Technopôle Angus: un projet de revitalisation urbaine qui fait école à Montréal

Publié le 04/11/2016 à 07:35

Technopôle Angus: un projet de revitalisation urbaine qui fait école à Montréal

Publié le 04/11/2016 à 07:35

Façades de briques rouges, piliers en métal, fenêtres gigantesques, hauts plafonds… Du passé ferroviaire du quartier qui a abrité les ateliers du Canadien Pacifique pendant des décennies dans Rosemont, il ne reste que les entrailles des anciens « Shop Angus » où étaient entretenus les trains et les locomotives depuis 1902. Fermés au début des années 1990, les ateliers sont devenus une jachère industrielle avant d’être transformés, dans les années 2000, en un quartier d’affaires et résidentiel intégrant les dernières normes environnementales.


« C’est parti d’un désastre, clame Christian Yaccarini, président et chef de la direction de la Société de développement Angus. Après la désindustrialisation massive des années 1980 et la fermeture de nombreuses usines, il y avait 20 % de chômage dans le quartier et un immense terrain contaminé. On ne voulait plus que ça arrive. Il fallait trouver des solutions pour assurer un développement durable du site. »


Une entreprise d’économie sociale – un organisme à but non lucratif (OBNL) – a été constituée, la Société de développement Angus. Elle a acheté une partie des terrains et a conçu un plan de développement original basé sur un souci de développement durable, visant à revitaliser le quartier en accueillant des résidents tout en conservant une vocation économique.


Centre commercial, restaurants, commerces de proximité, entreprises du secteur des médias, du multimédia, des TIC, de la santé, etc. Plusieurs entreprises montréalaises ont embarqué dans le projet. Une soixantaine de PME, employant 2 300 personnes, sont aujourd’hui installées dans les 13 bâtiments construits lors de la première phase de réalisation du Technopôle Angus. La dernière en cours d’emménagement : la compagnie de taxis verts de l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, Taxelco. « Ces PME sont attirées par la qualité de l’espace mis à leur disposition (luminosité, espace, etc.), la proximité de la main-d’œuvre et la préoccupation des gestionnaires pour le développement durable », croit Christian Yaccarini.


Conjuguer développement durable et rentabilité


En effet, le projet de revitalisation urbaine se veut « un laboratoire grandeur nature de développement durable ». Le site, qui occupe une superficie de 580 000 pi2, abrite plusieurs espaces verts ; tous les immeubles sont construits selon les normes de construction environnementale LEED. Un programme de compostage et de recyclage en entreprise a été mis en place, ainsi qu’un système de covoiturage.


Chrsitian Yaccarini est conscient que « le souci de l’environnement ne doit pas se traduire par des mesures qui ressemblent à des punitions pour les gens, sinon ils ne les utilisent pas ». La SDA veille donc à conjuguer réalité économique et souci environnemental. « On ne veut pas être un musée. On veut que notre modèle soit rentable », poursuit le dirigeant, qui se targue « de construire des bâtiments LEED au prix de bâtiments normaux ».


Sa solution : « On applique les principes du développement durable aux ressources financières. On choisit judicieusement les investissements. On refuse les gadgets qui n’ont pas une grande efficacité sur le bilan environnemental du bâtiment. Par exemple, pour que l’air soit préchauffé avant d’entrer dans les bâtiments, on a utilisé des panneaux de réfrigérateurs comme revêtement sur les murs plutôt qu’une autre solution coûteuse ».


Un quartier inspirant


Par son histoire et sa conception, le Technopôle Angus a une âme. « On est tombés totalement sous le charme de l’endroit et de sa philosophie de créer un milieu favorable aux employés, dans un souci de développement durable. Cela montre qu’on peut réparer et ne plus refaire les mêmes erreurs. C’est inspirant pour des chefs d’entreprise », témoigne Isabelle Gratton, présidente de PMT. La firme spécialisée dans la postproduction audiovisuelle compte une quarantaine d’employés, dont de nombreux jeunes, une génération sensible au développement durable. « C’est important pour nous de travailler dans des bâtiments LEED bénéfiques pour la santé, où on peut composter et recycler. Cela fait partie de notre mission, selon nous, d’être partie prenante dans ces efforts environnementaux et d’encourager les gens à veiller au développement durable. »


La deuxième phase de développement du Technopôle Angus est en cours. Un million de pieds carrés seront construits de nouveau à usage mixte. La Société vise à accueillir une quarantaine d’entreprises supplémentaires, de façon à créer 1 500 emplois et à fournir de 350 à 400 unités d’habitation, dont 20 % de logements sociaux.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Pourquoi les politiciens ne doivent plus s'occuper du climat

15/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Et si la solution était de s'inspirer des banques centrales, qui assurent la stabilité des prix?

Un 2e «One Planet Summit» pour renforcer la mobilisation

13/09/2018 | AFP

Elle se veut « une étape clé pour rehausser l’ambition », « pour encourager les dirigeants mondiaux» à agir.

À la une

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.

Les taux grimpent, que faire avec les obligations à court terme?

21/09/2018 | Ian Gascon

Les FNB d’obligations ne s’écroulent pas malgré la hausse des taux. Voici pourquoi: