Marie Saint Pierre habille les enfants défavorisés

Publié le 16/04/2011 à 00:00, mis à jour le 14/04/2011 à 11:28

Marie Saint Pierre habille les enfants défavorisés

Publié le 16/04/2011 à 00:00, mis à jour le 14/04/2011 à 11:28

Par Pierre Théroux

On connaît bien Marie Saint Pierre la designer, porte-étendard de la mode québécoise, dont les collections sont présentées à New York et à Paris. Mais beaucoup moins celle qui organise aussi des défilés au profit d'organismes qui viennent en aide aux femmes victimes de violence conjugale, ou celle qui habille des enfants défavorisés de Montréal. Car la créatrice préfère agir en toute discrétion, loin des projecteurs.


" Je ne le fais pas pour l'image. Je ne veux pas utiliser le caritatif pour promouvoir l'entreprise ", dit celle qui voit son engagement comme un retour d'ascenseur.


" Je me sens privilégiée d'avoir un travail que j'aime, surtout dans le domaine difficile des arts et de la création, d'avoir une famille, des enfants, d'être en santé. J'ai reçu beaucoup de la vie. C'est donc important de donner en retour ", précise-t-elle.





Depuis le lancement de sa maison de haute couture à Montréal, en 1987, Marie Saint Pierre a toujours marié mode et engagement communautaire. D'abord pour lutter contre le sida, " une maladie qui a affecté beaucoup de personnes travaillant dans l'univers de la mode ", dit-elle pour expliquer ce premier cheval de bataille.


Améliorer le sort des femmes et des enfants


Puis, elle décide de se préoccuper plus particulièrement de la condition des femmes, " parce que ce sont trop souvent des causes silencieuses ". Elle organise alors des défilés-bénéfice pour soutenir la lutte contre le cancer du sein, mais aussi pour amasser des fonds au profit de la maison La Dauphinelle qui offre un refuge aux femmes victimes de violence conjugale et à leurs enfants.


En 2004, Marie Saint Pierre déménage son atelier de confection de la prestigieuse rue de la Montagne, au centre-ville de Montréal, pour s'établir dans le quartier défavorisé de Saint-Henri. Elle fait face à la pauvreté d'un grand nombre de résidents, souvent des mères monoparentales.


" En me promenant dans le quartier, je voyais des enfants qui se rendaient à l'école sans vêtements d'hiver adéquats. Ça m'a profondément bouleversée, comme femme et comme mère ", raconte-t-elle.


Elle décide alors de lancer le fonds Sous Zéro qui permettrait d'habiller les enfants défavorisés de l'île de Montréal avec des habits de neige neufs. Comme Marie Saint Pierre ne crée pas de vêtements pour enfants, des manufacturiers et des fournisseurs répondent à l'appel en donnant des vêtements neufs. La Fondation immobilière de Montréal pour les jeunes a emboîté le pas avec une contribution annuelle qui a atteint 10 000 dollars au cours des dernières années.


" La réponse a été très positive. Aujourd'hui, le fonds peut compter sur un réseau d'entraide qui permet d'habiller de plus en plus d'enfants ", dit Mme Saint Pierre.


Un hiver plus chaud


La première année, le fonds a offert des vêtements d'hiver à 89 enfants démunis. Cet hiver, plus de 700 enfants de divers quartiers montréalais ont reçu des manteaux, tuques et mitaines. Outre le fait de permettre à des enfants de pouvoir profiter chaudement de l'hiver dans des vêtements neufs, " ça leur donne aussi bonheur et fierté, et c'est important d'y goûter très tôt dans la vie ", dit-elle.


Mme Saint Pierre a confié la gestion du fonds Sous Zéro au Centre communautaire Hochelaga. " Ça prend des gens qui savent s'occuper de la logistique et faire des reçus d'impôt ", dit-elle.


" Marie Saint Pierre a su donner l'élan à un projet qui ne cesse de grandir ", dit Roland Barbier, directeur de cet organisme qui assure le lien entre les fournisseurs et les écoles. Celles-ci évaluent les besoins de leurs élèves et font ensuite une demande au centre communautaire du quartier Hochelaga-Maisonneuve.


" Les besoins sont encore plus grands, et nous espérons un jour pouvoir donner chaque année des vêtements à plus de 1 000 enfants ", précise M. Barbier.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Lightspeed vise le milliard des licornes

Il y a 51 minutes | Dominique Beauchamp

Le concepteur de logiciels aux points de vente pour les PME émet ses actions à un multiple d'environ 16 fois ses revenus

La société montréalaise Lightspeed entre en Bourse

Mis à jour le 07/02/2019 | Denis Lalonde

La société montréalaise Lightspeed POS prépare son entrée en Bourse et souhaite obtenir un montant de 200 millions $.

Le camionneur TFI sur les rangs pour un achat opportuniste aux États-Unis

TFII a fait une offre pour les actifs de livraison au dernier kilomètre de l'Américaine BeavEx en faillite.