L'adorable décapotable est de retour

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Juillet 2017

L'adorable décapotable est de retour

Offert par Les Affaires


Édition du 22 Juillet 2017

Par Claudine Hébert

La ­Mustang a été la voiture sport la plus vendue au pays en 2016 avec plus de 7 500 unités.

Malmenés par la crise économique de 2008, délaissés par des consommateurs qui recherchent davantage des véhicules pratiques, les modèles décapotables représentent aujourd'hui moins de 1 % des ventes de véhicules dans le monde. Certains signes laissent toutefois présager que ces icônes de la route veulent rebondir.


Ne cherchez plus de Beetle cabriolet chez Volkswagen Grenier, à Mascouche. La vingtaine de modèles qui étaient dans la cour au printemps se sont envolés depuis la fin mai. Et bonne chance pour en trouver ailleurs chez d'autres concessionnaires. «De janvier à mai, les ventes de ce modèle ont grimpé d'au moins 40 % au pays si on compare avec celles de l'an dernier à pareille date», signale Yannick Lachapelle, directeur général chez Volkswagen Grenier. Juste pour le mois de mai, il s'est vendu 204 unités Beetle cabriolet, soit 124 % de plus que l'an dernier à la même date, précise le concessionnaire.


Même scénario chez Chartrand Ford, à Laval, où la quarantaine de modèles Mustang décapotables se sont écoulés en un claquement de doigts. «Nous pourrions en vendre davantage, mais ce sont des bonbons qu'on nous alloue à la pièce», indique Daniel Perrault, représentant des ventes. Munie d'une nouvelle suspension arrière indépendante, la Mustang a été la voiture sport la plus vendue au pays en 2016 avec plus de 7 500 unités. C'est également le modèle sport le plus vendu du monde.


Selon IHS Automotive, une firme de consultants, les ventes de décapotables pourraient augmenter de plus de 60 % aux États-Unis d'ici 2020. Une hausse principalement attribuable à la venue de nouveaux modèles, telle la Buick Cascada (une version stylisée de l'Opel en Europe) lancée au Salon de l'auto de Détroit en 2015. Notez que la division Buick de GM n'avait pas présenté de nouveaux modèles décapotables depuis au moins 25 ans.


Qui sont les acheteurs ?


«La décapotable n'a jamais été une voiture qui suit les modes. Elle demeure avant tout un véhicule d'émotions, de passion, de plaisir. Particulièrement ici, au Québec, où l'été ne dure que quatre mois», souligne Benoit Charette, rédacteur en chef de L'Annuel de l'automobile. En général, les propriétaires utilisent leur décapotable du 1er mai au 15 octobre. Ils parcourent en moyenne de 10 000 à 12 000 km par année.


Qui achète ce type d'automobile ? De jeunes professionnels sans enfant et surtout des baby-boomers. «On est d'ailleurs en plein peak des baby-boomers qui arrivent à la retraite. Ça explique l'engouement actuel pour ces véhicules», signale Yves Varin, directeur national du développement des affaires du Canadian Black Book, une organisation qui évalue la valeur des véhicules. Pour plusieurs baby-boomers, poursuit-il, les modèles décapotables demeurent des emblèmes convoités depuis des années. Ces voitures, qui se vendent pour la plupart entre 25 000 $ et 90 000 $ neuves, deviennent enfin un rêve accessible.


Mais attention, prévient-il. Au-delà des rêves, le consommateur doit penser avant tout à ses besoins. «La plupart des modèles décapotables sont de type roadster, des véhicules à deux places. Et dès que le toit est ouvert, le volume du coffre est considérablement réduit. Oubliez les sacs de golf et les autres gros équipements de loisir.»


Toit rigide ou souple ?


«Une décapotable dotée d'un toit rigide, comme la Ford Mustang, la SLK de Mercedes-Benz ou la Porsche Boxster, offre un habitacle muni d'une bien meilleure insonorisation que les modèles avec toit souple, qui supportent mal les sorties à plus de 100 km/h», souligne Benoit Charette. En revanche, dit-il, une fois ouvert, le toit rigide occupe une bonne partie du coffre et limite l'espace pour les bagages. Tout le contraire des toits souples de l'Audi A4 décapotable ou de la MX-5 de Mazda, qui se font plutôt discrets. Cependant, il vaut mieux privilégier un toit souple dont la lunette arrière est en verre et non en plastique. «Les lunettes de plastique finissent par jaunir», avertit Yves Varin. Et s'il survient un bris dans le mécanisme ? La facture sera plus salée pour une décapotable à toit rigide.


Remarquez, peu importe qu'il soit rigide ou souple, le toit d'une décapotable demeure sensible aux fortes pluies et au lave-auto automatique. «Raison pour laquelle les propriétaires de décapotables devront laver leur véhicule à la main», soutient M. Varin.


Quand acheter et quand vendre ?


Pour profiter d'une décapotable pendant l'été, il faut commencer son magasinage dès la fin de février, suggère Daniel Perrault. C'est le meilleur temps pour choisir sa couleur, ses équipements. Ces jours-ci, le choix des Mustang décapotables est très limité et les prochaines livraisons ne se feront pas avant l'automne, soit juste à temps pour remiser le véhicule pour l'hiver ou le transporter vers sa copropriété en Floride, indique M. Perrault. Remarquez, pour les chasseurs d'aubaines, les mois de novembre et de décembre peuvent réserver de belles surprises. La facture totale de la décapotable peut être réduite d'au moins 10 % durant cette période, maintient le chroniqueur automobile Benoit Charette.


Et pour la revente ? «C'est en plein le bon moment», affirme Yves Varin. La décapotable, c'est comme un bateau, un VR. C'est un jouet d'été qu'il faut vendre avant le début des vacances de la construction pour bénéficier d'un bon prix.


À ce propos, vaut-il mieux acheter une décapotable neuve ou d'occasion ? Comme tous les véhicules, la voiture décapotable n'échappe pas à la dépréciation de 30 % au cours de la première année suivant son achat, rappelle M. Varin. Par contre, à la suite de cette dépréciation initiale, les décapotables voient leur valeur diminuer très lentement. «Les propriétaires de décapotables ont la réputation de prendre un soin jaloux de leur voiture», dit M. Varin.


Les véhicules dont le nom est exclusivement associé à un modèle décapotable (MX-5 de Mazda ou Boxster de Porsche, par exemple) conservent une valeur de revente plus élevée que ceux qui sont également fabriqués en modèle coupé, indique M. Varin. Pour avoir un bon indice, les consommateurs peuvent consulter la valeur future du véhicule convoité sur le site du Canadian Black Book.


204
C'est le nombre de Beetle Cabriolet vendues au mois de mai 2017 au Canada. Il s'agit d'une augmentation de 124 % par rapport au même mois l'an dernier.


Source : Yannick Lachapelle, directeur général chez Volkswagen Grenier


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

La Tesla Model 3, la voiture du siècle?

18/08/2017 | François Remy

INFOGRAPHIE. Forte de son expertise et de sa nouvelle accessibilité, Tesla prend de vitesse touts ses compétiteurs.

Direction Dix30 pour le Groupe Park Avenue

27/07/2017 | Simon Lord

PME DE LA SEMAINE. Une nouvelle boutique afin de tenter de révolutionner l’expérience des clients.

OPINION Autre gigantesque escroquerie des constructeurs auto allemands?
24/07/2017 | AFP
10 choses à savoir lundi
17/07/2017 | Yannick Clérouin et Alain McKenna
Concessionnaires à vendre
Édition du 10 Décembre 2016 | Claudine Hébert

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?

Que nous réservent les 10 prochaines années en Bourse?

16/11/2018 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Nous sommes d’avis que les marchés boursiers offriront des rendements intéressants, mais plus modestes.

L'Action de grâce arrive tôt en Bourse

BLOGUE. Les investisseurs en mal de bonne nouvelles ont eu droit à une véritable superfecta pour terminer la semaine.