PME: Ottawa doit mieux cibler les femmes, dit le PDG de BMO

Publié le 08/03/2018 à 06:52

PME: Ottawa doit mieux cibler les femmes, dit le PDG de BMO

Publié le 08/03/2018 à 06:52

Par Stéphane Rolland

Darryl White. (Photo: Getty)

Les politiques gouvernementales doivent soutenir l’innovation réalisée par les femmes entrepreneures dans les autres secteurs que celui des technologies, plaide Darryl White, le PDG de BMO. Dans le cadre d’une entrevue pour la Journée internationale des femmes, le banquier nous parle d’entrepreneuriat féminin et de la nécessité des politiques de diversité.


Les Affaires- En prévision du budget fédéral, vous avez collaboré à une étude de l’Université de Carleton sur les difficultés que rencontrent les femmes entrepreneures. Le gouvernement Trudeau a dévoilé une série de mesures en vue de soutenir l’entrepreneuriat féminin. Que pensez-vous des politiques proposées?


Darryl White - C’est un pas dans la bonne direction, mais il reste encore des détails à clarifier. Notre étude démontre que les subventions gouvernementales reconnaissent bien l’apport du secteur technologique dans leur politique de soutien à l’innovation. Le problème est qu’il ne reconnaisse pas l’apport des autres secteurs [comme les services] et que les femmes entrepreneures sont plus présentes dans ces autres secteurs [90% des entreprises dirigées par des femmes se trouvent dans le secteur du service]. En prenant compte de ce fait, ça permettrait de reconnaître les innovations réalisées par des femmes. On suggère au gouvernement de ne pas considérer l’innovation comme la chasse gardée du secteur technologique; il faut avoir une définition plus globale!


De nombreuses entreprises parlent du leadership féminin. Vu l’engouement, on peut se demander si elles le font toutes pour des raisons concrètes ou s’il s’agit d’une opération de relation publique. Pourquoi est-ce une bonne affaire pour BMO de se donner des objectifs par rapport à la diversité?


Deux choses. C’est important d’avoir une diversité d’opinion à la direction pour prendre de meilleures décisions. Aussi, c’est important pour nos clients. Si nos employés et nos dirigeants ne ressemblent pas à la population en général, nous ne penserons pas comme nos clients. Si vous ne pensez pas comme vos clients, vous ne pouvez pas bien les servir.


Il y a des avancées pour les femmes dans les directions, mais les progrès sont plus lents pour les postes les mieux rémunérés. Même à la haute direction, les femmes sont statistiquement plus nombreuses dans les postes les moins rémunérés. Chez BMO, par exemple, vos cinq dirigeants les mieux rémunérés sont des hommes, selon votre circulaire. Que doit-on faire pour s’assurer que les efforts de diversification se rendent jusqu’à la pointe de la pyramide? 


Sans l’ombre d’un doute, nous passons beaucoup de temps à réfléchir à cet enjeu. Que ce soit pour les dirigeants ou les employés, nous voulons nous assurer que nous versons une rémunération équivalente pour un travail équivalent. Vous avez raison lorsque vous faites référence à notre circulaire, mais c’est appelé à changer. Je ne peux pas dire quand, mais c’est inévitable. La loi ne nous oblige qu’à dévoiler la rémunération de notre «Top 5», mais près de 40% de nos dirigeants sont des femmes. Il y a 100 ans, 99% de nos employés les mieux rémunérés auraient été des hommes. Les choses changent et la tendance est encourageante.


Quels changements à la culture d’une entreprise sont nécessaires pour faire une plus grande place aux femmes?


Il faut faire des efforts délibérés et porter attention aux gens qui composent votre équipe. Cela doit venir du sommet. Si vous regardez dans le passé plus lointain, l’idée du biais inconscient n’était pas là. Il faut porter attention aux personnes autour de vous. Lorsque vous constatez qu’elles se ressemblent toutes, il faut prendre les mesures appropriées pour que cela change. C’est ce que nous faisons depuis plus de 20 ans, bien avant que les objectifs et les cibles soient en vogue. Je ne peux parler que pour les entreprises où j’ai travaillé, mais je crois qu’à travers toutes les industries, il reste des occasions de faire encore mieux.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Des obstacles à court terme pour les actions?

Mis à jour le 23/09/2018 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Octobre a déjà mauvaise réputation. La Fed et la saison des résultats pourraient offrir des surprises.

ALÉNA: notre meilleur allié est America inc.

22/09/2018 | François Normand

ANALYSE - Le Canada est aussi un marché stratégique pour les entreprises américaines.

Voir les choses sous un autre angle pour réussir en Bourse

21/09/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Cela ne veut pas dire qu’il faut adopter l’opinion contraire à celle du plus grand nombre.