Turbulences : le rĂ´le des administrateurs

Publié le 23/11/2011 à 09:00, mis à jour le 25/11/2011 à 14:02

Turbulences : le rĂ´le des administrateurs

Publié le 23/11/2011 à 09:00, mis à jour le 25/11/2011 à 14:02

Lorsque les marchés virevoltent et qu’un ralentissement économique se dessine, le conseil d’administration doit éviter de se laisser distraire par des questions telles la rémunération, les demandes des activistes ou la gouvernance. Il doit plutôt chercher à préserver la capacité de la compagnie à créer de la valeur.


Quand l’incertitude ambiante culmine, les administrateurs, qui sont le chien de garde des actionnaires, doivent veiller à éclairer les dirigeants sur divers aspects de l’entreprise. Par exemple, la chute des cours en Bourse entraîne-t-elle des possibilités d’acquisition, comment compenser la baisse des ventes en Europe?


« Les administrateurs ont la responsabilité de superviser la haute direction, de la questionner pour lui faire penser à des choses importantes et provoquer des réactions », dit Pierre Comtois, vice-président du conseil et chef des placements chez Optimum Gestion de Placements.


Les membres du conseil doivent mettre leur expérience et leurs connaissances à profit en guidant les dirigeants dans diverses sphères, comme l’évaluation d’une cible d’acquisition, l’élaboration de stratégies pour améliorer le service aux clients, le recrutement du personnel, le développement de nouveaux marchés, etc.


Pour bien jouer ce rôle, les administrateurs doivent avoir un œil critique sur ce que fait la direction. « Par exemple, un bon administrateur cherchera à tempérer un trop grand enthousiasme des dirigeants », dit Claude Dalphond, administrateur de sociétés. « Ou encore, il s’assurera que les dirigeants sont conscients du contexte et que des choses sont faites pour passer à travers la tempête, ajoute M. Comtois. S’il y a un problème majeur, il peut proposer des solutions, voire même sonner l’alarme s’il pense que la direction fait fausse route. »


Mais être critiques face aux dirigeants ne veut pas dire « avoir une attitude négative ». Au contraire, les administrateurs doivent projeter une grande confiance envers les dirigeants et être à l’aise de les soutenir, en particulier lorsque l’entreprise traverse des difficultés.


« Les administrateurs doivent agir dans le meilleur intérêt de l’entreprise, rappelle M. Dalphond. Or, la dernière chose dont les dirigeants ont besoin dans des périodes creuses, c’est d’être critiqués. » Les dirigeants doivent plutôt trouver rapidement des solutions, dans le meilleur intérêt de tous, qui permettront à l’entreprise d’avoir à nouveau de bons résultats. Et le conseil d’administration doit les épauler.

À suivre dans cette section

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

8 questions Ă  se poser pour faire progresser son entreprise

Mis à jour le 07/11/2013

BLOGUE. Lorsque vous décidez de garder le focus afin de faire croître votre entreprise, vous avez une ...

Savez-vous pourquoi on vous dit «NON»?

Mis à jour le 31/10/2013

BLOGUE. Comme toute personne désirant réaliser un projet qui lui tient à coeur, vous devez, en ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

2015 : ce que prévoient 200 financiers

206 professionnels sondés prévoient une hausse du S&P 500 et des taux l'an prochain, ainsi qu'un rebond du pétrole.

Le pétrole rechute à New York, dans une atmosphère fébrile

15:27 | AFP

Les cours du pétrole coté à New York sont retombés jeudi à leur plus bas niveau depuis début mai 2009.

Couche-Tard : The Pantry termine bien une année faste

The Pantry n’est pas le coup attendu mais l'achat de 2 G$ est rentable et coiffe une année faste pour Couche-Tard.