Le GPS pour optimiser les livraisons

Publié le 27/12/2010 à 10:15

Le GPS pour optimiser les livraisons

Publié le 27/12/2010 à 10:15

Par Pierre Vallée

Au-delà du gadget, la géolocalisation, qui utilise le GPS pour repérer la position d’un objet sur un plan ou une carte, est devenue un outil incontournable dans le domaine du transport.


Natrel s’est lancée dans l’aventure en 2004 en équipant ses quarante tracteurs d’un système capable de fournir chaque lundi un rapport d’évaluation détaillant la vitesse des camions, le temps pendant lequel le moteur tournait au ralenti, et le temps d’attente et de livraison. Ensuite, l’entreprise a demandé à ses sous-traitants d’équiper leurs tracteurs du même système.


Les retombées ne se sont pas fait attendre. En 2008, la firme a réussi à réduire de moitié le temps de fonctionnement au ralenti. Combiné avec la limitation de la vitesse des camions à 90 km/h, cela s’est traduit par une diminution annuelle de 20 000 litres de la consommation de carburant et une réduction de 46 tonnes des émissions de gaz à effet de serre.

Vaincre les résistances

L’entreprise a dû faire à certaines résistances de la part des chauffeurs et s’ajuster en conséquence. « Par exemple, nous avons installé dans les tracteurs des chauffe-cabines ce qui permet au chauffeur de couper le moteur par temps froid », illustre Serge Théorêt, vice-président à la distribution et à la logistique chez Natrel.


Quant à la limitation de la vitesse, elle a fini par gagner l’adhésion des chauffeurs. « Ils en sont aujourd’hui très fiers. Chez Natrel, les préoccupations environnementales ne sont pas le fait de la seule direction, c’est un souci qui est partagé par l’ensemble des employés. »


La géolocalisation a permis aussi de réaliser des gains en efficacité sur le temps d’attente et de livraison chez le client. « Le système nous a permis de mieux comprendre les raisons de ces attentes. Le quai de débarquement ainsi que les façons de faire varient selon le client. Nous avons été en mesure de nous ajuster, soit en proposant au client des modifications qui réduisent le temps d’attente, soit en modifiant le routage des livraisons de sorte à livrer au moment optimal chez le client, quand l’attente risque d’être la moins longue. »

Prochaine étape : les remorques

Si Natrel a choisi d’intégrer cette technologie à ses activités de livraison, ce n’était pas pour suivre à la trace les camions sur la route. « Chez Natrel, nous faisons de la livraison dédiée. Contrairement à une entreprise de livraison, comme Purolator, ou une entreprise de transport, comme le Groupe Robert, nous n’avons pas besoin de connaître le positionnement exact en temps réel de nos véhicules. »


L’entreprise envisage maintenant d’équiper aussi ses remorques d’un système de géolocalisation. « Lorsqu’elles ne roulent pas, nos remorques sont garées dans plusieurs stationnements. Connaître précisément le positionnement de ces remorques nous permettrait d’optimiser leur gestion et leur utilisation. Dans une industrie comme la nôtre, la marge bénéficiaire n’est pas élevée et chaque quart de cent économisé compte. »


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Trois conseils pour améliorer son efficacité énergétique

Édition du 13 Janvier 2018 | Yan Barcelo

On peut conduire le cheval jusqu'à l'abreuvoir, mais on ne peut l'obliger à boire. L'adage s'applique tout ...

Pourquoi vous pouvez (plus que jamais) battre le marché

Édition du 08 Avril 2017 | Yannick Clérouin

CHRONIQUE. Plus grand monde ne semble vouloir se battre contre le marché. Voilà une occasion en or.

OPINION Comment désengorger le système judiciaire
12/12/2016 | Valérie et Sylvia Gilbert
Le citoyen est aussi un client
11/05/2016 | Valérie et Sylvia Gilbert
Les irréductibles Gaulois de l'efficacité énergétique
04/02/2016 | Nathalie Vallerand

À la une

L'empreinte montréalaise dans Blade Runner 2049

Il y a 22 minutes | Denis Lalonde

Il n'y a pas que le réalisateur Denis Villeneuve qui a légué une empreinte québécoise au film Blade Runner 2049.

La Chine commence à «manquer de bras»

Il y a 22 minutes | François Normand

ANALYSE. La population active en Chine diminue depuis 2012. Et les prévisions donnent le vertige.

Vidéo: encore un bon moment pour investir dans le REER?

Il y a 22 minutes | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Après les soubresauts boursiers, est-ce encore un bon moment pour investir dans son RÉER?