Marcel Côté mène la danse

Publié le 05/03/2011 à 00:00, mis à jour le 18/03/2011 à 14:25

Marcel Côté mène la danse

Publié le 05/03/2011 à 00:00, mis à jour le 18/03/2011 à 14:25

Le cofondateur de Secor fait plus que présider le conseil de la Compagnie Marie Chouinard, il agit comme un ambassadeur de la danse moderne.


Apprendre que l'associé principal et cofondateur de la firme-conseil en stratégie et en management Secor est féru de danse moderne est un peu surprenant, avouons-le. Lui-même ne s'attendait pas à être aussi séduit par cette discipline artistique quand un ami l'a invité à un spectacle de la Compagnie Marie Chouinard, il y a une dizaine d'années. " J'ai adoré ! C'était sublime. Je suis tombé dans le piège qu'on m'avait tendu et j'ai accepté de faire partie d'un comité de financement. "


Au début, plusieurs levaient les sourcils quand Marcel Côté leur demandait une contribution financière. " La plupart n'avaient jamais vu un spectacle de Marie Chouinard, dit-il. Quand ils signaient le chèque, ils disaient oui à Marcel Côté plutôt qu'à la cause. "


Le consultant ne compte plus les spectacles qu'il a vus à Venise, Paris, Rome, Vienne... C'est qu'il a l'habitude de faire coïncider ses vacances avec les tournées à l'étranger de la troupe de danse. Et il n'a aucune difficulté à convaincre son épouse de le suivre : elle est aussi passionnée de danse moderne que lui. " Chaque fois, j'en profite pour inviter des clients étrangers dans l'espoir de les convertir ! "


Sa passion pour l'entreprise qu'il soutient est contagieuse. Il faut l'entendre souligner le talent de Marie Chouinard. " C'est l'une des meilleures chorégraphes du monde. Elle définit les nouvelles frontières de la danse. Dans plusieurs pays d'Europe, c'est une star. Ses oeuvres sont très attendues et jouent à guichets fermés dans des salles de 1 000 places. "


 





Cette admiration, la principale intéressée le lui rend bien. " C'est un président de conseil d'administration formidable. Il a un bon sens de l'humour et il est toujours optimiste. Chez nous, un problème est une occasion de création. Marcel cadre parfaitement dans cette philosophie, lui qui se concentre sur les solutions. "


Le défi du financement


Marcel Côté, économiste de formation, a orchestré une importante campagne de financement en 2007 qui a permis de recueillir 400 000 $. " Comme il a de nombreux contacts, cela nous a ouvert des portes ", souligne Marie Chouinard, en précisant qu'il est difficile pour une entreprise de création artistique detrouver du financement. Cette somme, qui s'ajoutait à des subventions provinciale et fédérale, a servi à l'achat et à la transformation en centre chorégraphique du bâtiment qui abritait auparavant Bibliothèque et Archives nationales du Québec, rue de l'Esplanade, à Montréal.


Monique Leroux, présidente du Mouvement Desjardins - et pianiste - avait accepté de jouer Les Préludes de Chopin pour la cause. Le DVD était envoyé aux gens d'affaires sollicités. " Ça nous faisait une belle carte de visite ", dit Marcel Côté, fier de son coup.


Il espère obtenir un autre succès avec la prochaine campagne de financement, dont le coup d'envoi sera donné ce printemps. Cette fois-ci, la Compagnie Marie Chouinard, qui célèbre ses 20 ans cette année, vise à amasser 250 000 $ pour refaire le toit de son siège social et installer un monte-charge. La minière Osisko, qui exploitera bientôt un important gisement d'or à Malartic, en Abitibi, s'est engagée à contribuer.


" Par le passé, Alcoa nous a aussi appuyés, rappelle Marcel Côté, un natif de Malartic. Ces entreprises sont des chefs de file qui ont une vision mondiale, tout comme Marie Chouinard, qui donne les trois quarts de ses représentations à l'étranger. "


Reste qu'il est ardu de convaincre le monde des affaires de soutenir les arts, en particulier ceux de création. " Les gens d'affaires préfèrent appuyer les valeurs sûres, comme les enfants malades ou les arts établis, déplore l'associé de Secor. C'est pourtant une responsabilité collective que d'encourager la création. "


Plusieurs entreprises concentrent leurs dons dans un seul domaine. Marcel Côté estime au contraire qu'il faut se diversifier pour mieux refléter la société, quitte à avoir un secteur de prédilection. Lui-même appuie surtout la culture, avec des engagements, entre autres, à la Société de musique de chambre de Montréal, au Musée d'art contemporain, à l'Orchestre symphonique de Montréal. Cependant, il soutient aussi des causes sociales et en santé, comme la Fondation du Grand Montréal.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.