Uranium: Québec demande au BAPE d'intervenir

Publié le 19/10/2012 à 08:05, mis à jour le 19/10/2012 à 08:28

Uranium: Québec demande au BAPE d'intervenir

Publié le 19/10/2012 à 08:05, mis à jour le 19/10/2012 à 08:28

Par La Presse Canadienne

Le ministre de l'Environnement Daniel Breton a déclaré jeudi qu'il demandera au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) de se pencher sur les impacts de la filière de l'uranium.


M. Breton a affirmé que cette décision forcera la société minière Ressources Strateco à attendre avant d'amorcer ses activités d'exploration dans les monts Otish, au nord de Chibougamau.


La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) a donné son aval à Strateco, mercredi, pour que l'entreprise entame des activités d'exploration souterraine au site Matoush, une autorisation toutefois assortie de conditions.


Mais en se rendant au conseil des ministres, M. Breton a indiqué que les autorités québécoises ont des évaluations supplémentaires à effectuer.


« Nous ce qu'on a dit, c'est qu'avant de se lancer dans l'exploration d'uranium, il va falloir que ça passe par un processus environnemental, a-t-il dit. Ce n'est pas parce que la CCSN a donné son accord, puisqu'elle donne toujours son accord à tous les projets liés au nucléaire et à l'uranium, que nous autres on va dire oui. »


Questionné sur les éléments qui lui permettraient de trancher sur la faisabilité du projet Matoush, M. Breton a répondu: « un BAPE sur l'uranium ».


« Je veux m'informer plus avant de me prononcer là-dessus », a-t-il ajouté.

À suivre dans cette section

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Ces prévisions devraient changer votre façon de voir le dollar canadien

Vous craignez d’acheter des devises américaines ou d’investir au sud de la frontière? Considérez ceci.

Pourquoi Couche-Tard ne relèvera pas son dividende?

Alimentation Couche-Tard devrait dévoiler un bond de 37% de son bénéfice trimestriel, le 28 novembre.

Vendredi fou: question de survie pour les détaillants

23/11/2017 | Martin Jolicoeur

Contrairement à ce que l’on a déjà observé aux États-Unis, aucune mort d'homme n'est encore envisagée.