BiotiFull: un modèle d'affaires qui prend forme

Publié le 25/01/2018 à 12:40

BiotiFull: un modèle d'affaires qui prend forme

Publié le 25/01/2018 à 12:40

Par Denis Lalonde

(Photo: courtoisie)

Lancée à l'occasion de la deuxième édition du Défi Startup 7, la société BiotiFull poursuit son chemin avec l'intention de percer un marché bien précis: celui des campagnes de financement. 


La mission de BiotiFull est toujours d’offrir aux adolescents et jeunes adultes des produits de soins corporels bons pour eux et pour l’environnement, sans agent nocif. Elle cible entre autres les personnes qui font des réactions cutanées ou qui peuvent être allergiques à certains produits achetés en pharmacie.


BiotiFull a déjà conçu 10 produits avec l'aide d'un chimiste. Du nombre, 8 sont pour les filles. Les gammes Berry Burst et Endless Summer comptent chacune un shampoing, un revitalisant, un vapo-démêlant, et un gel douche. De leur côté, les garçons peuvent se procurer un shampoing et un gel douche de la marque Wild Nature. 


La fondatrice de l'entreprise, Isabelle Audet, assure que les enfants plus jeunes peuvent aussi utiliser les produits sans danger. 


«Honnêtement, faire des produits de soins corporels bons pour la peau et pour l'environnement, ce n'est pas très compliqué. Mais il faut vouloir le faire. Mes filles étaient tannées de faire des allergies avec des produits achetés en pharmacie et c'est ce qui m'a donné l'idée de démarrer l'entreprise», dit la fondatrice, qui possède un baccalauréat en mathématiques statistiques, un certificat en administration et une formation en gestion de projets. 


La société a amorcé ses activités en février 2017 et sa boutique en ligne a été lancée durant l'été.


Les écoles et les clubs sportifs sont ciblés


«Je vise surtout les campagnes de financement auprès des écoles secondaires et des clubs sportifs», dit Isabelle Audet. 


BiotiFull a entre autres signé des partenariats avec le club de gymnastique les Réflexes de Boucherville et le club de natation Mustang, de la même municipalité.


«Les gens sont contents d'acheter des produits locaux. Ça fait changement des oranges et du chocolat. La différence, les produits de soins corporels sont d'usage quotidien. Outre le geste de donner pour une bonne cause, on offre la possibilité de faire des campagnes qui durent plus longtemps», explique Mme Audet.


Bien sûr, la société possède sa boutique en ligne, mais la dirigeante soutient que les gens qui voudront continuer de s'approvisionner dans le temps pourront le faire auprès de leur association sportive grâce à des livraisons mensuelles. «Ça peut leur assurer des revenus potentiels tout au long de l'année», dit-elle.


Du côté des écoles secondaires, BiotiFull pourrait s'associer à des campagnes de financement pour les voyages scolaires ou les bals de finissants.


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Mahonix Surf Shop change (un peu) de nom

12/07/2018 | Denis Lalonde

DÉFI START-UP 7. Mahonix Surf Shop, devenue Mahonix, est sur le point de lancer son site Internet transactionnel.

Offrir le pouvoir de décision aux milléniaux

30/04/2018 | lesaffaires.com

Le «shadow comex», première étape de l’implication des milléniaux dans la gouvernance des entreprises.

À la une

Des données «portables» pour les internautes

20/07/2018 | AFP

Des géants de la tech, dont Facebook, promettent de faciliter la portabilité des données

Le Club Med «made in Quebec» porte maintenant un nom

20/07/2018 | Catherine Charron

Dites bonjour au Club Med Québec Charlevoix.

Le Japon renoue avec le blé canadien

Le Japon avait interrompu ses importations après la découverte de blé génétiquement modifié et non autorisé en Alberta.