Un Montréalais en partance vers Sept-Îles

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 06/10/2011 à 15:37

Un Montréalais en partance vers Sept-Îles

Publié le 08/10/2011 à 00:00, mis à jour le 06/10/2011 à 15:37

Marco Freitas passera les deux prochaines années à Sept-Îles pour le compte de Dessau, qui accroît sa présence dans la région en vue du boom crée par le Plan Nord. [Photo : Gilles Delisle]

Marco Freitas, 33 ans, a fait le grand saut. Ingénieur depuis 2003 chez Dessau, basé à Longueuil, il est parti fin septembre passer au moins deux ans à Sept-Îles. "Professionnellement, j'aime sortir de ma zone de confort et relever des défis", confie-t-il.


Directeur du service ingénierie depuis avril 2010, il est désormais responsable du bureau de Dessau à Sept-Îles, chargé du développement et des opérations.


De grands besoins


Pour l'instant, rien n'existe sur le plan de l'ingénierie à Sept-Îles pour Dessau, mis à part le laboratoire de l'entreprise et sa quinzaine d'employés qui effectuent des expertises de sol pour les institutions et les sociétés minières depuis une trentaine d'années.


Avec le Plan Nord, la firme d'ingénierie, qui compte 4 700 employés dans le monde, veut consolider sa présence sur place. "Il y a un gros boom à prévoir et on sait que Dessau peut répondre à de nombreux besoins, que ce soit dans le cadre de projets miniers ou de municipalités dont les infrastructures devront peut-être évoluer en fonction de cette nouvelle dynamique", explique Marco Freitas.


À 12 heures de route de Montréal


Bien qu'il soit enthousiaste devant cette nouvelle perspective professionnelle, la décision de partir n'a pas été facile à prendre. "Quand on m'a fait cette proposition, en juillet, j'étais surpris et flatté. Mais je ne l'ai pas dit le jour même à ma conjointe... Je ne savais pas comment lui en parler", se souvient Marco, qui a une fille de 7 ans et un garçon de 5 ans entré récemment à la maternelle. Sa conjointe, enseignante, a rapidement admis qu'il "était difficile de refuser une telle occasion"... tout en ajoutant du même souffle qu'il était exclu pour elle de ne pas prendre le poste qu'elle avait déjà accepté pour la nouvelle année scolaire.


Partir ensuite en famille vers le Nord, à 12 heures de voiture de Montréal, où la famille a toujours vécu, ne fait pas peur au jeune couple. "Là-bas, il y a des écoles, et nos enfants sont très sociables, assure l'ingénieur. On aime la nature et les activités de plein air. La région est belle. Alors, même si, pour des Montréalais comme nous, ça va être un grand changement, on n'a pas de craintes."


L'entreprise ayant accepté que son directeur revienne au domicile familiale par avion chaque week-ends, Marco et sa conjointe ont finalement accepté l'offre. Cette année de transition va permettre à l'ingénieur de chercher un logement et un emploi pour sa conjointe. Sa petite famille viendra le rejoindre en vacances, histoire d'"apprivoiser" cette nouvelle ville avant de s'y installer pour de bon dans un an.


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Immobilier: vers un record de tous les temps en 2018

Contrairement au reste du pays, le marché résidentiel ne dérougit pas au Québec. Bien au contraire.

Quel montant payer pour habiter près d'une station de métro?

19/11/2018 | Joanie Fontaine

Blogue. Une plus-value sur les propriétés situées à moins de 2 km d'une station de métro a été notée

Le ménage de fin d'année bat son plein

BLOGUE. Les pros remanient leur portefeuille en fin d'année tandis que les stratèges émettent leurs prévisions pour 2019