Déchiffrer l'avenir de la profession comptable

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Décembre 2017

Déchiffrer l'avenir de la profession comptable

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Décembre 2017

Pour combler le manque à gagner de CPA dans les prochaines années, la profession devra se tourner vers l’immigration.


DOSSIER PROFESSION COMPTABLE - La profession comptable est en changement: vieillissement, diversité croissante, confiance à soutenir. Quels sont les plus importants enjeux qui la façonneront au cours des prochaines années, et dans quelle direction ces forces risquent-elles de la tirer?


Reconnaissance des compétences


Pour commencer, la profession vieillit. «D'ici quelques années, on prévoit qu'il y aura plus de CPA qui partiront à la retraite que de futurs CPA qui sortiront des écoles - même si les écoles fonctionnent à plein rendement», explique Geneviève Mottard, présidente et chef de la direction de l'Ordre des CPA du Québec.


Pour combler le manque à gagner, la profession devra donc se tourner vers l'immigration. Les perspectives sont bonnes parce que le Canada jouit d'une excellente crédibilité à l'international au sein du monde comptable. L'Ordre des CPA reçoit d'ailleurs un nombre croissant de demandes de reconnaissance de compétences. Il y a quelques années, le nombre annuel tournait autour de 150. Cette année, il pourrait atteindre 600.


L'Ordre a bien des ententes de reconnaissance avec une foule de pays, tels les États-Unis, la France, la Nouvelle-Zélande et l'Inde, ce qui accélère le processus. Mais, cette année, le gros des demandes provient de l'Afrique du Nord, un ensemble de pays avec lesquels l'Ordre n'a pas conclu d'ententes. «On doit donc étudier ces demandes au cas par cas, parce qu'il faut s'assurer que la loi, qui encadre l'obtention du titre, nous permet de leur accorder leur équivalence», dit Mme Mottard. L'intégration des nouveaux arrivants demeure malgré tout un défi parce que leur parcours et leur formation ne sont pas toujours adéquats.


Jusqu'à présent, si le candidat n'avait pas reçu de formation adéquate, la réponse de l'Ordre était de demander à ce dernier de suivre de deux à six ans de formation. Pour raccourcir le processus, l'Ordre vient plutôt de mettre en place un programme intermédiaire de technicien avancé qui peut être suivi à distance et modulé selon les compétences du demandeur : la Certification avancée en comptabilité et en finance. Lancée en septembre dernier à petite échelle, cette formation devrait être lancée à plus grande échelle en janvier. Les étudiants pourront choisir entre plusieurs universités, dont l'ESG-UQAM et HEC Montréal.


Une profession qui s'ubérise


Mme Mottard note que le système professionnel est en pleine érosion. La certification est le seul acte réservé, mais 80 % de ce que font les CPA du Québec ne requièrent pas le titre.


Plusieurs associations comptables sont par exemple apparues récemment et ont commencé à offrir des services au grand public. Sauf que leurs exigences ne sont pas aussi strictes que celles de l'Ordre. Leurs membres ne sont, par exemple, pas toujours obligés de suivre de formation continue, d'avoir suivi une formation initiale ou de détenir une assurance responsabilité. «Une majorité des appels reçus par notre syndic concernent des plaintes que les gens veulent porter contre un comptable qui n'est pas CPA, dit Mme Mottard. Il faut absolument faire avancer la réglementation pour que ces gens-là se retrouvent sous notre égide.» L'Ordre pousse donc l'Office des professions du Québec à se lancer dans une réflexion sérieuse au sujet des façons de s'assurer que les comptables au sens large, ceux qui ne sont pas CPA, peuvent se retrouver à l'intérieur du système professionnel.


Flexibilité et collaboration


La flexibilité a gagné de l'importance au cours des dernières années, et la tendance n'est pas prête de se renverser. Selon Anne-Marie Hubert, associée directrice pour le Québec chez EY, elle est même en train de s'accélérer. Elle estime que la proportion du travail effectuée de façon contractuelle devrait donc passer d'environ 20 % actuellement à 40 % d'ici quelques années. «Beaucoup de gens ne veulent plus s'engager, dit Mme Hubert. Certains aiment l'idée des horaires et des calendriers flexibles alors que d'autres apprécient les avantages fiscaux et les déductions.»


Les comptables partent et reviennent. L'an dernier, parmi les 65 000 personnes embauchées par EY partout dans le monde, plus de 10 000 étaient des «boomerangs», soit des professionnels qui avaient déjà travaillé avec le cabinet. La firme réfléchit aussi à développer de nouveaux modes de collaboration. Mme Hubert parle par exemple de travailler avec de petits cabinets comptables en région pour les soutenir dans leurs tâches les plus complexes. Elle mentionne aussi les Premières Nations. «Comment pourrait-on travailler ensemble pour essayer d'attirer leurs fournisseurs dans les grands centres ? demande-t-elle. Si les comptables de ces communautés manquent d'expérience, peut-être pourrait-on les aider à mieux comprendre ce qui est important pour un plan de croissance, leur partager les meilleures pratiques.»


Préserver la confiance


Nicolas Marcoux, associé directeur national, bureau de Montréal, grandes villes, chez PwC, estime que la profession comptable aura une mission bien ambitieuse au cours des cinq prochaines années : maintenir la confiance que les institutions nous accordent. Selon lui, c'est ce dont ont besoin les marchés en ce moment. Il mentionne les mouvements populistes en Europe et aux États-Unis, et remarque qu'une partie de la population semble avoir arrêté de croire en différents systèmes, notamment le système politique, les médias et le système monétaire. Ce dernier, plus particulièrement, est entièrement bâti sur la confiance, explique M. Marcoux. Si tout le monde prend peur et décide d'aller à la banque pour sortir son argent en même temps, le système bancaire s'écroulera en une journée. Même chose pour les investisseurs. Si quelqu'un désire investir dans une grande firme, il lira d'abord le rapport annuel. S'il fait confiance aux chiffres, il investira. Sinon, il évitera d'investir.


PwC veut donc bâtir la confiance auprès du grand public en misant sur la qualité ainsi que sur la transparence de ses communications, et s'assurer que son nom est vu, reconnu et rassurant. C'est toutefois réellement la profession en entier, estime M. Marcoux, qui doit travailler à bâtir la confiance dans le système économique.


«On l'a vu en 2007, la confiance est fragile, tout comme nos institutions, dit-il. Pourtant, on a aujourd'hui un président américain qui parle de CNN, une chaîne reconnue, comme du «Fake News Network». Cela crée de l'incertitude dans le marché. En tant que profession comptable, on a notre rôle à jouer. Bâtissons la confiance !»


Les CPA du Québec en chiffres


Âge moyen: 47 ans
Âge moyen des candidats CPA: 29 ans
Revenu annuel moyen: 121000$
Nombre de CPA au Canada: 210000





image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le top 25 des cabinets comptables au Québec en 2018

Édition du 05 Mai 2018 | Les Affaires

Quelles sont les firmes en croissance ? Quels sont les petits nouveaux qui font leur entrée au classement en ...

Appuyer ses clients partout dans le monde

Édition du 05 Mai 2018 | Jean-François Venne

Les entreprises québécoises s’internationalisent de plus en plus et les cabinets comptables doivent ...

OPINION La tarification est en pleine mutation dans les firmes comptables
Édition du 05 Mai 2018 | Jean-François Venne
L’industrie plus que florissante des grands cabinets comptables
Édition du 05 Mai 2018 | Jean-François Venne
Les nouvelles technologies, fossoyeuses des comptables?
Édition du 09 Décembre 2017 | Simon Lord

À la une

Trump accuse des Canadiens de faire de la contrebande de chaussures

16:26 | AFP

Donald Trump a trouvé une autre justification pour les taxes douanières imposées au Canada: les chaussures.

Le transporteur à très bas prix Swoop est prêt à décoller

Le premier vol du transporteur aérien Swoop, filiale de Westjet, décollera mercredi.

L'intelligence artificielle ouvre-t-elle ou ferme-t-elle les portes de votre entreprise?

BLOGUE. Recommander le mauvais film n’a pas de conséquence grave. Recommander le mauvais pan de carrière, par contre...