iSpeaky sait attirer les travailleurs immigrants

Publié le 06/10/2012 à 00:07, mis à jour le 04/10/2012 à 16:08

iSpeaky sait attirer les travailleurs immigrants

Publié le 06/10/2012 à 00:07, mis à jour le 04/10/2012 à 16:08

Jean-Paul Vincent apprécie la loyauté des travailleurs immigrants. [Photo : Gilles Delisle]

Jean-Paul Vincent sait ce que c'est que d'immigrer dans un pays sans y avoir de relations et de se chercher un emploi. Originaire de France, cet associé chez iSpeaky a vécu cette situation à deux reprises. Une première fois au Japon et une deuxième à son arrivée au Québec en 2005. C'est pourquoi il a décidé de recruter principalement des immigrants.


C'était la première motivation de l'homme d'affaires, qui dirige le département Projets stratégiques et développement des marchés d'iSpeaky, une PME spécialisée dans les solutions logicielles pour l'apprentissage à distance d'une langue seconde. Depuis, il a découvert bien d'autres avantages de faire appel à une maind'oeuvre immigrante.


En premier lieu, la fidélité. iSpeaky affiche un taux de roulement peu élevé pour le secteur des technologies de l'information. « Les immigrants ont un grand sentiment de loyauté envers ceux qui leur ont donné leur première chance sur le marché du travail dans leur nouveau pays », remarque M. Vincent.


Ils disposent aussi d'un réseau de relations dans leur pays d'origine qui peut être utile à leur employeur désireux de percer des marchés étrangers. Ainsi, grâce à ses employés, la PME montréalaise est en pourparlers pour conclure des partenariats à l'international.


Aide à l'embauche


De plus, l'embauche d'immigrants permet d'obtenir une aide financière d'Emploi-Québec dans le cadre du Programme d'aide à l'intégration des immigrants et des minorités visibles en emploi. « Quand on en embauche plusieurs, ça peut avoir un impact significatif », signale-t-il. Les 20 employés d'iSpeaky proviennent d'une quinzaine de pays : Mongolie, Togo, Moldavie, Mexique, Hongrie, etc.


Sans compter que, plus une entreprise compte d'immigrants parmi ses employés, plus c'est facile d'en attirer d'autres. Un avantage dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre.


« Le recrutement, c'est une opération de séduction des deux côtés, souligne M. Vincent. Quand un candidat vient passer une entrevue d'embauche et qu'il constate la diversité culturelle de notre entreprise, il a un préjugé favorable envers nous. Il s'imagine travailler ici. »


Des sources de main-d'oeuvre


iSpeaky recrute la plupart de ses employés auprès de Novitek International, une entreprise d'entraînement qui plonge les chercheurs d'emploi dans une simulation d'activités commerciales.


Jean-Paul Vincent a luimême acquis sa première expérience de travail au pays dans cette entreprise financée par Emploi-Québec, qui se spécialise en formation de personnel dans les domaines de l'administration, des communications et des technologies de l'information.


Les universités sont une autre source de maind'oeuvre immigrante pour iSpeaky, qui accueille régulièrement des stagiaires à la maîtrise ou au doctorat.


« Les filières en sciences et en finances comptent beaucoup d'immigrants, constate M. Vincent. Nous recrutons ainsi en amont des gens talentueux issus de l'immigration. »


Le dirigeant soutient que l'harmonie règne au sein de son équipe. « Les différences culturelles ne posent pas de problème. Chacun comprend ce que ressent l'autre, car tout le monde ici est en situation minoritaire. »


Comme petite entreprise, iSpeaky n'a pas de programme d'accueil particulier ni de politique formelle au regard de la diversité de la maind'oeuvre. C'est à ses gestionnaires de projet que revient la responsabilité de coacher les nouveaux arrivants.


LE DÉFI


RECRUTER ET INTÉGRER UNE MAIN-D'OEUVRE IMMIGRANTE.


LA SOLUTION


FAIRE APPEL À UNE ENTREPRISE D'ENTRAÎNEMENT.


PROFIL


Activité : Développement de solutions logicielles pour l'apprentissage à distance d'une langue seconde


Année de fondation : 2003


Siège social : Montréal


Effectifs : 20


Chiffre d'affaires : Confidentiel


Marché : Québec


LE SECRET : LA FORMATION


« Offrez des formations à votre personnel immigrant, dit Jean-Paul Vincent. En constatant comment le savoir est enseigné dans une culture, les immigrants acquièrent en même temps une meilleure compréhension du monde du travail dans leur pays d'accueil. Ils se créent aussi un réseau de relations. » iSpeaky paie ainsi diverses formations à ses employés : cours d'appoint, certifications professionnelles, certificats universitaires, cours de français et d'anglais, etc.

À suivre dans cette section

DANS LE MÊME DOSSIER

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Uni-Sélect remet graduellement le pied sur l'accélérateur

Édition du 20 Décembre 2014 | Dominique Beauchamp

Exclusif. Notre entrevue éditoriale avec Richard Roy, le pdg d'Uni-Sélect.

Poutine joue à la roulette russe

20/12/2014 | François Normand

ANALYSE. La politique étrangère de Vladimir Poutine risque de plonger la Russie dans une longue crise économique.

L'Opep ne baissera pas la production de pétrole

07:49 |

Les ministres saoudien et koweïtien du Pétrole ont indiqué dimanche que leurs pays ne réduiraient pas leur production.