BiotiFull: un modèle d'affaires qui prend forme

Publié le 25/01/2018 à 12:40

BiotiFull: un modèle d'affaires qui prend forme

Publié le 25/01/2018 à 12:40

Par Denis Lalonde

(Photo: courtoisie)

Lancée à l'occasion de la deuxième édition du Défi Startup 7, la société BiotiFull poursuit son chemin avec l'intention de percer un marché bien précis: celui des campagnes de financement. 


La mission de BiotiFull est toujours d’offrir aux adolescents et jeunes adultes des produits de soins corporels bons pour eux et pour l’environnement, sans agent nocif. Elle cible entre autres les personnes qui font des réactions cutanées ou qui peuvent être allergiques à certains produits achetés en pharmacie.


BiotiFull a déjà conçu 10 produits avec l'aide d'un chimiste. Du nombre, 8 sont pour les filles. Les gammes Berry Burst et Endless Summer comptent chacune un shampoing, un revitalisant, un vapo-démêlant, et un gel douche. De leur côté, les garçons peuvent se procurer un shampoing et un gel douche de la marque Wild Nature. 


La fondatrice de l'entreprise, Isabelle Audet, assure que les enfants plus jeunes peuvent aussi utiliser les produits sans danger. 


«Honnêtement, faire des produits de soins corporels bons pour la peau et pour l'environnement, ce n'est pas très compliqué. Mais il faut vouloir le faire. Mes filles étaient tannées de faire des allergies avec des produits achetés en pharmacie et c'est ce qui m'a donné l'idée de démarrer l'entreprise», dit la fondatrice, qui possède un baccalauréat en mathématiques statistiques, un certificat en administration et une formation en gestion de projets. 


La société a amorcé ses activités en février 2017 et sa boutique en ligne a été lancée durant l'été.


Les écoles et les clubs sportifs sont ciblés


«Je vise surtout les campagnes de financement auprès des écoles secondaires et des clubs sportifs», dit Isabelle Audet. 


BiotiFull a entre autres signé des partenariats avec le club de gymnastique les Réflexes de Boucherville et le club de natation Mustang, de la même municipalité.


«Les gens sont contents d'acheter des produits locaux. Ça fait changement des oranges et du chocolat. La différence, les produits de soins corporels sont d'usage quotidien. Outre le geste de donner pour une bonne cause, on offre la possibilité de faire des campagnes qui durent plus longtemps», explique Mme Audet.


Bien sûr, la société possède sa boutique en ligne, mais la dirigeante soutient que les gens qui voudront continuer de s'approvisionner dans le temps pourront le faire auprès de leur association sportive grâce à des livraisons mensuelles. «Ça peut leur assurer des revenus potentiels tout au long de l'année», dit-elle.


Du côté des écoles secondaires, BiotiFull pourrait s'associer à des campagnes de financement pour les voyages scolaires ou les bals de finissants.


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 16 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Du début à la suite

Édition du 27 Janvier 2018 | Julie Cailliau

Que ferez-vous, pendant la semaine du 19 mars 2018 ? Si vous caressez timidement le rêve de vous lancer en affaires, ...

Envie de lancer une entreprise en 7 jours? Écoutez ces conseils

24/01/2018 |

Envie de lancer une entreprise en 7 jours? Écoutez les conseils d'un gagnant de la première édition du Défi Start-up 7!

OPINION La belle année
Édition du 13 Janvier 2018 | Julie Cailliau
Défi Start-up 7 : découvrez les grands gagnants
Édition du 25 Février 2017 | Denis Lalonde
Découvrez les espaces de coworking participants
15/01/2017 | Les Affaires

À la une

Sauver Bombardier grâce au métro est une hypothèse intéressante selon Couillard

Le sauvetage de l'usine Bombardier de La Pocatière grâce au métro de Montréal est une ...

Le Port de Sept-Îles, bientôt dans la cour des grands

BLOGUE. Surveillez bien Sept-Îles dans les mois à venir. Et plus particulièrement son port qui aspire ...

La quintessence du cliché français fête ses 30 ans

Pour l'occasion, l'édition parisienne du Dîner en Blanc accueillera 10 000 convives de partout dans le monde