Défi Start-up 7 : des nouvelles de nos lauréats


Édition du 16 Juillet 2016

Défi Start-up 7 : des nouvelles de nos lauréats


Édition du 16 Juillet 2016

Par Matthieu Charest

« Le Défi a vraiment été un déclencheur. De plus, le fait de gagner m’a vraiment donné de la crédibilité », dit Mark Bruk, lauréat du Grand Prix avec JobMap. [Photo : Martin Viau]

Quelque huit mois après le Défi Start-up 7, organisé par Les Affaires en novembre dernier, le projet gagnant du Grand Prix est en voie de passer de l'idée embryonnaire au succès potentiel.


Découvrez l'ensemble du Défi Start-up 7 sur defistartup7.ca


 


Le principe du Défi était de créer une start-up en 7 jours avec un maximum de 700 $. Autant dire qu'au terme de cette semaine de travail intense, les projets des 10 équipes finalistes étaient inachevés, quoique très prometteurs. Mark Bruk, lauréat du Grand Prix avec JobMap, a su convertir cette promesse en réalité. «Le Défi a vraiment été un déclencheur, raconte le jeune entrepreneur de 32 ans. De plus, le fait de gagner m'a vraiment donné de la crédibilité. Pour les jeunes, les concours d'entrepreneuriat sont très importants.»


Tout de suite après le Défi, JobMap a attiré 25 entreprises sur sa plateforme. Son service : une application de recherche d'emplois géolocalisée. Ce «Netflix du recrutement», explique M. Bruk, permet aux entreprises d'afficher autant de postes qu'elles le souhaitent pour 10 $ par mois, par emplacement ou succursale. Les organismes à but non lucratif peuvent s'inscrire gratuitement.


De leur côté, les chercheurs d'emploi peuvent voir toutes les offres disponibles près d'eux et poser leur candidature sur-le-champ. En plus de leur CV, les candidats peuvent également soumettre des vidéos et voir des photos de leur lieu de travail potentiel.


Lancement prévu sous peu


Depuis novembre 2015, le jeune pdg s'est entouré d'une équipe (ils sont maintenant huit), il s'est attelé à développer son produit et il a fait plusieurs présentations auprès de clients potentiels.


«Nous avons environ 120 clients potentiels, dont certains sont très gros. Il y a aussi la Ville de Longueuil, celle de Burlington (Vermont), le Conseil canadien du commerce de détail et la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante qui sont intéressés, affirme-t-il. Nous avons fait un sondage sur Facebook, avec près de 3 400 répondants, et 50 % d'entre eux n'étaient pas heureux dans leur emploi actuel. Il y a vraiment un marché à conquérir.»


Si le parcours est semé d'embûches, du démarrage au lancement, le plus grand écueil qu'a dû surmonter Mark Bruk, «c'était de trouver des gens loyaux. Ça prend des gens de coeur et de passion pour avoir une bonne cohésion dans l'équipe. Et c'est extrêmement difficile à trouver. Des fois, même notre instinct nous trompe».


Malgré les obstacles, il espère lancer son application dès la mi-août, afin de profiter de la rentrée scolaire. Certains étudiants, sa cible principale, voudront se trouver un emploi alors que des entreprises chercheront des employés pour l'année.


D'ici un an, espère-t-il, «nous serons dans plusieurs pays et nous compterons au moins 50 000 clients».


Le point sur d'autres lauréats


Carl O'Brien compte aussi sur l'été pour faire décoller son projet Chic Esthétique Automobile Étudiants, qui a obtenu une mention d'honneur du jury. Le fondateur du réseau de franchises étudiantes de lavage de voitures espère que de 10 à 20 jeunes embarqueront dès cet été et qu'ils se lanceront eux-mêmes en affaires avec un ensemble de démarrage offert gratuitement. Si M. O'Brien ne fait pas de revenus avec ces franchises, il espère en retirer grâce au référencement fait par les jeunes qui enverront des clients à son atelier d'esthétique automobile pour des travaux plus complexes.


En revanche, la start-up Albert Schola (Prix du public), qui aspirait à offrir un programme de formation qui se démarque par son utilité dans la vie de tous les jours, a cessé ses activités.


Mention d'honneur du jury, le site Twido.ca (plateforme transactionnelle, qui offre des trousses d'initiation à de nouvelles activités) est en veilleuse depuis le Défi. Mais David Gaudreault, l'un des deux cofondateurs, promet de s'y consacrer au cours de la prochaine année.


Découvrez l'ensemble du Défi Start-up 7 sur defistartup7.ca

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Mahonix Surf Shop change (un peu) de nom

12/07/2018 | Denis Lalonde

DÉFI START-UP 7. Mahonix Surf Shop, devenue Mahonix, est sur le point de lancer son site Internet transactionnel.

Offrir le pouvoir de décision aux milléniaux

30/04/2018 | lesaffaires.com

Le «shadow comex», première étape de l’implication des milléniaux dans la gouvernance des entreprises.

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour le 23/09/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.