Un nouveau modèle d'écotourisme avec Kilomètre81

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Avril 2018

Un nouveau modèle d'écotourisme avec Kilomètre81

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Avril 2018

Par Denis Lalonde

­Jade ­Ferlatte et Aurélie ­Pelletier, les deux cofondatrices de ­Kilomètre 81, ont remporté les grands honneurs de la troisième édition du ­Défi ­Start-up  7. Les trophées remis lors de la soirée ont été conçus et produits par la start-up montréalaise Lezar3D. [Photo : ­CEADS]

DÉFI START-UP 7 | La start-up Kilomètre 81 a remporté les grands honneurs de la troisième édition du Défi Start-up 7 organisé par Les Affaires. Lors de ce défi, les entrepreneurs potentiels sont invités à démarrer leur start-up en sept jours avec un budget maximal de 700 dollars. À la fin de la semaine, les participants soumettent leur projet par vidéo, puis un jury composé de professionnels de l'entrepreneuriat sélectionne sept finalistes. Ces derniers étaient présents, le 5 avril à l'espace Montréal Cowork, pour faire une présentation de moins de trois minutes devant le jury et une centaine d'invités.


Les deux cofondatrices de Kilomètre 81, Jade Ferlatte et Aurélie Pelletier, âgées respectivement de 20 et 18 ans, rayonnaient au terme de la soirée. « Nous sommes des passionnées d'écologie et de voyage. Nous avons décidé de lancer le projet au moment de l'inscription au Défi », raconte Mme Ferlatte, qui a rencontré son acolyte sur les bancs de l'Université Laval en septembre. « À notre première session, nous avions tous nos cours ensemble. Après avoir bu quelques cafés, nous nous sommes rendues compte que nous partagions des intérêts communs. Depuis le début du Défi, les choses ont beaucoup évolué », dit-elle.


Ensemble, elles ont eu l'idée de proposer un nouveau modèle d'écotourisme. Kilomètre 81 mise sur la conversion d'un autobus scolaire en mini-auberge sur roues qui ferait halte dans des sites de camping. Les cofondatrices songent à installer un jardin sur le toit du véhicule pour y faire pousser des fruits et des légumes. L'option d'y installer des panneaux solaires est aussi à l'étude. L'objectif est de réduire la consommation d'énergie et la quantité de déchets produits tout au long des trajets. « Nous voulons faire des choix écoresponsables en ce qui concerne l'alimentation et le respect des écosystèmes que nous visiterons », expliquent les jeunes dirigeantes, qui ciblent les adultes de 18 à 35 ans.


« On ne mise pas sur le confort, mais plus sur l'aventure et la découverte, tout en mettant de l'avant le volet écologique de nos voyages », ajoute Mme Pelletier. Selon un sondage maison effectué durant la semaine du Défi (du 19 au 25 mars), les répondants seraient prêts à payer jusqu'à 2 000 $ pour un voyage clés en main, incluant le transport, les repas et les nuitées en camping. « Tout va dépendre de la durée des voyages et de la destination. C'est certain qu'un voyage dans Charlevoix ou en Gaspésie ne coûtera pas le même prix qu'une escapade à Banff, en Alberta », raconte Mme Pelletier.


La société compte prochainement lancer une campagne de sociofinancement par La Ruche Québec afin d'obtenir un montant de 15 000 $. L'argent servira à financer partiellement l'achat et la conversion de l'autobus scolaire qui transportera les voyageurs.


 


CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER LE DOSSIER «DÉFI START-UP 7 - 3e ÉDITION»



À suivre dans cette section


image

eCommerce B2B

Mardi 29 mai


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

«Start-uppers»: l'angoisse derrière le rêve

Il y a 33 minutes | The Conversation

Les start-uppers sont souvent présentés (et perçus) comme des figures de la puissance et du ...

Offrir le pouvoir de décision aux milléniaux

30/04/2018 | lesaffaires.com

Le «shadow comex», première étape de l’implication des milléniaux dans la gouvernance des entreprises.

À la une

Les jeunes entrepreneurs ne sont pas le futur, ils sont le présent

BLOGUE INVITÉ. Réflexion sur mon passage de 18 mois à la présidence de la Jeune chambre de commerce de Montréal.

«Start-uppers»: l'angoisse derrière le rêve

Il y a 33 minutes | The Conversation

Les start-uppers sont souvent présentés (et perçus) comme des figures de la puissance et du ...

C2 Montréal: employeurs, cessez de vous fier aux références

BLOGUE. Les hommes blancs sont surreprésentés dans les références. L'atelier "Capital impartial" en parle.