Trois modèles qui connaissent du succès

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Janvier 2015

Trois modèles qui connaissent du succès

Offert par Les Affaires


Édition du 31 Janvier 2015

Bien des formules existent, du simple espace de bureaux loués à des PME manufacturières à des communautés virtuelles spécialisées dans les nouvelles technologies. Voici trois modèles qui illustrent cette diversité.


Cliquez ici pour consulter le dossier : Accélérateurs et incubateurs


Chambres en ville pour jeunes technos


La Maison Notman n’est pas un incubateur traditionnel. « Nous offrons plutôt des espaces pour accueillir des entreprises technologiques en démarrage dans le but d’apprendre, de réseauter et d’être inspirées », dit d’emblée le directeur de son campus, Noah Redler. Son rôle est surtout de « mettre en connexion ces entreprises avec des banques, des comptables, du capital de risque, etc. ». Founderfuel et Real Venture en sont des acteurs importants.


La Maison Notman loue trois bureaux meublés, chauffés, avec l’accès au Wi-Fi ainsi que des locaux dans un lieu commun à partager. Le café au rez-de-chaussée est ouvert à tous ceux qui veulent venir y travailler quelques heures. L’objectif : susciter des rencontres pour accroître la créativité.


Autre particularité : la Maison n’offre des baux que de trois mois renouvelables une fois au maximum. « Nous voulons donner la possibilité à de nombreuses entreprises de passer par là. Cela permet de conserver une forte dynamique avec des idées nouvelles en permanence », précise Noah Redler.


Pour être accueilli, le candidat doit être une entreprise en démarrage spécialisée dans une technologie émergente (mobile, robotique, mégadonnées, etc.). « On ne regarde pas les plans d’affaires, mais plutôt l’humain. On veut donner une chance à tout le monde, car on ne sait jamais quel projet réussira », affirme Noah Redler.


À savoir


Depuis 2011, 80 entreprises ont été incubées à la Maison Notman, et 70 % d’entre elles existent toujours.


Témoignage: Laurent Maisonnave, Seevibes


Soutenue par Fonderfuel, Seevibes, la compagnie de Laurent Maisonnave, a fait deux séjours au sein de la Maison Notman en 2011 et 2013. Le chef de cette entreprise spécialisée dans l’analyse de données de fréquentation des médias sociaux a apprécié, c’est «l’esprit d’entrepreneuriat », ainsi que l’ambiance «très dynamique et inspirante» qui y régnaient, sans compter l’ébullition constante qui lui manque parfois aujourd’hui. « La Maison Notman a réussi à fédérer le milieu des starts-up», souligne le chef d’entreprise.


Sortie depuis un an de la Maison, Seevibes compte maintenant 11 employés. Elle a ouvert un bureau de quatre personnes à Paris et prépare son entrée sur le marché américain pour 2015.


Laurent Maisonnave «lie» le succès de son entreprise au soutien de Fonderfuel mais aussi à la Maison Notman. «Le plus difficile, quand on crée une entreprise, c’est d’être seul, coupé du monde. Outre la visibilité et la crédibilité qu’offrent la Maison Notman, le fait de pouvoir y rencontrer d’autres entrepreneurs et des investisseurs, cela ouvre l’esprit et de se confronter à la réalité mais aussi de se rassurer car on voit qu’on n’est pas seul à faire des erreurs », témoigne Laurent Maisonnave.


Sur place, il a aussi pu rencontrer ses investisseurs tous les jours et recevoir leurs conseils sur divers aspects, notamment le recrutement de personnes stratégiques. Des ressources qu’une entreprise en démarrage n’a pas les moyens de s’offrir.


Cliquez ici pour consulter le dossier : Accélérateurs et incubateurs



image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

50 ans? Mesdames, gare à la discrimination au travail!

Il y a 55 minutes | Olivier Schmouker

BLOGUE. La cinquantaine est un cap terrible pour les femmes, surtout si elles cherchent un nouvel emploi...

L’intelligence artificielle va rendre le système de santé méconnaissable… et c’est tant mieux

Il y a 3 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. «On doit sortir du modèle d’hospice pour entrer dans un modèle plus personnalisé.»

Un ex dirigeant de SNC Lavalin devrait 11 millions $ au fisc québécois

Il y a 10 minutes | La Presse Canadienne

Sami Bebawi n'a pas déclaré des revenus d'environ 25 millions $ qu'il aurait touchés entre 2010 et 2013.