«Atteindre 8 % du marché en 2016, ce n'est pas un objectif, ce n'est qu'une étape» - Christian Meunier, président de Nissan Canada

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Janvier 2014

«Atteindre 8 % du marché en 2016, ce n'est pas un objectif, ce n'est qu'une étape» - Christian Meunier, président de Nissan Canada

Offert par Les Affaires


Édition du 18 Janvier 2014

«Ce sont nos produits qui nous ont sauvés» - Reid Bigland, président de Chrysler Canada

Musclé comme un athlète professionnel, la tête d'un mannequin, Reid Bigland ne laisse personne indifférent. Mais c'est d'abord pour ses capacités de gestionnaire que le président de Chrysler Canada se distingue, lui qui a dirigé les destinées de la compagnie au pays depuis 2006 et qui a traversé une des pires crises du monde automobile.


Aujourd'hui, Chrysler se classe parmi les meneurs pour ce qui est des ventes au Canada et partout en Amérique. Un revirement que Reid Bigland attribue à l'amélioration des produits. «Nous comptons bien continuer sur cette voie», explique-t-il d'entrée de jeu.


Petit rappel historique : au moment de son arrivée chez Chrysler, Reid Bigland prend les rênes d'une compagnie sans inquiétude. Les ventes sont en hausse depuis 23 mois consécutifs et rien ne laisse présager de véritables problèmes. Puis survient la crise de 2008 : baisse des ventes, licenciement massif, faillite de Chrysler, tout y passe.


Agir sans complaisance


La compagnie est placée officiellement en 2009 sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites. «Les décisions ont été difficiles à prendre à ce moment, mais nous avons maintenu notre plan» : repartir de la base en capitalisant sur les produits qui ont fait la renommée de la compagnie.


«Nous devions agir sans complaisance, regarder avec précision quelle qualité nous voulions offrir et les produits que nous avions sur le marché. C'est cette philosophie qui, encore aujourd'hui, contribue à assurer notre succès», poursuit le président.


Pour le dirigeant de Chrysler Canada, il s'agissait avant tout de mieux associer les besoins du marché aux produits. «Ce sont nos produits qui nous ont sauvés et qui continuent de nous mener loin. La Jeep Grand Cherokee, par exemple, est un véhicule que nous avons remanié au complet en en améliorant tous les aspects. Aujourd'hui, il est encore polyvalent, mais a atteint une nouvelle maturité.»


Diplômé de l'Université de Colombie-Britannique, ce Canado-Américain commence sa carrière de gestionnaire au sein de la compagnie aérienne Canadian en 1988. Il fera ensuite le saut dans l'industrie du camion. En 2006, il est nommé à la tête de Chrysler Canada. Il a aussi été le principal directeur de l'enseigne Dodge en 2011. On lui a depuis confié la responsabilité des ventes aux États-Unis et la présidence de Ram pour toute l'Amérique du Nord, sans pour autant lui retirer son rôle canadien.


C'est à cette perspective horizontale que Reid Bigland explique devoir sa vision. Pour lui, tous les marchés se ressemblent et se développent. Même si le Québec a une vision plus européenne de l'automobile, pour Reid Bigland, tout cela n'est affaire que de marketing. De ce fait, il n'accorde qu'une importance relative aux deux solitudes canadiennes. «Quand on supervise les ventes en Amérique du Nord, on se rend rapidement compte que plusieurs marchés sont différents. Mais la clé, ce sont les véhicules qui, eux, sont partout les mêmes.»


Les initiatives de marketing soulignent cette différence, histoire de mieux promouvoir le produit le mieux perçu dans un secteur donné. Le Québec, par exemple, préfère en général les voitures de petite taille, alors que les Prairies aiment mieux la camionnette Ram.


Dans la vie quotidienne de Reid Bigland, le partenariat et le récent rachat par Fiat n'ont pas eu d'impact majeur. Tout au plus cela l'a-t-il forcé à revoir de façon plus globale la commercialisation des véhicules, tout en donnant accès à de nouveaux modèles, comme la Fiat 500 déjà populaire et l'Alfa Romeo 4C, que les enthousiastes attendent avec impatience en 2014.


«La contribution de Fiat nous a incités à changer de culture, mais nous avons maintenu la même vision : améliorer le produit et miser sur notre véritable richesse, nos ressources humaines», conclut Reid Bigland.



Les 3 modèles les plus vendus au Canada


Ram Pickup 78 793
Dodge Grand Caravan 46 732
Dodge Journey 27 745


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Test du Huawei Mate20 Pro : le téléphone intelligent le plus puissant de 2018

19/11/2018 | Alain McKenna

BLOGUE. Ce téléphone chinois rendra jaloux tous les autres. Mais il traîne la lourde réputation de son fabricant...

Bombardier rebondit en Bourse

19/11/2018 | Martin Jolicoeur

Bombardier rebondit de plus de 20% à mi-séance lundi.

Êtes-vous obligé d'accepter une promotion?

BLOGUE INVITÉ. Il est essentiel de bien comprendre ce que représente la promotion, ses implications ainsi que son impact