Armés pour investir: la recette de Daniel Dupont

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Février 2019

Armés pour investir: la recette de Daniel Dupont

Offert par Les Affaires


Édition du 09 Février 2019

Par Dominique Beauchamp

N.D.L.R. Dans un marché turbulent et plein d'incertitudes, les fonds ayant une encaisse élevée sont particulièrement bien placés pour acheter des aubaines. Morningstar Canada a recensé pour nous huit fonds d'actions canadiennes dont le trésor de guerre dépasse 14 % du portefeuille. Quatre de leurs gestionnaires ont accepté de partager leurs motivations et leur stratégie.


Gestionnaire du ­Fonds ­Fidelity ­Grande capitalisation ­Canada depuis 2009, ­Daniel ­Dupont place la préservation du capital en tête de sa démarche.


La prudence du natif de l’Estrie est souvent à contresens de son industrie.


L’encaisse, qui a grimpé jusqu’à 45 % du fonds il y a six mois, étonne pour un fonds d’actions, mais le financier dispose d’une énorme latitude pour gérer ses fonds comme bon lui semble.


« ­Depuis deux ou trois ans, de moins en moins d’entreprises remplissaient mes critères de qualité et de valeur. J’avais déjà repoussé les limites des multiples que j’étais disposé à payer, mais à un moment donné, il faut revenir à l’essentiel », raconte celui qui a grandi sur une ferme laitière à ­Saint-Herménégilde.


L’an dernier, le S&P 500 comptait le plus grand nombre de titres affichant un multiple de 10 fois et plus les revenus. Pas seulement chez les titans de la technologie, ­précise-t-il.


Par ailleurs, les risques liés au bilan, à l’exploitation et à l’évaluation d’une société, trois tests au cœur de sa démarche, se détérioraient.


Dans de telles circonstances, les liquidités redeviennent une « option peu coûteuse sur les occasions futures », ­affirme-t-il, paraphrasant une formule chère aux investisseurs ­Warren ­Buffett et ­Seth ­Klerman.


L’amateur d’entreprises de qualité à bon prix a redéployé 1,2 milliard de dollars de son actif au cours des derniers mois, en ­Europe et en ­Grande-Bretagne surtout. « Nous avons bougé rapidement parce que le dédain des investisseurs pour l’Europe a créé des occasions. Nous sommes en hiatus en ce moment, mais si les ­Bourses devaient vivre d’autres reculs importants, je serais très content de profiter des soldes », a évoqué le gestionnaire de ­Montréal.


L’encaisse d’encore 3 G$ pourrait être investie en quelques mois si les marchés piquaient à nouveau du nez, car les cours intègrent déjà le ralentissement économique et la possibilité d’une récession.


Parmis ses achats, le financier cite le fabricant britannique de cigarettes ­Imperial ­Brands (IMBBY, 33,56 $ ­US), qui se négocie à huit fois ses profits et dont le dividende procure un rendement de 8 %. Sa capacité à générer des flux de trésorerie élevés a pourtant bien peu à voir avec le ­Brexit.


M. Dupont a aussi acheté l’exploitant italien d’infrastructures ­Atlantia (ATL.MI, 20,64 €), détenu à 30 % par la famille ­Benetton, au pire d’une crise réputationnelle.


Déjà impopulaire auprès de la classe politique italienne pour s’être moquée de sa gestion du flot de migrants en 2017, la société a été mise au pilori après l’effondrement du pont ­Morandi, à ­Gênes, en août 2018.


Le propriétaire de ponts, de routes et de stationnements sera éventuellement puni pour ses torts, mais son évaluation a déjà fondu de 25 à 10 fois ses profits, indique le diplômé de ­McGill.


En ­Allemagne, le géant ­médico-chimique ­Bayer AG (BAYRY, 19,06 $ ­US) est aussi tombé à 9 fois les bénéfices, dans la foulée des poursuites liées à l’herbicide ­Roundup de sa filiale ­Monsanto.


En ­Amérique, le gestionnaire de ­Fidelity a acheté des actions du fournisseur d’informations spécialisées ­Thomson ­Reuters (TRI, 68,78 $) pendant la confusion entraînée lors la vente de 55 % de sa principale division de services à l’industrie financière au fonds privé ­Blackstone (BX, 33,71 $ US). « ­La transaction complexe a été mal comprise initialement. Il était difficile de donner une valeur à la part que conserve ­Thomson dans ­Refinitiv », explique le diplômé de McGill.


Le titre est devenu une aubaine classique pour qui sait évaluer l’entreprise en pièces détachées.


Derrière tout ce ­branle-bas, M. ­DuPont reste toujours aussi loyal à l’épicier ­Metro (MRU, 47,78 $), dont il a 18,49 des actions.


« C’est certainement l’une des entreprises les mieux gérées du pays, tant sur le plan opérationnel que de la répartition du capital », ­soutient-il.


Le gestionnaire s’attend à ce que l’intégration de ­Jean ­Coutu, dont ­Fidelity était le principal actionnaire, rapporte.


« S’il y a une équipe capable d’aller chercher des synergies, c’est bien celle de ­Metro, et je suis patient », ­conclut-il.


HUIT FONDS D'ACTIONS ARMÉS POUR SAISIR DES OCCASIONS —


 


image

Blockchain

Jeudi 28 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

Sur le même sujet

REER: 8 fonds d'actions armés pour saisir des occasions

Édition du 09 Février 2019 | Dominique Beauchamp

HUIT FONDS D'ACTIONS ARMÉS POUR SAISIR DES OCCASIONS — Quatre de leurs gestionnaires partagent leurs stratégies.

Armés pour investir: la recette de Steve DiGregorio

Édition du 09 Février 2019 | Dominique Beauchamp

Avec plus de 25% d'encaisse, le gestionnaire nous dit quel signal d'acquisition il attend et ce qu'il surveille.

À la une

10 choses à savoir lundi

Google veut la taxe municipale, le virage électrique de Pétro-Canada, cette appli empêche les femmes de fuir le pays.

FNB: Comment Banque Nationale Investissements veut faire sa place

En entrevue, Annamaria Testani, vice-présidente chez BNI, nous explique sa stratégie.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés lundi

06:59 | LesAffaires.com et AFP

«Les chiffres depuis le début de l'année ont l'air très solides.»