Électrifier les transports, la voie de l'avenir

Offert par Les Affaires

Publié le 14/03/2016 à 00:00

Électrifier les transports, la voie de l'avenir

Offert par Les Affaires

Publié le 14/03/2016 à 00:00

Avec un père vendeur de voitures et un frère mécanicien, Olivier Côté a hérité de la passion familiale pour l'automobile. Le jeune homme de 28 ans originaire de Lévis a commencé à s'intéresser sérieusement aux véhicules électriques après un DEC technique en génie mécanique. Il a ensuite approfondi ses connaissances en suivant un baccalauréat et une maîtrise à l'Université du Québec à Rimouski, qui offre un programme mixte en électromécanique. Au cours de ses études, il a enchaîné les projets. De la trottinette électrique aux véhicules convertis à l'huile végétale, Oliver Côté maîtrise les essais et erreurs.


Retour au dossier 10 ingénieurs qui bâtissent l'avenir 


Mais le projet qui lui tient le plus à coeur, c'est le système de traction électrique par moteur-roue. À l'université, il participe au projet Volt-Fast dans le cadre duquel il développe un véhicule tout terrain écologique en utilisant la mécanique et l'électricité. «Tout au long de mes études, j'ai cherché à créer des méthodes de production en série viables. Mais le commerce du petit véhicule est déjà saturé, déplore l'ingénieur. Il est donc difficile pour le Québec de se faire une place. Pourtant, c'est le système qui consomme le moins et qui, en mode économique, aurait la plus grande autonomie.»


Bien que le prix de la motorisation de ce genre de véhicule est de trois à quatre fois plus élevé que les modèles actuellement sur le marché, l'installation du moteur-roue permettrait de récupérer jusqu'à 80 % d'énergie lors des freinages, par rapport à 35 à 40 % pour les véhicules hybrides. «Mais il faut qu'il y ait une demande de l'industrie pour motiver les avancées dans le domaine», souligne Olivier Côté.


En octobre 2014, il rejoint les rangs du Centre national du transport avancé, à Laval. Depuis mars 2015, il oeuvre comme ingénieur junior chargé de projet à l'Institut du véhicule innovant, à Saint-Jérôme. Il travaille à la mise au point d'autobus scolaires 100 % électriques à faible coût pour Autobus Lion. Il aide également les entreprises à mettre au point des composants de véhicules et à les commercialiser. Même s'il a délaissé le moteur-roue, il n'en reste pas moins convaincu que l'électrification des transports représente l'avenir. «On a des choix de société à faire, et je suis dans le bon domaine pour trouver une solution en transport», dit-il.


Olivier Côté (28 ans)


Génie mécanique, spécialisation en systèmes électromécaniques


Université du Québec à Rimouski


Ce qu'il rêve de changer : «J'aimerais que le gouvernement s'implique davantage dans des projets qui misent sur l'électrification des transports. Mon rêve le plus fou, c'est qu'il y ait une volonté politique réelle et qu'on arrête de s'attarder aux projets de développement pétrolier.


Retour au dossier 10 ingénieurs qui bâtissent l'avenir 

À suivre dans cette section


image

Efficacité énergétique

Vendredi 21 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

20/09/2018 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

20/09/2018 | lesaffaires.com

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour le 20/09/2018 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.