Créer une maison qui chouchoute ses habitants

Offert par Les Affaires

Publié le 14/03/2016 à 00:00

Créer une maison qui chouchoute ses habitants

Offert par Les Affaires

Publié le 14/03/2016 à 00:00

À 31 ans, Diane Bastien rêve d'un monde où l'utilisation de l'énergie renouvelable serait un choix privilégié lors de la construction d'un bâtiment. Et la jeune diplômée en génie ne fait pas seulement y rêver, elle s'y attelle avec force et conviction.


Retour au dossier 10 ingénieurs qui bâtissent l'avenir 


C'est après son baccalauréat en physique, alors qu'elle assiste à une conférence du cofondateur d'Équiterre, Steven Guilbault, que Diane Bastien trouve sa voie. «En l'écoutant, je me suis demandé : Pourquoi se casser la tête à créer de l'énergie solaire, quand un meilleur design de bâtiment peut réduire la demande énergétique ? se souvient-elle. C'est une façon beaucoup moins coûteuse et beaucoup plus sensée de réduire la consommation.»


Récemment titulaire d'un doctorat en génie du bâtiment avec une spécialisation en énergie solaire, elle est animée depuis le début de ses études par le désir de contribuer à la pérennité de la planète. «C'est un domaine qui me permet de chercher une solution au problème du réchauffement climatique», indique Diane Bastien.


Et si des changements s'opèrent lentement, ce sont aussi les mentalités que Diane Bastien espère voir changer. «Au Québec, presque 100 % de l'électricité provient de sources renouvelables, et elle est abordable, rappelle-t-elle. Mais nous avons des surplus. Il faudrait qu'on ait une vision plus large de l'électricité.»


Installée au Danemark depuis plus d'un an, Diane Bastien a fondé Sunny Regards, où elle agit notamment comme consultante spécialisée dans les bâtiments nets zéro - des bâtiments qui produisent autant d'énergie qu'ils en consomment. Elle est également consultante externe pour LEGO. «Ils veulent que l'énergie nécessaire à la production de leurs briques provienne de sources renouvelables d'ici 2020», précise-t-elle.


La jeune femme est également une designer certifiée de Passive House of Canada. «C'est une certification moins connue que LEED au Québec, mais elle est plus agressive sur le plan de la consommation du bâtiment. L'objectif est de diminuer de 90 % le chauffage», explique-t-elle.


Celle qui a participé dans les dernières années à la construction d'une maison autosuffisante en blocs de terre crue dans les Cantons-de-l'Est rêve d'une habitation qui soit aussi respectueuse de l'environnement que de son occupant. «Une habitation confortable qui garderait les gens en santé et même, pourquoi pas, qui les guérirait en cas de maladie. Il y a là un potentiel inexploité en design du bâtiment», lance-t-elle. La maison du futur, une maison qui vous veut du bien ?


DIANE BASTIEN (31 ans)


Génie du bâtiment, spécialisation en énergie solaire


Université Concordia


Ce qu'elle rêve de changer : «Convaincre les entreprises et le gouvernement qu'il faut intégrer des systèmes solaires dans la construction de bâtiments. C'est un choix sensé pour la planète, mais aussi pour le portefeuille.»


Retour au dossier 10 ingénieurs qui bâtissent l'avenir 


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?