Comment louer des destinations cinq étoiles

Publié le 16/09/2015 à 17:48

Comment louer des destinations cinq étoiles

Publié le 16/09/2015 à 17:48

Le marché de la location de luxe a le vent en poupe. Avides de tranquillité ou désireux de vivre une expérience plus authentique que dans un hôtel, les clients fortunés sont plus nombreux à délaisser les palaces pour louer une somptueuse propriété dans les Caraïbes, un château en Provence, ou encore une île privée dans les Seychelles. Zoom sur trois loueurs de biens d’exception.


1. Le Collectionist : Airbnb version grand luxe


C’est à la suite d’une déception que Le Collectionist a vu le jour. L’un des trois associés loue, à Barcelone, un appartement sensé être haut de gamme. Mais, les prestations attendues ne sont pas au rendez-vous. « On a constaté qu’il manquait un label de qualité pour les clients plus exigents», raconte son directeur général, Max Aniort. Lancé fin 2012, le site met en relation des propriétaires de demeures opulentes avec des vacanciers très aisés, à la recherche de maisons de rêve offrant des services hôteliers, comme des transferts depuis l’aéroport ou une conciergerie sur-mesure.


Aujourd’hui, le site français propose 1 000 propriétés réparties dans une centaine de destinations, majoritairement autour du bassin méditerranéen mais aussi ailleurs dans le monde. Le panier moyen se chiffre à 39 000 dollars pour un séjour de deux semaines. La clientèle, surtout européenne, est essentiellement composée de familles.


Riad à Marrakech ou villa au style ultramoderne et minimaliste sur les hauteurs de Saint-Tropez, Le Collectionist sélectionne ses demeures sur des coups de cœur. « Nous n’avons pas de liste de cases à cocher. La propriété doit avoir une âme, explique Max Aniort. Les propriétaires nous contactent directement, mais de 30 à 50% des demandes sont refusées. Lorsque nous nous entendons bien avec un propriétaire, nous lui demandons s’il n’a pas d’autres biens ou des amis intéressés à louer. »


Le Collectionist se repose également beaucoup sur les propriétaires pour se faire recommander par exemple les services d’un chef ou d’un professeur de yoga. « Le propriétaire qui vit à Bali depuis 10 ans est le plus apte à recommander des professionnels sur place », souligne le jeune entrepreneur.


La start-up d’une dizaine de collaborateurs mise sur la technologie. Les clients bénéficient d’une application incluant les informations relatives à la propriété louée mais aussi un guide de la destination. À l’avenir, Le Collectionist souhaite développer une plateforme dédiée aux propriétaires afin de les fédérer.


2. Luxury Retreats : la crème de la crème


Dénicher les meilleures villas dans les plus belles destinations, c’est le pari que relève depuis 1999 Luxury Retreats, une entreprise de location de propriétés de luxe sur Internet. Le catalogue de cette firme montréalaise compte plus de 2 800 villas dans 95 destinations, situées aux quatre coins du globe.


La qualité est une obsession pour Luxury Retreats. Du nombre de coupes de champagne au degré de propreté du barbecue en passant par l’harmonie de la décoration, les propriétés sont inspectées dans les moindres détails avant d’intégrer le portefeuille de Luxury Retreats. « Seulement 2% des candidatures sont acceptées », affirme Nick Guezen, vice-président au développement des produits. Même rigueur du côté des clients dont le profil est vérifié afin de rassurer les propriétaires.


Besoin d’un chef privé, d’un chauffeur ou d’une nounou? Luxury Retreats fournit également tout une gamme de services personnalisés afin d’offrir une expérience extraordinaire de A à Z à ses clients, surtout des familles. « Nous venons de recruter la responsable des services de conciergerie de la carte noire Centurion [la carte de crédit la plus élitiste d’American Express] à Toronto pour être surs de trouver les meilleurs prestataires », précise-t-il.


Dégoter des sapins de Noël dans les Caraïbes ou construire une synagogue temporaire au Mexique pour un locataire très pratiquant, Luxury Retreats ne recule devant rien pour satisfaire ses clients, qui déboursent en moyenne de 30 à 40 000$ par semaine. Certaines factures grimpent jusqu’à 125 000$ la nuit.


En plus du personnel présent sur place, une cinquantaine de Villas specialists sont disponibles par téléphone pour aiguiller ces voyageurs nantis vers la propriété la plus adaptée à leurs attentes. Des employés qui testent eux-mêmes les maisons avec leurs familles afin d’être en mesure de conseiller aux mieux leur clientèle.


3. Private Islands Online : l’intimité insulaire


Profiter du calme d’une île tout en bénéficiant d’un confort haut de gamme, c’est le rêve ! « Les propriétaires de complexes touristiques voulant augmenter leur marge de profit, ces hôtels deviennent saturés. Cela nourrit la demande pour les îles », indique Chris Krolow, PDG de Private Islands Online.


L’entreprise torontoise, dont l’activité principale est de vendre des propriétés insulaires, liste sur son site environ 200 îles privées à louer à travers le monde. Toutes ne sont pas luxueuses et certaines sont à partager avec d’autres vacanciers, mais il est possible d’y trouver de vrais paradis.


Dans les Bahamas, l’île Musha Cay, équipée de sa propre piste d’atterrissage, peut accueillir jusqu’à 24 personnes, qui seront bichonnées par un personnel composé de 20 membres. Prix affiché pour 12 visiteurs : 37 500 $ par jour.


Pour satisfaire le rêve de certains couples qui désirent se sentir vraiment seuls au monde, Private Islands Online, qui possède déjà sa propre île dans la Baie géorgienne, a récemment acheté une île dans les Fidji. Ce petit coin de paradis ne sera doté que d’une seule villa afin de n’être occupé que par deux personnes en même temps. « Si cela marche bien, nous répèterons peut-être l’expérience ailleurs », dit celui qui anime également l’émission de télévision, Island Hunters. 


4. Louer la maison d’une célébrité


Dormir dans le même lit que Leonardo DiCaprio est un fantasme qui peut devenir réalité pour l’espace de quelques nuits. Les fans de l’acteur ont la possibilité de réserver son domaine, situé à Palm Springs, pour 4 500$ la nuit. Il comprend 6 chambres, une piscine, un court de tennis et même une maison pour les invités. Quant à l’hôtel particulier parisien de Lenny Kravitz, ses 16 000 pieds carrés et ses quatre cuisines sont à louer pour la modique somme de 250 000$ par mois.


Certaines vedettes louent même directement leur maison ou leur appartement sur Airbnb. Cet été, la chanteuse Mariah Carey a indiqué sur Instagram que sa villa de Carbon Beach, à Malibu, était disponible sur Airbnb au tarif de 10 000 dollars la nuitée. Carbon Beach étant surnommée « la plage des milliardaires », les vacanciers croiseront peut-être Jeffrey Katzenberg, un des cofondateurs de DreamWorks, ou encore Larry Ellison, l’ancien pdg d’Oracle.


Mariah Carey n’est pas la seule à se tourner vers Airbnb. Lors de la Coupe du monde de football, qui s’est déroulée l’an dernier, la star de soccer brésilienne, Ronaldinho avait loué sa maison de Rio de Janeiro sur Airbnb pour 15 000 dollars la nuit.

À suivre dans cette section


image

Efficacité énergétique

Vendredi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

20/09/2018 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

20/09/2018 | lesaffaires.com

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour le 20/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.