Boralex émerge lentement de l’ombre

Offert par les affaires.com

Publié le 12/11/2015 à 08:00

Boralex émerge lentement de l’ombre

Offert par les affaires.com

Publié le 12/11/2015 à 08:00

Par Dominique Beauchamp

Parmi les plus petits producteurs d’énergie renouvelable, la Québécoise Boralex émerge lentement de l’ombre.


Cliquez ici pour consulter le dossier Comment investir dans les services publics


Comme l’indique Bill Cabel, analyste chez Desjardins Marché des capitaux, il faut une croissance régulière des flux de trésorerie et des dividendes pour gagner en stature dans l’industrie.


La filiale de la papetière Cascades a versé un premier dividende à la fin de 2014, mais ne l’a pas augmenté depuis.


Or, après avoir racheté et converti une débenture convertible, elle pourrait augmenter son dividende de 5 %, d’ici six mois, croit M. Cabel. 


La société peut l’envisager puisque le dividende actuel de 0,13 $ par trimestre représente seulement 48 % des flux de trésorerie prévus en 2016, explique Rupert Merer, de Financière Banque Nationale.


Le versement de dividendes croissants mettrait encore plus de l’avant le fait que son bénéfice d’exploitation croît plus rapidement que celui des autres petits producteurs d’énergie renouvelable.


Boralex vise un bénéfice d’exploitation de 250 millions de dollars en 2017, ce qui représente une croissance annuelle composée de 20 % entre 2014 et 2018. Il s’agit du taux le plus élevé de ses semblables, précise M. Merer.


« La société a fait un bon travail pour améliorer son portefeuille de projets au cours des dernières années. Son acquisition éolienne en France à la fin de 2014 a notamment accru sa capacité installée de 25 % », fait valoir M. Cabel.


L’entreprise vise une croissance annuelle de 10 % de sa capacité installée, d’ici 2020. Ce nouveau parcours pourrait attirer de nouveaux investisseurs et relever l’évaluation de son action qui est encore 20 % inférieure à celle de ses semblables, en raison de la petite taille de l’entreprise, précise Ben Pham, analyste chez BMO Marchés des capitaux.


La conversion récente d’une de ses débentures convertibles a aussi accru de 56 % le nombre d’actions en circulation libre, ce qui facilitera la négociation du titre.


À court terme, quatre projets éoliens en construction augmenteront sa capacité installée de 15 %, précise M. Merer.


La société dispose aussi de 150 M$ pour financer d’autres projets d’expansion au cours des trois prochaines années, notamment en France, au Danemark et à Niagara (Ontario) notamment.


Boralex est le titre favori de M. Pham parmi les plus petits producteurs parce qu’il offre une rare combinaison de valeur et de croissance. Son cours cible de 18 $ fait miroiter un gain de 28 % d’ici un an. Reste à voir si les turbulences boursières ne tiendront pas encore les investisseurs à l’écart de Boralex parce qu’ils préfèreront se réfugier dans les producteurs à plus grande capitalisation.


Boralex, BLX


Cours au 10 nov. 2015 : 13,69 $


Valeur boursière : 887 M$


Dividende : 3,8 %


Gain en 2015 : + 6,5 %


Cours-cible moyen : 17,07 $


Gain potentiel : 24,7 %


Cliquez ici pour consulter le dossier Comment investir dans les services publics


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La perte de Boralex double au 3e trimestre

Boralex a encaissé une perte nette attribuable aux actionnaires de 34 millions $ au 3e trimestre.

Boralex acquiert des participations dans 5 parcs éoliens québécois pour 215 M$

L'entreprise montréalaise a en outre relevé sa prévision de croissance pour son exercice 2019.

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

20/11/2018 | Stéphane Rolland

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

20/11/2018 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

20/11/2018 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.