Show Canada réussit une performance olympique

Publié le 06/10/2012 à 00:06, mis à jour le 04/10/2012 à 16:08

Show Canada réussit une performance olympique

Publié le 06/10/2012 à 00:06, mis à jour le 04/10/2012 à 16:08

Après le succès remporté à Londres l'été dernier, Jean Labadie et son équipe ont maintenant les yeux tournés vers Sotchi où Show Canada a obtenu le contrat pour la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 2014. [Photo : Gilles Delisle]

La planète a été éblouie par la scène principale et la montagne de Glastonbury lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres, le 27 juillet dernier. Tout un contrat pour l'entreprise lavalloise Show Canada, qui a conçu, fabriqué et assemblé l'ensemble de l'oeuvre !


En septembre 2011, Jean Labadie, président et chef de la direction, croyait aller signer le contrat à Londres. Or, toute une surprise l'attendait à son arrivée. « Le projet avait changé. On a perdu trois mois en partant. C'est finalement le troisième concept qui a été réalisé. »


Trois mois pour tout faire


L'homme d'affaires est resté deux mois sur place pour mettre sur pied le projet, dresser le budget, planifier la main-d'oeuvre et établir les échéanciers.


En décembre, l'entreprise recevait le feu vert pour aller de l'avant. Près de 200 personnes ont alors travaillé avec acharnement sur la fabrication de la scène à l'usine de Laval.


« On n'a eu que trois mois pour concevoir, fabriquer, démonter et envoyer tout le matériel par bateau à Londres », souligne l'entrepreneur de 50 ans.


Une montagne de 30 mètres


Le défi était de taille. Il a fallu construire la montagne de 30 mètres en deux étapes, parce qu'elle était trop haute pour être assemblée dans l'usine. On a donc loué des locaux ailleurs pour pouvoir monter toute la scène.


Au total, 85 conteneurs ont été expédiés outre-mer. Une trentaine d'employés de Show Canada a fait le voyage pour assurer la mise en place de la scène en deux semaines et demie. Une fois la cérémonie terminée, il fallait tout démonter. « On n'a eu que 58 heures pour le faire, car le stade était utilisé pour les compétitions », dit Jean Labadie.


Pour relever le défi, il a notamment eu recours à l'expertise des directeurs de projet du Cirque du Soleil, qui étaient heureusement disponibles. « Ils se sont joints rapidement à nous. Ça a vraiment beaucoup aidé, étant donné l'ampleur du projet. »


Sur le plan de la logistique, tout devait être sans tache. « Nos suivis de projets ont été très rigoureux, du début à la fin. Il y a eu des inquiétudes, mais pas de problèmes. »


Le pdg souligne que le contrat réalisé pour les Jeux olympiques de Vancouver, en 2010, lui a donné l'expérience nécessaire.


Un projet d'une telle envergure exige aussi une excellente coordination du début à la fin. « C'est un grand travail d'équipe. Cela demande l'implication de tous. C'était du 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, même pendant les fêtes et le congé de Pâques. »


Le succès d'un tel projet repose également sur la créativité et l'innovation. « Nos ingénieurs sont très créatifs. Il fallait trouver des façons de faire pour que ce soit réalisable, pour que cela se tienne et se fasse vite... »


Prochain objectif : les JO de Sotchi


Le projet de Londres a été une belle réussite pour l'entreprise. Celle-ci a en effet été finaliste, dans la catégorie Innovation, au Gala économique de la délégation du Québec à Londres.


Dans une autre vie, Jean Labadie a participé à l'ingénierie du funiculaire du Stade olympique de Montréal. L'entreprise a aussi réalisé plusieurs projets scéniques pour le Cirque du Soleil, fabriqué des décors pour Walt Disney, Céline Dion, U2 et plusieurs spectacles d'envergure sur Broadway.


La PME, en pleine expansion, vient de signer une entente de partenariat avec une entreprise chinoise pour y établir une nouvelle usine de plus de 120000 pieds carrés. Elle a aussi pris pied au Qatar, au Moyen-Orient.


Show Canada vient aussi d'obtenir le contrat pour la cérémonie des Jeux olympiques d'hiver de février 2014, qui auront lieu à Sotchi, en Russie. « On parle d'un projet trois fois plus gros que celui de Londres. On a déjà commencé à le planifier. Heureusement, on a plus de temps à notre disposition. C'est notre prochain grand défi », souligne Jean Labadie.


LE DÉFI


CONCEVOIR ET FABRIQUER EN TROIS MOIS LA SCÈNE PRINCIPALE POUR LA CÉRÉMONIE D'OUVERTURE DES JEUX OLYMPIQUES DE LONDRES.


LA SOLUTION


S'ALLIER AU PERSONNEL DU CIRQUE DU SOLEIL QUI A DE L'EXPERTISE POUR CE TYPE DE PROJET.


PROFIL


Activité : Conception et fabrication de scènes et de mécaniques de scènes de grande envergure


Fondation : 1999


Siège social : Laval


Effectifs : 100 employés permanents (jusqu'à 200 en période forte)


Chiffre d'affaires : 30 M$


Marchés : États-Unis, Europe, Moyen-Orient et Asie


CE QUI A PERMIS LA RÉUSSITE


À son retour de Londres, deux semaines avant Noël, Jean Labadie a reçu chez lui tous les employés clés de Show Canada pour leur demander s'ils étaient prêts à relever le défi. « C'est important que tout le monde embarque sur le bloc de départ. La réponse fut unanime. Tout le monde était prêt à se retrousser les manches. »

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Des investissements de la Chine qui tournent au fiasco

BLOGUE. De nombreuses acquisitions réalisées par le géant asiatique ne génèrent pas les bénéfices prévus.

Référendum en Écosse: les conséquences d'un Oui

12/09/2014 | François Normand

ANALYSE - Les Écossais se prononcent ce jeudi 18 septembre sur l'indépendance de l'Écosse.

Couche-Tard boudée dans le TSX 60, Amaya entre au S&P/TSX

Couche-Tard devra encore attendre pour faire son entrée au club sélect du TSX 60, mais Amaya entre au S&P/TSX.