Luc Lissoir a troqué la toge pour la truelle

Publié le 02/04/2011 à 00:00, mis à jour le 31/03/2011 à 10:08

Luc Lissoir a troqué la toge pour la truelle

Publié le 02/04/2011 à 00:00, mis à jour le 31/03/2011 à 10:08

L'avocat Luc Lissoir voulait aider concrètement. Il a été servi avec son projet de participer à la rénovation d'une école du Guatemala.


Difficile d'imaginer Luc Lissoir, un avocat en droit des affaires chez Gowlings, toujours sérieux et posé, en bleu de travail, maniant la truelle du matin au soir. C'est pourtant ce qu'il a fait pendant trois jours l'été dernier.


Il participait à Volcano, un projet combinant mission humanitaire et défi physique, mis sur pied par le bureau montréalais du cabinet. Douze personnes, avocats et gens d'affaires, se sont ainsi envolées pour le village d'Antigua, où elles ont distribué des vêtements et des jouets, construit un trottoir de ciment à l'entrée d'une école, peint des murs de classes et entretenu des jardins. Elles ont ensuite fait l'ascension du volcan San Pedro, qui culmine à quelque 3 000 mètres.





Ce périple était également une occasion de recueillir des fonds pour la Fondation du Dr Julien, qui vient en aide aux enfants en difficulté et à leur famille dans ses deux centres de pédiatrie sociale, dans les quartiers Hochelaga-Maisonneuve et Côte-des-Neiges. Les employés et les associés des bureaux canadiens du cabinet d'avocats ont ainsi remis 40 000 $ à l'organisme montréalais.


C'est la jeune avocate Jasmine Adhami qui a eu l'idée du projet Volcano. Luc Lissoir, son mentor, a décidé non seulement de l'appuyer, mais aussi de participer. " J'aimais le fait que ce projet contribue à aider des enfants au Québec et dans un autre pays. " Et puis, il désirait aussi sortir de sa zone de confort. " L'engagement communautaire est plus généralisé chez les jeunes. Jasmine avait participé à des activités semblables au secondaire et au collège. Ma fille de 20 ans, Frédérique, également. D'ailleurs, celle-ci me dit souvent que c'est bien de donner de l'argent, mais qu'il faut aussi mettre concrètement la main à la pâte. "


Épreuve difficile


À 55 ans, l'avocat, qui compte 30 ans d'expérience en droit, était le doyen du groupe de participants. Et fumeur, de surcroît! C'est pourquoi certains collègues doutaient qu'il réussisse à gravir le volcan, allant même jusqu'à parier qu'il se désisterait !


Si les sceptiques avaient pu regarder en direct l'ascension du volcan, ils auraient sans doute pensé avoir raison. " Il y avait une pluie diluvienne, raconte le juriste. Je m'arrêtais souvent pour reprendre mon souffle. Un vieillard, qui portait un lourd chargement de bois sur le dos, m'a dépassé en courant presque. Ça m'a un peu découragé... Mais j'ai continué. Je suis arrivé au sommet parmi les derniers - mais pas le dernier -, après cinq heures d'ascension. "


Cependant, il n'était pas au bout de ses peines. La descente a été pire encore. " Il y avait beaucoup de boue. C'était glissant et tout le monde a fait des vols planés à quelques reprises ! " Malgré cela, M. Lissoir est prêt à repartir. " Si vous aviez vu le sourire des enfants et de leurs parents quand nous leur avons distribué les objets que nous leur avions apportés ! Et leurs yeux ! Voir de façon tangible les résultats de notre aide, c'est cela qui est gratifiant. "


L'associé de Gowlings aura sûrement encore l'occasion de revoir ces sourires et de mélanger du ciment, car un deuxième projet est en préparation. Il se réalisera probablement au printemps de 2012 (hors de la saison des pluies, cette fois), au Guatemala ou au Belize. La formule sera la même : des travaux dans un établissement local, une collecte de fonds pour un organisme d'ici et un défi physique.


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Contrats publics

Lundi 10 juin

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

CDPQ : des enjeux de gouvernance font ombrage aux bons résultats

21/02/2019 | Daniel Germain

Les déboires de la filiale Otéra Capital ouvrent la voie à une réflexion plus large.

Michael Sabia à la défense de SNC-Lavalin

21/02/2019 | Stéphane Rolland

« C’est important de comprendre l’ampleur du changement qu’il y a eu dans cette société», rappelle-t-il.

La Caisse échappe aux pertes

21/02/2019 | Stéphane Rolland

La Caisse a affiché un rendement de 4,2% en 2018, malgré une année difficile sur les marchés boursiers mondiaux.