Vos collègues sont-ils prêts à vous trahir?

Publié le 06/03/2012 à 09:09, mis à jour le 07/03/2012 à 13:43

Vos collègues sont-ils prêts à vous trahir?

Publié le 06/03/2012 à 09:09, mis à jour le 07/03/2012 à 13:43

Par Olivier Schmouker

La médisance, entre autres, peut transformer un collègue en tête de Turc. Photo: DR.

BLOGUE. Vous comme moi, nous avons une image idyllique du travail en équipe. Si nous travaillons de concert avec les autres, c’est parce que nous additionnons nos talents et pouvons ainsi réaliser des prouesses que, tout seul, nous ne rêverions même pas d’effectuer. Si nous travaillons en équipe, c’est parce que ça nous enrichit aussi sur le plan humain. Ou encore parce que ça nous procure un dynamisme fou.


Vous comme moi, nous avons également une image réaliste du travail en équipe : le collègue incompétent qu’on traîne comme un boulet, l’autre qui nuit au moral de tout le monde avec son indécrottable pessimisme, l’autre encore dont la simple vue nous horripile, etc. Et pourtant, un grand nombre d’entre nous travaillons tout de même en équipe.


Découvrez mes précédents posts


Suivez-moi sur Facebook et sur Twitter


Pourquoi? Oui, pourquoi, au juste? Eh bien, j’ai peut-être trouvé un élément de réponse intéressant, mais je vous le dit tout de go, un élément de réponse qui… fait froid dans le dos! Car, il s’agit de quelque chose qui n’est pas joli à voir…


Je l’ai trouvé dans une étude intitulée – vous allez tout de suite comprendre – Harm on an innocent outsider as a lubricant of cooperation : An experiment. Celle-ci est signée par deux professeurs du Max Planck Institute for Research on collective goods, Christoph Engel et Lilia Zhurakhovska. Elle montre, à l’aide de plusieurs expériences basées sur le dilemme du prisonnier, que ce qui peut souder la coopération de plusieurs personnes n’est pas toujours une chose avouable…


Prenons le temps de quelques explications pour y voir plus clair… Le «dilemme du prisonnier» est un classique de la théorie des jeux. Il caractérise les situations où deux joueurs auraient tout intérêt à coopérer, mais où les incitations à trahir l'autre sont si fortes que la coopération n'est jamais sélectionnée par un joueur rationnel. Albert Tucker, un mathématicien américain d’origine canadienne, le présentait sous la forme d’une histoire…

À suivre dans cette section


image

Marketing de contenu

Mercredi 19 avril


image

Objectif Nord

Mardi 25 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 26 avril


image

Femmes Leaders

Mardi 16 mai


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Gestion de l'innovation

Jeudi 21 septembre


image

Transports

Mardi 03 octobre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Le moral des employés plonge partout... sauf au Canada!

24/03/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. Les employeurs canadiens ont le chic pour rendre leurs employés heureux et efficaces, selon une étude d'Aon.

Un truc ultrasimple pour toujours faire le bon choix!

23/03/2017 | Olivier Schmouker

BLOGUE. L'idée, c'est de forcer son cerveau à mieux fonctionner. Ce qui n'est pas si pénible que ça, selon une étude...

À la une

Échec de Trumpcare: ce n'est pas la fin du monde

Mis à jour à 14:35 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le fiasco de la réforme de la santé pourrait inciter certains à vendre, mais...

Nous exagérons la menace nord-coréenne

Mis à jour à 15:00 | François Normand

ANALYSE. La probabilité que la Corée du Nord attaque les États-Unis (ou leurs alliés) est très mince. Voici pourquoi.

Fonds d'urgence: épargner est difficile mais nécessaire. Exemple.

Un événement comme une grève nous rappelle l’importance du coussin de sécurité.