Diaporama: dix moments charnières dans l'histoire de Facebook

Publié le 17/05/2012 à 13:53

slide-image

Dix moments charnières dans l’histoire de Facebook

Le 18 mai aura lieu l’une des entrées en Bourse les plus attendues : celle de Facebook.  Fondé il y a à peine huit ans, le réseau social reliera bientôt un milliard de personnes. Est-ce que ce succès ce reflétera dans les états financier de l'entreprise ? C'est la grande question. En attendant la réponse, nous avons retracé l’histoire de Facebook en 10 événements marquants.

Dix moments charnières dans l’histoire de Facebook
slide-image

Lancement du site TheFacebook.com

Le 4 février 2004 , Mark Zuckerberg, alors étudiant à Harvard, lance TheFacebook.com à partir de sa chambre. Le site Internet, qui ne cible alors que les étudiants du campus, attire plus de 1 200 utilisateurs en moins de 24 heures et, rapidement, Zuckerberg s’associe avec ses camarades Eduardo Saverin, Chris Hughes et Dustin Moskovitz, qui deviendront par conséquent co-fondateurs de l’entreprise.

Lancement du site TheFacebook.com
slide-image

Mark Zuckerberg rencontre Sean Parker

Au printemps 2004, avant de quitter la région de Boston pour aller tenter sa chance avec Facebook dans la Silicon Valley, Mark Zuckerberg se rend à New York pour rencontrer Sean Parker. Le fondateur de Napster est convaincu de l’énorme potentiel du réseau social. Il joue par la suite un rôle clef dans la recherche d’investisseurs. Il attire l’intérêt de Peter Thiel, qui investit 500 000 $ dans Facebook durant l’été 2004. Durant la même année, Sean Parker devient président de Facebook, poste qu’il occupera jusqu’en 2005.

Mark Zuckerberg rencontre Sean Parker
slide-image

Accel Partners investit 12,7 millions de dollars dans Facebook

En mai 2005, le fonds en capital de risque Accel Partners investit  12,7 millions de dollars dans Facebook valorisant ainsi l’entreprise à 93 millions de dollars. L’argent d’Accel Partners permet notamment au réseau social de faire l’acquisition du nom de domaine Facebook.com au prix de 200 000 $. À l’époque, le réseau social a environ cinq millions d’utilisateurs.

Accel Partners investit 12,7 millions de dollars dans Facebook
slide-image

Yahoo ! passe à un doigt d’acheter Facebook pour un milliard de dollars

En juin 2006, Yahoo! offre un milliard pour mettre la main sur Facebook. Mark Zuckerberg, qui a déjà refusé plusieurs offres d’achat, n’est pas convaincu, mais les membres de son conseil d’administration le poussent à accepter l’offre. Pour remettre les choses en perspective, MySpace, alors le roi des réseaux sociaux, avait été acheté 580 millions de dollars en 2005. Mark Zuckerberg jongle avec l’idée de vendre, mais suite à une baisse de son titre, Yahoo ! réduit son offre de 15 %. Le pionnier du Web fournit ainsi au fondateur de Facebook un prétexte en or pour refuser l’offre d’achat sans s’aliéner ses investisseurs.

Yahoo !  passe à un doigt d’acheter Facebook pour un milliard de dollars
slide-image

Facebook ouvre ses portes au grand public

Le 26 septembre 2006, le réseau social, jusqu’alors réservé aux étudiants universitaires et aux employés de certaines entreprises, telles Apple et Microsoft, ouvre ses portes au reste du monde. Seuls les moins de 13 ans ne peuvent pas s’inscrire. Facebook a alors un peu plus de neuf millions d’utilisateurs, mais ce nombre s’apprête à littéralement exploser.

Facebook ouvre ses portes au grand public
slide-image

Microsoft investit dans Facebook

Le 24 octobre 2007, Microsoft annonce qu’elle investira 240 millions de dollars dans Facebook, en échange d’une participation de 1,6 %. L’investissement valorise le réseau social à 15 milliards et débouche sur un partenariat publicitaire avec Microsoft. Ce partenariat vient à échéance en 2010, mais les deux entreprises continuent par la suite à entretenir des relations privilégiées. Aujourd’hui, le moteur de recherche de Microsoft, Bing, affiche des données sociales issues de Facebook dans ses résultats de recherche. Pour sa part, Facebook a recours à la technologie de Skype, une filiale de Microsoft, pour permettre à ses utilisateurs de faire des appels vidéo.

Microsoft investit dans Facebook
slide-image

Facebook franchit le cap symbolique des 100 millions d’utilisateurs

Le 26 août 2008, à 15h21, Mark Zuckerberg publie sur son profil Facebook un message dont le titre, «Notre premier 100 millions», ne laisse pas de doute sur sa confiance dans l’avenir de l’entreprise. Le fondateur de Facebook avait raison d’être enthousiaste, puisque son site a depuis lors attiré huit autres centaines de millions d’utilisateurs, dépassant aujourd’hui les 900 millions. Le prochain cap symbolique, celui du milliard d’utilisateurs, pourrait d’ailleurs être pour bientôt.

Facebook franchit le cap symbolique des 100 millions d’utilisateurs
slide-image

Une ronde de financement valorise Facebook à 50 milliards

En janvier 2011, Facebook complète sa plus importante ronde de financement, dans le cadre de laquelle elle obtient 1,5 milliard de dollars. La ronde, à laquelle participent la banque d’affaires Goldman Sachs et le fonds russe Digital Sky Technologies, valorise Facebook à 50 milliards de dollars. La valeur de Facebook, qui a alors 600 millions d’utilisateurs, dépasse alors celle de Yahoo !. Le prix des actions du réseau social continue par la suite à croître sur les marchés secondaires, mais l’entreprise n’a manifestement plus besoin de financement. En 2011, l’entreprise dégage d’ailleurs un profit d’un milliard de dollars.

Une ronde de financement valorise Facebook à 50 milliards
slide-image

Facebook achète Instagram pour plus d'un milliard

Le 9 avril 2012, Facebook annonce qu’elle fera l’acquisition d’Instagram, une populaire application de partage de photos, au prix d’un milliard de dollars. Le prix payé semble démesuré, mais il s’agit vraisemblablement d’une acquisition défensive, puisque l’acquisition du service par Google, par exemple, aurait pu faire mal à Facebook. Mark Zuckerberg a vraisemblablement appris des erreurs de Yahoo, qui aurait successivement pu mettre la main sur Google et Facebook si elle y avait mis le prix. D’ailleurs, la transaction pourrait s’élever à près de 1,2 milliard si le réseau social est valorisé à 100 milliards. En effet, 75 % du milliard négocié est payable en actions et les termes de la transaction sont basés sur une valorisation de Facebook à 75 milliards.

Facebook achète Instagram pour plus d'un milliard
slide-image

General Motors retire ses publicités de Facebook

Le 15 mai dernier, à quelques jours seulement de l’entrée en bourse de Facebook, un article du Wall Street Journal révèle que Genereal Motors cessera d’annoncer sur le réseau social, en raison du manqué d’efficacité de son offre publicitaire. Le montant en jeu, 10 millions de dollars par année, n’est certes pas significatif pour Facebook, dont les seules recettes publicitaires se sont élevées à plus de trois milliards en 2011. Néanmoins, alors que l’action de l’entreprise pourrait s’échanger à un ratio cours-bénéfice supérieur à 100 vendredi, ce désaveu de la part d’un important annonceur n’a pas manqué d’inquiéter la communauté financière.

General Motors retire ses publicités de Facebook

Thèmes associés: Bourse, diaporama, Facebook
Par: Julien Brault

Julien Brault

À suivre dans cette section

Sur le même sujet

Wall Street retombe au rouge, Twitter gagne 21%

30/07/2014 | Stéphane Rolland

Le rebond de l'économie n'a pas été suffisant pour soutenir Wall Street.

10 choses à savoir mercredi

30/07/2014 | Gaële Fontaine et Yannick Clérouin

Nouveau coup dur pour BlackBerry, assemblée de la nouvelle star montréalaise du Poker, avalanche de résultats attendus.

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bombardier dépasse les attentes, prévoit reprendre les vols du CSeries sous peu

L'avionneur montréalais rassure en utilisant moins de fonds que prévu; le CSeries reprendra les vols d'essai bientôt.

Québecor crée un nouveau secteur dédié aux médias

La nouvelle entité, qui vise à pousser la convergence plus loin, sera dirigée par l'avocate Julie Tremblay.

Twitter: le titre gazouille-t-il trop fort?

30/07/2014 | François Pouliot

BLOGUE. En rebond de plus de 20%, le titre de Twitter gazouille-t-il trop fort?