Émilie Pelletier à l'assaut des États-Unis pour sa firme de génie

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Octobre 2017

Émilie Pelletier à l'assaut des États-Unis pour sa firme de génie

Offert par Les Affaires


Édition du 28 Octobre 2017

[Photo: 123rf]

DOSSIER PROFESSION INGÉNIEURS - Tandis que des firmes emploient des ingénieurs venus de l’étranger, des sociétés de génie québécoises cherchent à étendre leurs activités en dehors des frontières du Canada. Les moyens choisis peuvent varier. Émilie Pelletier est partie à Philadelphie pour ouvrir le premier bureau américain de Laporte Consultant. Récit.


À 34 ans, Émilie Pelletier est responsable des activités américaines de Laporte Consultants, une firme de 300 employés, spécialisée dans le génie pharmaceutique, biotechnologique, alimentaire et industrielle. C’est elle qui a fait les premiers pas de la société aux États-Unis. Elle avait 28 ans.


Employée chez Laporte Consultants depuis la fin de ses études, elle a été d’abord envoyée à Philadelphie pour travailler chez un client comme ingénieur consultant, en 2008. Elle y a trouvé l’amour et, après un séjour en Belgique pour le même client, elle a décidé de s’installer à Philadelphie… au moment où Laporte Consultants envisageait d’attaquer le marché américain en ouvrant une succursale sur place.


La jeune femme n’a pas hésité. « Le défi m’intéressait et je me suis rendu compte que j’aimais ça. Mes parents sont entrepreneurs et, même si avec mes études de génie je n’aurais pas cru en arriver là, j’aime faire du développement d’affaires, de la gestion des opérations, etc. », raconte la jeune femme.


Partir de zéro


Heureusement, Émilie Pelletier aime les défis car, ouvrir un bureau d’une firme de génie québécoise, en présentent de nombreux. « Non seulement c’est un milieu très compétitif mais en plus, les Américains sont protectionnistes et préfèrent travailler avec des firmes américaines. Je n’avais pas de réseau localement, je ne savais pas comment se faisaient les affaires ici. J’ai dû tout développer à partir de rien », se souvient-elle.


Sa principale stratégie a été de participer à des organisations professionnelles pour rencontrer de potentiels clients, apprendre les rudiments des affaires aux États-Unis et s’insérer dans le monde des affaires. Elle s’est aussi inspirée de son expérience dans les bureaux américains du client québécois de Laporte Consultants, chez qui elle avait travaillé comme consultante quelque temps avant.


En se basant sur ce premier client, ses efforts ont finalement payé. « Le plus difficile est de trouver le client numéro 2 », dit-elle. Ensuite, le bouche-à-oreille a fonctionné et le bureau a enregistré une croissance organique. L’obstacle du protectionnisme a vite été levé grâce à l’embauche d’employés locaux. Pour le reste, « le fait d’être spécialisé dans l’ingénierie de procédé est une force qui nous a aidé à nous faire une place dans le marché américain, croit Émilie Pelletier. Souvent, les firmes offrent ce service mais n’ont pas d’ingénieurs vraiment spécialisés dans le domaine. »


L’expansion de Laporte Consultants aux États-Unis est un succès. La firme compte aujourd’hui six bureaux de l’autre côté de la frontière, qui emploient 40 personnes.


CONSULTER LE DOSSIER:
BONNE NOUVELLE: L'EMBAUCHE D'INGÉNIEURS REPREND


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

Des ingénieurs à la rescousse du développement de produit

Édition du 10 Mars 2018 | Yan Barcelo

Peut-on hausser les chances de succès d’un nouveau produit? Y a-t-il moyen de rendre son développement plus efficace...

Besoin de financement pour votre projet d’efficacité énergétique, utilisez le bon langage

BLOGUE. Lorsque David Héon, chef de service aux installations chez CAE Montréal, a approché ...

À la une

Investir: «C’est le temps de garder plus de liquidités»

Conserver des liquidités n’est plus une garantie d’appauvrissement à Wall Street, croit David Kostin, de Goldman Sachs.

Pourquoi est-ce si difficile de donner?

BLOGUE INVITÉ. Quelques heures de bénévolat peuvent tout changer pour une personne, pour une cause.

CELI: le plafond passe à 6000$ en 2019

11:48 | Guillaume Poulin-Goyer

L’ARC vient de rendre publics les paramètres d’indexation du régime fiscal qui confirment la hausse du plafond du CELI.