Concilier travail, famille et MBA: comment survivre?

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Janvier 2018

Concilier travail, famille et MBA: comment survivre?

Offert par Les Affaires


Édition du 27 Janvier 2018

Le ­MBA est dur sur la vie personnelle et la vie de famille. Pour gagner du temps, certains n’hésitent pas à faire appel aux services d’un traiteur ou d’une femme de ménage.

Le jeu en vaut-il la chandelle? Toutes les personnes qui sont passées par un MBA s'entendent pour dire que oui ! Pourtant, ce ne sont pas les contraintes qui manquent : contenu ardu, coûts des études, emploi à plein temps et vie de famille. Certains ajoutent même un séjour à l'étranger. Dans cette aventure, discipline et motivation demeurent les mots d'ordre.


Vous souhaitez faire un MBA? Attachez votre tuque, car vous devrez y consacrer environ 20 heures par semaine. «J'investis plus de temps encore, car je veux tirer le maximum du programme en allant au fond des sujets», dit Hind Caidi Osmane, inscrite à l'EMBA McGill-HEC Montréal et copropriétaire de quelques restaurants McDonald's.


Même expérience pour Vincent Émond, qui vient de terminer un MBA pour cadres à l'ESG UQAM. «Je pensais m'en tirer avec deux ou trois soirées d'études par semaine et un week-end sur deux, témoigne ce directeur du développement des affaires chez Bell Canada. Finalement, mes soirées et mes week-ends y sont presque tous passés.»


Quand on s'engage dans une aventure aussi exigeante que le MBA, il faut renoncer à un certain idéal, selon Christine Smilga, psychologue à HEC Montréal. «Vous ne pouvez pas être à la fois un super parent, un cadre ultra performant et un étudiant hors pair. Il vous faudra peut-être tourner certains coins ronds, comme vous investir un peu moins dans les cours moins importants pour vous. Dosez aussi vos efforts. Au-delà d'un certain point, passer plus de temps sur un travail ne procure plus de rendement de l'investissement.»


L'entrepreneure Hind Caidi Osmane a pour sa part choisi de lever le pied au bureau. « Mon MBA, c'est un projet d'affaires pour mon mari et moi, car mes apprentissages servent à améliorer des aspects stratégiques de notre entreprise. Nous avons donc embauché quelqu'un pour s'occuper de certaines tâches que je faisais auparavant, comme la comptabilité. Déléguer, c'est le maître mot ! » Pour M. Émond, un employeur compréhensif est essentiel, car vous aurez besoin d'assouplir votre horaire de travail. « Le vendredi mensuel où il y avait cours, je pouvais m'absenter sans piger dans ma banque de vacances, mais des collègues de classe devaient, eux, se déclarer malades. »


Pour convaincre votre employeur, pourquoi ne pas profiter du MBA pour consacrer vos travaux sur l'entreprise ? C'est ce qu'a fait Philippe Vallières, commissaire industriel d'Innovation et développement économique de Trois-Rivières, qui a profité de sa session intensive au Vietnam dans le cadre de son MBA à l'UQTR pour rencontrer des investisseurs potentiels. Lors d'un voyage en France, toujours pour son MBA, il a aussi réalisé une étude comparative sur le projet d'incubateur en technologies environnementales de Bécancour.


Papa ou maman va à l'école


Le MBA n'influe pas toujours seulement sur le travail, car il est également dur sur la vie personnelle et la vie de famille. Quand Jason Taylor a commencé le EMBA McGill-HEC, il a fait le choix de faire appel aux services d'un traiteur et d'une femme de ménage. « Il y a un coût à cela, mais ça enlève beaucoup de stress, dit ce directeur adjoint de Services bancaires et marchés mondiaux de la Banque Scotia. Le peu de temps libre que j'ai, je préfère le passer à jouer avec mes fils de 2 et 3 ans, plutôt que de faire des corvées domestiques. » Ses lectures de MBA, il les fait quand ses enfants dorment, à l'aube et en milieu de soirée.


Une fin de session ou une semaine qui s'annonce occupée au travail ? « Faites-vous un plan pour les périodes plus intenses », recommande Mme Smilga. C'est ainsi que Pierre Drapeau, qui étudie au MBA de l'Université de Sherbrooke et qui est veuf, retient à l'occasion les services d'une gardienne après le retour de la garderie de sa fille de 3 ans. Quand les week-ends sont surchargés, ce sont les grands-parents des deux côtés qui viennent à sa rescousse.


Chéri(e), je suis occupé(e)


Malgré toute l'aide qu'on peut se procurer, le partenaire de vie d'un étudiant au MBA assume forcément une plus grande part de la logistique familiale. Avant de plonger, Vincent Emond, qui a quatre enfants de 9 à 19 ans, s'est donc assuré d'avoir l'appui de sa conjointe. « Nous avons discuté de ce que serait notre vie pendant le MBA, du fait que je serais moins présent à la maison, que je ne pourrais plus, par exemple, aller aux pratiques de soccer ni aux rencontres de parents. » Il est catégorique : jamais il ne se serait embarqué dans un MBA sans l'accord de sa compagne. « Je suis conscient que c'est beaucoup demander à ma conjointe d'en prendre plus sur ses épaules, surtout qu'elle est sur le marché du travail, renchérit Jason Taylor. Mais le fait que mon MBA est intensif a pesé dans la balance. S'il avait été plus long, j'aurais attendu que mes garçons grandissent. »


Effectivement, le MBA met le couple à l'épreuve. M. Vallières en sait quelque chose, lui qui s'est séparé pendant son MBA. « Avec mon emploi et mes études, il me restait peu de temps pour ma partenaire », résume-t-il. D'autres, comme lui, voient leur couple se briser.


Christine Smilga conseille de reconnaître l'apport du conjoint. « Il rame, lui aussi. C'est important de le remercier et de ne pas tenir son aide pour acquise. » Elle suggère également de se ménager des moments à deux, comme un souper au restaurant. M. Émond et son amoureuse, eux, s'offraient une journée au spa tous les deux mois. « Nous avons commencé cela en cours de MBA, mais l'effet a été très bénéfique. Avoir su, nous l'aurions fait avant. »


Recharger ses batteries


Pour survivre au MBA, il faut aussi une bonne hygiène de vie. « Peut-être vous sera-t-il difficile de bouger autant qu'avant, mais essayez au moins de maintenir de l'activité physique à votre horaire », conseille Mme Smilga. M. Drapeau, par exemple, se lève à 5 h pour s'activer sur son appareil elliptique pendant que sa fille dort. « C'est une bonne idée également de s'accorder des pauses à l'occasion pour des activités qui nous font du bien, comme regarder un film ou s'offrir un massage, ajoute la psychologue. Tout comme un athlète olympique, l'étudiant au MBA a besoin de périodes de récupération. »


Le MBA exige des sacrifices, c'est vrai. « Mes garçons s'initient au ski cet hiver et je ne suis pas là pour les voir », déplore M. Taylor. « La vie sociale, ce sont les collègues de MBA, lance M. Drapeau. Le vendredi, je me couche en même temps que ma fille, à 20 h, parce que je suis brûlé ! »


En cas de découragement, rappelez-vous pourquoi vous avez entrepris ce parcours. Après une carrière en ventes, Pierre Drapeau aimerait maintenant enseigner à l'université. Jason Taylor, lui, souhaite approfondir la question de la finance socialement responsable et devenir administrateur du conseil d'un organisme philanthropique. Et vous ?

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

À chacun ses raisons pour faire un MBA

Édition du 25 Août 2018 | Simon Lord

Beaucoup d'étudiants se lancent dans un MBA avec l'idée de parfaire leurs connaissances en gestion et en ...

Les compétences générales, ça s'apprend... et ça sert

Édition du 25 Août 2018 | Simon Lord

D'ici 2020, les aptitudes sociales comme la persuasion, l'intelligence émotionnelle et la capacité d'enseigner seront ...

OPINION Enseigner autrement : l'essor de la pédagogie expérientielle
Édition du 25 Août 2018 | Simon Lord
S'exiler pour faire son MBA
Édition du 27 Janvier 2018 | Nathalie Vallerand
Tendances MBA : intelligence artificielle, entrepreneuriat, voyages
Édition du 27 Janvier 2018 | Nathalie Vallerand

À la une

Metro: les faits saillants de la conférence avec les analystes

Il y a 43 minutes | Stéphane Rolland

Le point sur le commerce en ligne, l’intégration de Jean Coutu et l’inflation alimentaire.

Metro reprend les rachats d'actions

Après une pause d’un an pour rembourser de la dette, l’épicier relance son programme de rachat d’actions.

Bourse: le pire est-il passé?

BLOGUE. Un stratège de Montréal nous livre ses repères pour le S&P 500, les puces américaines et le pétrole canadien.