Une retraite doublement réussie

Publié le 28/11/2011 à 09:00, mis à jour le 28/11/2011 à 09:35

Une retraite doublement réussie

Publié le 28/11/2011 à 09:00, mis à jour le 28/11/2011 à 09:35

« J’ai pavé la sortie de mon père, comme il a pavé mon entrée dans l’entreprise », dit Denis Jalbert.


Issu d’une famille d’entrepreneurs, Denis Jalbert a trempé très jeune dans le milieu des affaires. « Il en discutait à table avec son père à l’âge de 10 ou 12 ans », relate Francine Richer, coauteure de Préparer la relève : neuf études de cas sur l’entreprise au Québec.


Tout au long de ses études, il a travaillé pour le holding familial, qui détient en outre les Aliments Krispy Kernels et Yum Yum, et a été initié à ses rouages.


Étant le seul enfant intéressé à prendre la relève, après avoir décroché un baccalauréat en administration et avoir fait ses griffes ailleurs, notamment dans le redressement d’entreprise, M. Jalbert manifesta, à l’âge de 22 ans, son intérêt. Les négociations avec son père s’enclenchèrent automatiquement.


Les deux hommes se parlèrent sans détour. Rapidement, les priorités devinrent claires. Denis Jalbert devait financer la retraite de son père, qui, de son côté, s’assurerait d’utiliser aussi cet argent pour favoriser ses autres enfants. Mais il fallait que cet échange ne soit pas un fardeau financier trop grand pour le jeune entrepreneur.


Résultat, M. Jalbert a avalé le holding familial par petites bouchées. « Il a convenu avec son père que le rachat se ferait au prix du marché, non maximisé, dit Mme Richer. Il lui a aussi demandé de toujours lui donner la chance de faire une offre avant de céder des activités à des étrangers. »


Au bout de 26 ans, soit en 1996, Denis Jalbert est ainsi devenu l’unique propriétaire de l’entreprise familiale. « Ce genre de transfert très lent a l’avantage de rassurer les créanciers, note Francine Richer, puisque le repreneur a les reins assez solides pour alimenter la croissance de l’entreprise et que le cédant est toujours là, bien que de moins en moins actif. »

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bombardier : l'art de gagner du temps

Au minimum Bombardier trouve un moyen de faire patienter les investisseurs et leur donnent une nouvelle raison d'espérer

Bourse: Transforce soulève Toronto, Amazon coule New York

25/07/2014 | LesAffaires.com et AFP

Les Bourses canadienne et américaine ont pris des directions opposées. Tandis que les résultats ...

Ottawa est assis sur plus de 730 millions $ non réclamés par les contribuables

Ottawa est assis sur plus de 730 millions $ de remboursements d'impôt et de chèques du gouvernement non ...