Courtage en ligne 101

Publié le 12/06/2015 à 08:00

Courtage en ligne 101

Publié le 12/06/2015 à 08:00

Par René Vézina








Maintenant tout peut se faire en ligne ou presque... Du magasinage aux commandes d'épicerie en passant par le courtage.


"Au début des années 2000, pour investir à la bourse, par exemple, il fallait encore faire appel aux services d’un courtier de plein exercice pour se faire conseiller et pour effectuer les transactions… en échange de commissions parfois salées, qui pouvaient aller jusqu’à 3 % de la valeur de la transaction.


Aujourd’hui, quiconque possède un ordinateur ou un téléphone peut devenir un investisseur autonome et investir tout seul au moyen d’une plateforme de courtage en ligne.


Au Canada, on en compte une dizaine et la majorité sont affiliés aux grandes institutions financières. D’autres sont indépendants, mais doivent quand même être inscrits à l’Autorité des marchés financiers.


Tous peuvent recevoir vos ordres et les exécuter à moindre coût. Parce que vous ne bénéficiez pas des conseils personnalisés d’un courtier de plein exercice, vous payez moins de frais à chaque transaction, ce qui vous permet éventuellement d’obtenir un meilleur rendement sur vos placements… si vous savez viser juste. C’est le grand avantage du courtage en ligne, aussi appelé courtage à escompte.


Pas étonnant que l’engouement pour le courtage en ligne ait explosé à la suite de la dégringolade boursière de 2008, durant laquelle bien des gens ont perdu de l’argent. Plusieurs ont alors voulu contrôler la gestion de leurs épargnes. Et comme les taux d’intérêt sont maintenant au plancher, de plus en plus de gens de tous âges tentent de faire eux-mêmes fructifier leurs épargnes. Ils s’en remettent à leurs propres analyses.


Mais le placement en ligne n’est pas un jeu; c’est un investissement d’argent et de temps qui requiert sérieux et discipline. Comme vous êtes seul maître à bord, vous devez faire vos devoirs : définir votre profil d’investissement, vos objectifs, votre tolérance au risque, puis effectuer vos recherches et construire votre propre portefeuille. Vous pouvez investir à court, moyen ou long terme, dans différents types de compte, enregistrés ou non.


Comme investisseur autonome, il vous faut avoir un intérêt pour la finance et assez de connaissances pour suivre l’évolution de vos avoirs. Et si les marchés s’emballent, dans un sens ou dans l’autre, il faut garder la tête froide! Car au bout du compte, vous serez le seul responsable des résultats de vos placements, qu’ils soient bons ou mauvais!


Heureusement, ces sites offrent de plus en plus d’outils qui vous aident à faire des choix éclairés, par exemple de l’information financière impartiale, des stratégies d’investissement, des alertes, des formations, etc. Pour se faire la main, les débutants peuvent d’abord gérer un compte fictif ou imiter la composition de portefeuilles modèles. De leur côté, les investisseurs actifs, qui font plus d’une dizaine de transactions par mois, bénéficient d’un accompagnement accru et de frais de transaction réduits.


En effet, dans l’univers du courtage en ligne, la règle est que plus vous transigez, plus bas sont les frais de transaction, et souvent fixes. C’est pourquoi il est avantageux de regrouper vos placements au même endroit afin de maximiser votre activité et les économies.


Quant à savoir combien d’argent investir en ligne, il n’y a pas de règle d’or : tout dépend de votre pécule, de vos objectifs, et surtout du temps que vous êtes prêt à passer devant un écran!"

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: