Europe: les chefs d'entreprise plus confiants

Publié le 27/02/2013 à 07:00

Europe: les chefs d'entreprise plus confiants

Publié le 27/02/2013 à 07:00

Par AFP

Photo: Bloomberg

L'indice de confiance des chefs d'entreprises et des consommateurs en zone euro s'est à nouveau amélioré en février pour le quatrième mois consécutif, selon des données publiées mercredi par la Commission européenne.


L'indice s'est inscrit à 91,1 points, soit 1,6 point de plus qu'en janvier. Dans l'ensemble de l'UE, l'indice de confiance économique s'est également amélioré de 1,2 point à 92,0.


Dans la zone euro, l'industrie est le secteur où la confiance s'est le plus fortement améliorée (+2,6) grâce notamment au niveau général des carnets de commandes. Les services ont eux aussi profité d'une tendance positive: la confiance dans ce secteur s'est améliorée de 2,3 points en un mois.


En revanche, la confiance s'est affaiblie dans le secteur de la construction (-1,3) après une embellie le mois précédent, et dans une moindre mesure, dans le secteur des ventes de détail (-0,8).


Parmi les pays de la zone euro, la confiance s'est le plus améliorée en Allemagne (+2,5), en Espagne (+1,5), en France (+1,3), aux Pays-Bas (0,8) ainsi qu'en Italie (+0,3).

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

La confiance des propriétaires de PME stable en août, mais embellie en vue

28/08/2014 | Yannick Clérouin

L'indice de confiance de la FCEI montre que la confiance stagne. Mais le PDG de la Banque Nationale se fait optimiste.

É-U: la confiance des consommateurs à un sommet depuis 2007

29/07/2014 | AFP

Le moral des ménages aux États-Unis a enregistré un bond spectaculaire en juillet.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bilan économique mondial: pas si mal finalement

Mis à jour il y a 28 minutes | Jean Gagnon

Le commerce extérieur, dopé par la reprise américaine, s’avère de plus en plus un facteur positif pour le Canada.

Sabia dénonce l'obsession pour les rendements à court terme

L'obsession des rendements à court terme contribue à la volatilité de l'économie mondiale, dénonce Michael Sabia.

Ralenties par leur conjoint et non leurs enfants

12:34 | Déborah Cherenfant

Ralenties par leur conjoint et non leurs enfants Soupir. Une nouvelle étude dans le Harvard Business Review ...