Boralex émerge lentement de l’ombre

Offert par les affaires.com

Publié le 12/11/2015 à 08:00

Boralex émerge lentement de l’ombre

Offert par les affaires.com

Publié le 12/11/2015 à 08:00

Par Dominique Beauchamp

Parmi les plus petits producteurs d’énergie renouvelable, la Québécoise Boralex émerge lentement de l’ombre.


Cliquez ici pour consulter le dossier Comment investir dans les services publics


Comme l’indique Bill Cabel, analyste chez Desjardins Marché des capitaux, il faut une croissance régulière des flux de trésorerie et des dividendes pour gagner en stature dans l’industrie.


La filiale de la papetière Cascades a versé un premier dividende à la fin de 2014, mais ne l’a pas augmenté depuis.


Or, après avoir racheté et converti une débenture convertible, elle pourrait augmenter son dividende de 5 %, d’ici six mois, croit M. Cabel. 


La société peut l’envisager puisque le dividende actuel de 0,13 $ par trimestre représente seulement 48 % des flux de trésorerie prévus en 2016, explique Rupert Merer, de Financière Banque Nationale.


Le versement de dividendes croissants mettrait encore plus de l’avant le fait que son bénéfice d’exploitation croît plus rapidement que celui des autres petits producteurs d’énergie renouvelable.


Boralex vise un bénéfice d’exploitation de 250 millions de dollars en 2017, ce qui représente une croissance annuelle composée de 20 % entre 2014 et 2018. Il s’agit du taux le plus élevé de ses semblables, précise M. Merer.


« La société a fait un bon travail pour améliorer son portefeuille de projets au cours des dernières années. Son acquisition éolienne en France à la fin de 2014 a notamment accru sa capacité installée de 25 % », fait valoir M. Cabel.


L’entreprise vise une croissance annuelle de 10 % de sa capacité installée, d’ici 2020. Ce nouveau parcours pourrait attirer de nouveaux investisseurs et relever l’évaluation de son action qui est encore 20 % inférieure à celle de ses semblables, en raison de la petite taille de l’entreprise, précise Ben Pham, analyste chez BMO Marchés des capitaux.


La conversion récente d’une de ses débentures convertibles a aussi accru de 56 % le nombre d’actions en circulation libre, ce qui facilitera la négociation du titre.


À court terme, quatre projets éoliens en construction augmenteront sa capacité installée de 15 %, précise M. Merer.


La société dispose aussi de 150 M$ pour financer d’autres projets d’expansion au cours des trois prochaines années, notamment en France, au Danemark et à Niagara (Ontario) notamment.


Boralex est le titre favori de M. Pham parmi les plus petits producteurs parce qu’il offre une rare combinaison de valeur et de croissance. Son cours cible de 18 $ fait miroiter un gain de 28 % d’ici un an. Reste à voir si les turbulences boursières ne tiendront pas encore les investisseurs à l’écart de Boralex parce qu’ils préfèreront se réfugier dans les producteurs à plus grande capitalisation.


Boralex, BLX


Cours au 10 nov. 2015 : 13,69 $


Valeur boursière : 887 M$


Dividende : 3,8 %


Gain en 2015 : + 6,5 %


Cours-cible moyen : 17,07 $


Gain potentiel : 24,7 %


Cliquez ici pour consulter le dossier Comment investir dans les services publics

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Boralex acquiert des participations dans 5 parcs éoliens québécois pour 215 M$

L'entreprise montréalaise a en outre relevé sa prévision de croissance pour son exercice 2019.

Boralex met la main sur Kallista Energy Investment

20/04/2018 | lesaffaires.com

La société québécoise devient le plus important producteur éolien indépendant en France.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: