Julie Gosselin: «Aller chercher de l'inspiration auprès des autres femmes»

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Mars 2018

Julie Gosselin: «Aller chercher de l'inspiration auprès des autres femmes»

Offert par Les Affaires


Édition du 10 Mars 2018

Par Chloé Freslon

Julie Gosselin est directrice marketing, assurance individuelle et gestion de patrimoine à la Financière Sun Life.

Participer à un programme d’avancement lorsqu’on est une femme peut avoir un fort impact sur une carrière: quels en sont les avantages et comment en tirer le meilleur profit. Une des premières participantes du programme de la Financière Sun Life raconte son expérience.

Julie Gosselin est directrice marketing, assurance individuelle et gestion de patrimoine à la Financière Sun Life et a participé, en 2015, au programme Échange inspiraction qui vise à mobiliser les femmes et les hommes afin que ces premières puissent progresser au sein de l’entreprise avec les mêmes opportunités que leurs collègues masculins. Le programme n’a ni date d’entrée ni date de sortie. On y prend part quand on le souhaite. Tout le monde est le bienvenu, homme et femme, peu importe leur poste.

Les Affaires: Quelles étaient vos attentes à votre inscription au programme Échange inspiraction?


Julie Gosselin (J.G.): J’y voyais l'occasion d'aller chercher de l'inspiration auprès des autres femmes ainsi que de la motivation à grandir dans l'entreprise. C’était une démarche pour mon développement personnel. Mais je cherchais surtout à rencontrer de nouveaux collègues, me créer un réseau et pouvoir échanger. C’était également une belle occasion d'avoir de vraies conversations sur notre réalité et comment on peut s'encourager les unes les autres.

Est-ce que le programme a répondu à vos attentes?


J.G. Étant dans une grande entreprise, il existe des silos, mais le programme a permis de les briser en créant un grand réseau interne. Il a permis la mise en place d’une proximité avec nos dirigeants, hommes et femmes, en nous donnant l'opportunité de nous adresser à eux directement et de faire leur connaissance. Je me suis rendue compte qu’ils étaient comme nous finalement! Une dirigeante m’avait confié qu’elle aussi se questionnait, qu’elle aussi avait des doutes et qu’elle aussi avait fait des erreurs dans le passé. À chaque rencontre, je sortais plus motivée et inspirée.

Au début du programme, vous étiez conseillère principale aux communications et maintenant vous êtes directrice marketing, est-ce votre participation au programme qui vous a permis cette progression?


J.G. Ce n'est pas la seule raison, mais ça en fait partie, car j'ai été embauchée par une des fondatrices du programme et sans ma participation, je ne l'aurais pas connue. Le programme m'a permis de comprendre les possibilités qu’il existe au sein de l’entreprise, puis par la suite, j’ai eu la confiance en moi de rencontrer cette personne durant le processus d'entrevue.

Quel est l'élément du programme qui a vraiment fait une différence?


J.G. Avoir des dirigeantes inspirantes à la tête du programme a apporté de la crédibilité au projet et nous a toutes donné plus confiance en nous, car nous nous reconnaissions en elles. Leur présence rendait notre ambition réelle.

Quel est le bon moment dans une carrière pour se lancer dans un tel programme?


J.G. C’est tout le temps le bon moment. Tout comme il faut entretenir son réseau en permanence, il faut participer à ce genre de programmes dès qu’on le peut. C'est n'est pas seulement bon sur le plan personnel, c'est également bon pour l'entreprise et les clients. Je suis devenue meilleure à mon travail, car je connais mieux les différents départements de l'organisation. La synergie est plus efficace.

Il y a toujours des hommes présents aux activités, manqueraient-ils s'ils n'étaient pas impliqués dans le programme?


J.G. Oui, car ils apportent un autre point de vue. Ils sont là pour l'avancement de la femme, tout autant que les femmes. C'est un tout. Et parfois même, on arrive à leur faire changer leur point de vue!


Consulter aussi:


— Six conseils pour favoriser l’avancement des femmes
— Les programmes qui font une différence


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

C'est la 18e édition du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec

Édition du 10 Novembre 2018 | Les Affaires

À l’occasion du gala du Réseau des femmes d’affaires du Québec, découvrez des Québécoises qui incarnent l’excellence.

Danielle Danault: une réussite à toute allure

Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

La lauréate du prix Entrepreneure, moyenne entreprise s'est lancée en affaires à 19 ans par soif de liberté.

OPINION Caroline Desautels: se renouveler sans cesse
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Sylvie Senay: la reine du bio
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel
Chantale Arseneau: allier expertise et générosité
Édition du 10 Novembre 2018 | Fanny Bourel

À la une

Les «turbulences» aux États-Unis sont une occasion pour le Canada, selon Mitch Garber

Voici le plan de match du président du conseil d'Investir au Canada pour attirer davantage d'investisseurs étrangers.

Bourse: Wall Street termine sur une note négative

Mis à jour à 17:00 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. La séance était très hésitante entre la faiblesse du secteur de l’énergie, le repli de grands noms.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

06:54 | LesAffaires.com et AFP

«Les facteurs baissiers sont nombreux.»