Les cinq plus importants conflits de travail au Québec en 2012

Publié le 24/12/2012 à 16:09

slide-image

Les cinq plus importants conflits de travail au Québec en 2012

L’année 2012 ne passera pas à l’histoire pour le nombre de  grèves et de lockouts. Durant les 11 premiers mois, le ministère du Travail a dénombré 66 conflits, incluant ceux toujours en cours.  C’est plus qu’en 2011 (58 en 12 mois), mais c’est inférieur à la moyenne de 91 conflits par année observés entre 2001 et 2010.

Au 30 novembre, 236 399 jours-personnes avaient été perdus au Québec. À lui seul, le lockout à l’aluminerie de Rio Tinto Alcan à Alma, au Lac-Saint-Jean, a représenté près de la moitié de ces journées (44,7%), en faisant de loin le plus important conflit de travail au Québec en 2012.

Depuis 10 ans, le taux de syndicalisation au Québec est relativement stable. En 2011, il s’établissait à 39,5% comparativement à 41% en 2002, selon Statistique Canada. Le Québec est l’endroit où la proportion d’employés syndiqués est la plus élevée au pays.

Le taux canadien (sans le Québec) s’élève à 29,9%, tandis qu’il est relativement moins élevé en Ontario, à 28%. Aux États-Unis, il est trois fois moins élevé qu’au Québec, avec 13% des travailleurs qui étaient membres d’un syndicat en 2011.

Si le taux de syndicalisation au Québec est plus élevé que la moyenne des pays de l’OCDE (17,5% en 2011), il est revanche inférieur à celui de pays nordiques comme la Norvège (54,6%), la Suède (67,7%) ou la Finlande (70%, en 2010).

Les cinq plus importants conflits de travail au Québec en 2012
slide-image

Rio Tinto Alcan (aluminerie) à Alma

Quoi : lock-out
Nombre de travailleurs : 755
Jours/personnes perdus : 105 700
% des JPP sur l’ensemble des conflits : 44,7%
Début et fin du conflit : 1er janvier au 22 juillet 2012

Rio Tinto Alcan (aluminerie) à Alma
slide-image

Commission de la construction du Québec (gouvernement)

Quoi : grève et lock-out
Nombre de travailleurs : 600
Jours/personnes perdus : 31 800
% des JPP sur l’ensemble des conflits : 13,5%
Début et fin du conflit : 17 mai au 12 août 2012

Commission de la construction du Québec (gouvernement)
slide-image

Mapei (usine de produits chimiques), à Laval

Quoi : grève
Nombre de travailleurs : 110
Jours/personnes perdus : 16 060*
% des JPP sur l’ensemble des conflits : 6,8%
Début et fin du conflit : 4 mai (toujours en cours)

*Du 1er janvier au 30 novembre

Mapei (usine de produits chimiques), à Laval
slide-image

Hôtel Hyatt Regency (hébergement), à Montréal

Quoi : grève
Nombre de travailleurs : 360
Jours/personnes perdus : 13 886
% des JPP sur l’ensemble des conflits : 5,9%
Début et fin du conflit : 25 juillet au 16 septembre 2012

Hôtel Hyatt Regency (hébergement), à Montréal
slide-image

Association patronale des centres de la petite enfance

Quoi : grève
Nombre de travailleurs : 1 898*
Jours/personnes perdus : 9 492
% des JPP sur l’ensemble des conflits : 4%
Début et fin du conflit : 6 février au 15 février 2012

*Le ministère du Travail est arrivé à ce chiffre en calculant le nombre moyen de salariés touchés par ce conflit sur une base temps plein (beaucoup de travailleurs étaient à temps partiel)

Association patronale des centres de la petite enfance

Thèmes associés: Conflit de travail, diaporama
Par: François Normand

François Normand

Sur le même sujet

Construction: les négociations se poursuivent dans le secteur résidentiel

Mis à jour le 25/06/2013

Les négociations se poursuivent mardi dans le secteur résidentiel de l'industrie de la construction, afin ...

En grève, l'hôtel Maritime ferme ses portes

Mis à jour le 20/02/2013

La direction de l’hôtel Maritime Plaza de Montréal a finalement mis sa menace à ...

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Immobilier: n’achetez jamais à l’aveuglette

18/04/2014 | Yvan Cournoyer

BLOGUE. En immobilier, on jongle avec des milliers de dollars à chaque étape. Un mauvais coup peut être onéreux.

Rio Tinto expérimente la mine sans mineur

Édition du 19 Avril 2014 | Suzanne Dansereau

Afin de mieux traverser la crise financière qui les secoue, les minières doivent investir davantage dans l'innovation.

Pourquoi vouloir imiter Warren Buffett quand on peut acheter Berkshire au rabais

Édition du 12 Avril 2014 | Yannick Clérouin

Comment constituer un portefeuille qui imiterait celui de Berkshire Hathaway, à l'image des FNB? Réponse à notre lecteur