Uranium: Québec demande au BAPE d'intervenir

Publié le 19/10/2012 à 08:05, mis à jour le 19/10/2012 à 08:28

Uranium: Québec demande au BAPE d'intervenir

Publié le 19/10/2012 à 08:05, mis à jour le 19/10/2012 à 08:28

Par La Presse Canadienne

Le ministre de l'Environnement Daniel Breton a déclaré jeudi qu'il demandera au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) de se pencher sur les impacts de la filière de l'uranium.


M. Breton a affirmé que cette décision forcera la société minière Ressources Strateco à attendre avant d'amorcer ses activités d'exploration dans les monts Otish, au nord de Chibougamau.


La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) a donné son aval à Strateco, mercredi, pour que l'entreprise entame des activités d'exploration souterraine au site Matoush, une autorisation toutefois assortie de conditions.


Mais en se rendant au conseil des ministres, M. Breton a indiqué que les autorités québécoises ont des évaluations supplémentaires à effectuer.


« Nous ce qu'on a dit, c'est qu'avant de se lancer dans l'exploration d'uranium, il va falloir que ça passe par un processus environnemental, a-t-il dit. Ce n'est pas parce que la CCSN a donné son accord, puisqu'elle donne toujours son accord à tous les projets liés au nucléaire et à l'uranium, que nous autres on va dire oui. »


Questionné sur les éléments qui lui permettraient de trancher sur la faisabilité du projet Matoush, M. Breton a répondu: « un BAPE sur l'uranium ».


« Je veux m'informer plus avant de me prononcer là-dessus », a-t-il ajouté.

DANS LE MÊME DOSSIER

À la une

Pétrole d'Anticosti: l'incompréhensible position du gouvernement

BLOGUE. Disons-le, puisqu'il s'agit d'Anticosti: une approche avec moins de panache aurait diminué le risque financier.

Rona: c'est Ottawa qui tranchera, concède Anglade

17:17 | AFP

C'est ultimement Ottawa qui décidera si les garanties fournies par Lowe's pour acquérir Rona sont suffisantes.

Voici la preuve que les employés ont moins de pouvoir qu'avant

15:26 | Julien Abadie

La menace de démissionner n'est clairement plus un levier de négociation efficace...