Se lancer en affaires sans se lancer dans le vide

Publié le 10/11/2016 à 09:00

Annie Brousseau et Martin St-Jacques, propriétaires du Resto Pub Le Rabaska. Crédit : Journal Le Choix.

Quand Annie Brousseau et Martin St-Jacques ont décidé de reprendre Le Resto Pub Le Rabaska à Maniwaki, en 2014, ils ont pu compter sur l’appui et les conseils de la Société d’aide au développement des collectivités (SADC).


D’une capacité de 140 places, le Resto Pub Le Rabaska existait depuis 2009 quand Annie et Martin en ont fait l’acquisition.


Pour obtenir le financement, les deux passionnés se sont naturellement tournés vers le programme Stratégie Jeunesse de la SADC Vallée-de-la-Gatineau, offert aux jeunes de 18 à 39 ans.


« Dès le début du projet, la SADC a été présente, explique Martin. Mais le soutien qu’ils nous ont apporté dépasse de loin la simple offre de financement. »


Un soutien de tous les instants


Pierre Monette, directeur général de la SADC Vallée-de-la-Gatineau, précise que son rôle d’accompagnement est en effet beaucoup plus large qu’on le pense. « Au départ, on vient souvent nous voir pour un soutien financier, dit-il. Oui, nous aidons les entrepreneurs à bâtir leur structure financière, mais nous nous impliquons aussi à tous les niveaux pour les aider à réaliser leurs projets et à développer leur entreprise. »


« Ils sont toujours là, dès que j’ai besoin d’un conseil », témoigne d’ailleurs Annie Brousseau.


La SADC a ainsi apporté aux propriétaires du Resto Pub Le Rabaska de l’assistance tant sur le plan des ressources humaines que de la gestion de l’entreprise. « Avec leur aide, nous avons, par exemple, monté un manuel de ressources humaines de l’entreprise qui nous est bien utile pour gérer l’ensemble de nos employés », illustre Annie.


Selon Pierre Monette, les propriétaires du Resto Pub Le Rabaska sont un modèle d'entrepreneuriat et des ambassadeurs de la région, puisqu'ils sont animés par une vision et des valeurs solides, à l'écoute des besoins, proactifs dans la résolution de problème, et surtout parce qu'ils cherchent constamment à faire évoluer leur entreprise par de saines remises en question et par la transformation des façons de faire dans toutes les sphères de l'entreprise.


L’innovation au service des PME


Pour soutenir le changement et accompagner les entreprises dans leur développement, la SADC Vallée-de-la-Gatineau a mis sur pied un programme d’innovation qu’elle a lancé il y a un peu plus d’un an et demi. Celui-ci attire déjà de nombreux entrepreneurs.


« On connaît bien les PME, précise Pierre Monette. Au départ, il a fallu démystifier la notion d’innovation avant de passer à l’action. »


La SADC a mené une campagne de sensibilisation auprès de 36 entreprises dont faisait partie le Resto Pub. Dix-sept d’entre elles ont ensuite participé au programme d’innovation.


« On va continuer dans cette voie, s’enthousiasme le directeur de la SADC. Les jeunes entrepreneurs ont leur région à cœur, ils ont su lui donner un nouvel élan. Le programme d’innovation leur permet d’amener leurs projets encore plus loin. »


L’innovation ne concerne pas seulement la technologie. Elle peut être profitable à tous les secteurs de l’entreprise, du marketing aux ressources humaines en passant par la production ou la gestion.


« L’aide de la SADC nous a permis de faire des changements rapides, raconte Martin St-Jacques. L’an dernier, le programme innovation nous a aidés à améliorer la cuisine et la gestion des commandes. Maintenant, nous travaillons à l’amélioration de la gestion du service à la clientèle. »


La SADC a effectué une démarche afin de maximiser l’expérience client. À partir du programme « client mystère » mené par une entreprise spécialisée qui fait des enquêtes sur le terrain, elle a dressé un rapport présentant les points forts et les points faibles. Elle a ensuite proposé à Annie et Martin des solutions à mettre en place.


« Il y a beaucoup d’entrepreneurs qui veulent changer, explique Pierre Monette. Mais ils n’ont pas toujours le temps de penser à l’innovation quand ils sont pris par les opérations. Nous, nous les soutenons, nous trouvons pour eux les ressources ou les consultants, nous faisons des appels d’offres, nous les aidons à faire des choix. »


Et cela donne des résultats. Des projets comme le Resto Pub Le Rabaska servent d’exemples pour inspirer d’autres entreprises à faire appel à la SADC Vallée-de-la-Gatineau.


« Sans la SADC, nous n’aurions pas eu l’évolution que nous avons eue », ajoute Martin. « Annie et Martin croient beaucoup à leur entreprise. Et quand on a la passion, ça paraît », conclut Pierre Monette.

Le savoir d'entreprise c'est quoi ?

Par l'intermédiaire du Savoir d'entreprise, Les Affaires souhaite offrir à ses lecteurs des connaissances de pointe provenant d'organisations désireuses de partager leur expertise.

Les contenus sont produits par le Service de contenu Les Affaires en collaboration avec l'organisation. Notez qu'à aucun moment, les journalistes de Les Affaires ne participent à la rédaction de ces articles. Pour plus d'information sur ce produit, veuillez communiquer avec

À la une

Les Affaires anime et diffuse le débat sur les enjeux environnementaux montréalais

24/09/2018 | lesaffaires.com

Le débat pré-électoral sur les enjeux environnementaux sera diffusé en direct sur LesAffaires.com dès 19h30.

Nos déchets, ce nouvel or brun

Édition du 28 Juillet 2018 | Alain McKenna

L’économie de marché ­peut-elle sauver la planète?  ­Oui, répond d’emblée l’Alliance canadienne pour l’innovation.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...