de 17 500$, le Kargo propose plus d’une dizaine de configurations. La PME cible notamment le secteur industriel, les terrains de campings, les parcs et les villes.



De futurs concepteurs


En attendant de faire leur entrée sur le marché du travail, les apprentis ingénieurs Amanda Hébert et Felipe Guevera participent à l’EVS29 pour présenter l’Esteban VII, le véhicule solaire qui a permis à l’école Polytechnique de prendre le 2e rang lors du Formula Sun Grand Prix, tenu à Austin, Texas, en juillet 2015. « D’avoir la chance de participer à cette épreuve nous donne l’occasion de nous familiariser avec la notion de projet, de travailler avec des matériaux ainsi que des outils dont on n’aurait pas accès au sein du parcours régulier de génie », soulève Felipe Guevera, étudiant en génie mécanique.



Ford veut devenir le leader mondial de la mobilité


En plus d’investir 4,5 milliards de dollars d’ici 2020 pour développer 13 nouveaux véhicules électriques et hybrides, le manufacturier Ford veut devenir le leader mondial de la mobilité, soutient Marc Vejgman, directeur marketing chez Ford Canada, présent au kiosque Ford de l’EVS29. « L’entreprise travaille actuellement sur quelque 25 projets. L’un d’entre eux permettra aux propriétaires de recevoir sur leur appareil mobile de l’information sur les places de stationnement disponibles dans un quartier donné », dit-il.


Des essais populaires


Le Symposium des voitures électriques a une particularité que peu de conférences internationales proposent : un volet public. « C’est essentiel pour faire connaître les divers véhicules électriques, les bonnes pratiques ainsi que les avancées technologiques de notre secteur », souligne Chantal Guimont, présidente et directrice générale de Mobilité Électrique Canada, qui accueille l’EVS29. Plus de 300 personnes ont d’ailleurs participé aux essais gratuits de véhicules électriques lors de la journée du 19 juin. Les essais d’une dizaine de véhicules se poursuivent jusqu’à la fin de l’événement pour les quelque 1500 délégués.


 


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Ottawa imposera sa taxe carbone aux provinces récalcitrantes

23/10/2018 | AFP

« À partir de l’an prochain, on ne pourra plus polluer gratuitement au Canada », a dit Justin Trudeau.

Les entreprises doivent payer plus cher pour réduire les déchets

17/10/2018 | François Normand

Le Canada abrite 0,5% de la population, mais il contribue à 2 % des déchets municipaux produits dans le monde.

À la une

Pourquoi le dollar américain est-il si fort?

Le billet vert approche du sommet de 2002 grâce à plusieurs facteurs favorables, mais gare aux spéculateurs.

Connaissez-vous la croix de Tuominen?

BLOGUE. Un truc carrément génial qui va changer votre quotidien au travail, et même - pourquoi pas? - votre vie.

Bombardier: garder le CRJ, mais continuer de sabrer des postes

Mis à jour il y a 6 minutes | AFP et La Presse Canadienne

« Il n’y a que deux joueurs dans l’industrie » dans ce créneau, « Embraer et [Bombardier] », dit-il.