Balado: Les gouvernements ont-ils vraiment un impact sur l'économie?

Publié le 12/09/2018 à 17:41

Balado: Les gouvernements ont-ils vraiment un impact sur l'économie?

Publié le 12/09/2018 à 17:41

Par Stéphane Rolland

Dans le deuxième épisode d’Économie 101, Yves St-Maurice, président du comité des politiques publiques de l’Association des économistes québécois, répond à la question «Les gouvernements ont-ils vraiment un impact sur l’économie ? ». La série est également disponible sur iTunes.


« C’est l’économie, stupide ! » Inscrite à l’aide-mémoire de l’équipe de campagne de Bill Clinton en 1992, cette phrase est passée à l’histoire. L’anecdote illustre bien la théorie qui veut que la santé économique soit le facteur déterminant du sort du gouvernement sortant lors d’une élection. Mais les politiciens y sont-ils réellement pour quelque chose ?


En pleine campagne électorale québécoise, la question tombe à point. À l’occasion du deuxième épisode de notre série de balado-diffusion Économie 101, enregistrée dans le studio de l’Université Concordia, nous en avons discuté en profondeur avec Yves St-Maurice, président du comité des politiques publiques de l’Association des économistes québécois. 


 



« Il faut faire une différence entre les facteurs structurels et conjoncturels, nuance d’entrée de jeu notre invité. C’est sûr que l’économie du Québec est assez ouverte et que des éléments extérieurs peuvent avoir un impact sur elle. On ne peut pas mettre le gouvernement entièrement responsable de cette conjoncture. Par contre, il y a des politiques qui ont eu des effets structurels à long terme. »


Parmi des politiques qui ont changé le visage de l’économie québécoise et canadienne, M. St-Maurice donne en exemple la signature de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) en 1994, l’instauration de la taxe de vente fédérale (TPS) et provinciale (TVQ) au début des années 1990, et l’instauration des centres de la petite enfance (CPE).


Ardent défenseur des CPE, l’économiste Pierre Fortin martèle d’ailleurs régulièrement que les CPE ont contribué à accroître la participation des femmes à l’économie et, par le fait même, à augmenter le produit intérieur brut (PIB). En 1997, le taux d’activité des femmes de 25 à 44 ans était de 76 %. Celui-ci était de 87,5 % en 2017, selon des données de Statistique Canada. En 2012, une étude menée par Pierre Fortin, Luc Godbout et Suzie St-Cerny, a montré que le coût du programme a été inférieur aux revenus fiscaux générés par l’accroissement de la participation des femmes au marché du travail.


Un consensus, mais...


Les actions du gouvernement ont un impact sur l’économie, s’entendent pour dire la plupart des économistes. Au sud de la frontière, par exemple, la majorité d’entre eux estiment que le programme de relance économique adopté par l’administration Obama a permis de réduire le chômage en 2010. Les avis sont cependant un peu plus partagés lorsque vient le temps de déterminer si le jeu en valait la chandelle.


La Chicago Booth School of Business a sondé une quarantaine d’économistes renommés pour leur demander si le taux de chômage en 2010 aurait été plus élevé sans le programme de 2009. L’écrasante majorité (97 %) pensait que oui. Lorsqu’on leur a demandé si les bénéfices de l’intervention en surpasseraient les coûts, le consensus est demeuré fort, mais moins marqué. Ils étaient 75 % à penser que les bénéfices excéderaient les coûts, 19 % admettant ne pas savoir et 6 % pensant que non.


Les politiciens ne prennent pas toujours leurs décisions en fonction de la science économique, car ils doivent d’abord et avant tout tenir compte de l’opinion de leur électorat, croit M. St-Maurice. « Si la rationalité économique dit qu’on doit prendre une certaine position, mais que celle-ci est fortement impopulaire au sein de la population, probablement qu’il [le politicien] ne prendra pas cette position. Il va essayer d’opter pour la solution qui va plaire à plus de monde dans la société. »


Un devoir pour nos lecteurs


« J’invite les gens à écouter les promesses des partis et à voir l’impact de celles-ci sur l’économie et les finances publiques. »


Prochain épisode : « Les gouvernements ont-ils un impact sur l’économie ? », en ligne à partir du 19 septembre

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour à 09:44 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.