Un condo griffé, ça vous dirait ?

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Septembre 2015

Un condo griffé, ça vous dirait ?

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Septembre 2015

Résidences Château Fendi, un complexe de 12 étages à Miami, offre une vue imprenable sur la mer.

La Floride est devenue un terrain de jeu prisé des grandes marques de luxe qui souhaitent se lancer dans l'immobilier. En juillet 2014, la marque italienne Fendi annonçait son projet de Fendi Château Residences, un complexe de 12 étages situé en bord de mer, à Miami. Les acheteurs auront le choix d'ajouter ou non des éléments décoratifs créés par Fendi Casa. Avis aux intéressés, les prix varieront de 5 à 22 millions de dollars américains.


Cliquez ici pour consulter le dossier Luxe


Non loin de là, l'hyper-luxueuse Porsche Design Tower, dont la construction devrait être achevée pour 2016, est un projet de 560 M$ US qui promet notamment aux acheteurs un ascenseur en verre... pour leur automobile. «Pourquoi quitter sa voiture avant d'être arrivé à son appartement ?» s'amuse à répéter le pdg du Groupe Porsche Design, Juergen Gessler. À terme, elle devrait accueillir 2 % des milliardaires du monde.


Armani n'est pas en reste. En plus de son projet Residences by Armani Casa, toujours en Floride, la marque collabore étroitement à la World One Tower, à Mumbai, en Inde, laquelle deviendra la plus haute tour résidentielle du monde, à près de 442 mètres (1 450 pieds), et dont le design intérieur est signé Giorgio Armani.


«Ce phénomène risque d'aller en augmentant, car les promoteurs immobiliers cherchent par tous les moyens à se différencier, lance Martin Leblanc, associé chez Sid Lee Architecture. En général, un promoteur immobilier n'a pas vraiment d'identité forte. S'associer à une marque de luxe reconnue, c'est un raccourci. Ça permet de transposer les valeurs qu'incarne la marque à son projet immobilier.»


Du costume trois pièces à la tour griffée


«L'idée du branding en immobilier n'est pas nouvelle, surtout du côté du design intérieur. On en trouve d'ailleurs des exemples au Québec», dit Philippe Lupien, professeur à l'École de design de l'UQAM.


En 2008, le créateur de mode québécois Philippe Dubuc a réalisé cinq designs de copropriétés, correspondant à autant de styles de vie, pour le projet Oxford, dans l'arrondissement Ville-Marie. Quelques années auparavant, c'était à l'intérieur des maisons préfabriquées des Industries Bonneville que Jean-Claude Poitras prêtait sa griffe, dans ce qui allait devenir la Poitras Casa. Plus récemment, le projet de Yoo Montréal, dans Griffintown, a mis en avant des intérieurs réalisés par Philippe Starck.


Si on saisit rapidement les avantages de l'opération pour le promoteur, on peut se demander ce que viennent faire dans l'immobilier résidentiel toutes ces marques de mode que l'on associe plus facilement à un sac à main ou à une cravate qu'à un trois chambres à coucher avec vue sur la baie de Biscayne.


Cliquez ici pour consulter le dossier Luxe



image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Être «séparés» pour pouvoir louer sur Airbnb: risque en double

09/11/2018 | Dany Provost

BLOGUE INVITÉ. Cette petite manoeuvre est doublement illégale.

Construit-on trop de tours à bureaux au centre-ville de Montréal?

Édition du 10 Novembre 2018 | Martin Jolicoeur

À n'en pas douter, le secteur de l'immobilier commercial connaît une période de grande activité. Après la ...

À la une

10 choses à savoir mercredi

Ceci n'est pas un Vinier! La bague en diamant à 250 000 $US d'Apple. Et voici le premier véritable robot cowboy.

Pour s’enrichir, il y a aussi le facteur chance

On dit des gros rendements boursiers qu’ils sont l’apanage des audacieux. Il y a aussi un peu de chance…

Trois accessoires pour combattre la coûteuse obsolescence programmée

07:00

BLOGUE. Prenez des notes, Noël s’en vient...