Des employés à l'affût des pertes chez Cascades

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Janvier 2016

Des employés à l'affût des pertes chez Cascades

Offert par Les Affaires


Édition du 23 Janvier 2016

Chez Cascades, une quinzaine de techniciens et d’ingénieurs travaillent à temps plein sur l’efficacité énergétique pour sa vingtaine d’unités affaires du Québec.

Depuis 2014, Cascades organise des «chasses au trésor» dans ses usines. Elle retire ainsi les employés de leur poste durant une semaine et leur montre une cartographie de la dépense d'énergie dans l'usine, surtout aux étapes du séchage de papier et de la préparation de la pâte dans la chaîne de production, très gourmandes en la matière. Les travailleurs cherchent ensuite en sous-groupe des solutions, expérimentent de nouvelles façons d'utiliser la machinerie, puis établissent un plan d'action.


Retour au dossier Efficacité énergétique


«Après, on constate qu'ils ont un oeil plus averti», affirme Fabien Demougeot, directeur, énergie, chez Cascades.


«L'efficacité énergétique, ça ne se réalise pas devant un fichier Excel, mais sur le terrain en travaillant avec le personnel», souligne Éric Le Couédic, directeur des démarches d'accompagnement en efficacité énergétique à l'Association québécoise pour la maîtrise de l'énergie. «C'est important que toutes les personnes, à tous les échelons de l'entreprise, travaillent dans le même sens.»


Mobiliser les employés


Comment inciter ses employés à adhérer à une démarche d'efficacité énergétique ? «Il faut adapter notre discours selon l'échelon ou les personnes à qui on parle», prévient Sophie Tessier, codirectrice du Pôle e3 : expertise en énergie et en environnement à HEC Montréal. Selon la première enquête sur la gestion de l'énergie en entreprise au Québec, réalisée en 2015 par la Chaire de gestion du secteur de l'énergie de HEC Montréal, les arguments les plus convaincants auprès de la direction sont le rendement économique, les retombées pour les actionnaires et la réduction des impacts environnementaux.


Les travailleurs aux opérations sont cependant moins interpellés par ces sujets. «Il faut leur parler de ce qu'ils vont gagner, pour éviter qu'ils aient l'impression de faire ces efforts pour quelqu'un d'autre, précise Mme Tessier. La beauté de l'efficacité énergétique, c'est qu'il y a énormément de bénéfices : souvent, cela améliore au passage le processus de production ou enlève des irritants pour les employés.» Elle souligne, par exemple, que réduire une perte d'énergie causée par une fuite d'air dans un système de vapeur peut diminuer du même coup le bruit et améliorer le confort des employés.


Après avoir souscrit à la démarche, les employés doivent se l'approprier. Éric Le Couédic croit qu'une bonne démarche doit donner l'impression aux travailleurs qu'ils sont à l'origine des idées. Reste à susciter un engouement. M. Le Couédic suggère de commencer par des mesures qui nécessitent peu de temps et d'argent, comme l'installation de détecteurs de présence pour l'éclairage, et dont les répercussions se font sentir rapidement.


D'après Sophie Tessier, «il faut créer dans l'entreprise le sentiment qu'on a accompli quelque chose», dit-elle. Pour maintenir l'enthousiasme, on doit aussi veiller à communiquer aux employés les résultats de manière compréhensible. «Il ne faut pas parler en kilowattheure ou en mètre cube de gaz. Il faut parler en dollars et mettre un montant sur chacune des actions qu'on fait», dit M. Le Couédic.


Constituer une équipe d'employés spécialisés constitue l'un des premiers conseils que donne Sophie Tessier aux entreprises qui veulent mettre en place un programme d'efficacité énergétique. «Selon la taille de l'entreprise, il y a plusieurs façons de faire», indique Mme Tessier. Mais malgré l'éventail de formules, elle juge qu'au moins un employé de l'entreprise doit être affecté à cette tâche.


Des objectifs ambitieux pour Cascades


Dans le domaine, Cascades est devenue un cas d'école. La multinationale de Kingsey Falls, qui compte près de 11 000 employés, a réuni, en 1997, une poignée d'ingénieurs dans un groupe d'intervention avec pour mission de réduire les coûts en énergie. Aujourd'hui, une quinzaine de techniciens et d'ingénieurs travaillent à temps plein sur l'efficacité énergétique pour sa vingtaine d'unités affaires du Québec, en plus de deux personnes pour les établissements de Toronto et de la côte ouest des États-Unis.


La démarche porte ses fruits. Cascades consomme désormais de 10 à 11 gigajoules d'énergie par tonne métrique de produits vendables, alors que la consommation moyenne de l'industrie des pâtes et papiers avoisine les 26,4 gigajoules par tonne métrique, selon un sondage de l'Association des produits forestiers du Canada mené en 2013.


Parmi les mesures qui ont permis à l'entreprise de réaliser de telles économies d'énergie, on note l'optimisation de la combustion des chaudières pour produire de la vapeur destinée au séchage du papier, ainsi que l'installation de récupérateurs d'énergie installés sur les hottes de machine à papier.


Après avoir visé un objectif de réduction de la consommation d'énergie de 3 % au cours des trois dernières années, Cascades se donne maintenant une cible de réduction plus ambitieuse de 10 % au cours des cinq prochaines années.


«C'est impossible qu'un petit groupe comme le nôtre puisse maîtriser toute l'énergie, admet Fabien Demougeot. Depuis deux ou trois ans, on est plus sur le mode de la formation et de la conscientisation.» Chaque usine aura donc bientôt un employé qui, en plus de ses fonctions, sera désigné comme responsable de l'efficacité énergétique. «C'est lui qui deviendra le point de contact et qui fera avancer les plans d'action .»


Prévoir une enveloppe budgétaire


Au-delà des ressources humaines mobilisées, Sophie Tessier juge pertinent de réserver une enveloppe aux mesures d'efficacité énergétique à l'extérieur du budget global d'opération. «Si c'est le coordonnateur en la matière qui la gère, les gens ne peuvent pas réclamer ces sommes pour autre chose. Cela permet de mettre en oeuvre des projets plus risqués», explique-t-elle.


En 2004, Cascades a créé un fonds d'investissement en efficacité énergétique. En 10 ans, ce fonds a permis d'injecter environ 60 millions de dollars dans des mesures d'économie d'énergie, dont 13 M$ sont issus de subventions. L'entreprise estime avoir réalisé des économies récurrentes de plus de 60 M$ au cours de la même période, grâce aux 200 projets que cette démarche a permis de mettre en place.


Pour mesurer les progrès réalisés, Mme Tessier rappelle l'importance pour les organisations de se doter d'indicateurs. «Il faut parvenir à sortir le coût de l'énergie du montant global des frais généraux.» Dans le cas de Cascades, le calcul du nombre de gigajoules d'énergie consommée par tonne métrique de produits vendables vient remplir ce rôle. Ensuite, l'organisation doit se fixer des cibles de réduction à l'aide de l'indicateur. «Si on fait juste mesurer, on va savoir, mais on n'ira nulle part», souligne Mme Tessier.


Retour au dossier Efficacité énergétique

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Marché de l'habitation

Mardi 04 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À la une

10 choses à savoir lundi

Une cryptomonnaie pour enfants? Comment faire 10000$/mois avec Alexa. Ce geste qui rendra le Canada vraiment écolo.

Bourse: ce qui bouge avant l'ouverture lundi

06:25 | LesAffaires.com et AFP

Les indices pointent vers une ouverture en terrain neutre, lundi matin. Un pari payant pour The Stars Group.

Oui, je suis manipulé!

CHRONIQUE. Quelle est l'ampleur des données détenues sur nous? Ce que j'ai découvert m'a terrifié!