Les trois éléments qui sauveront l’ingénierie de construction

Publié le 12/11/2018 à 10:31

Par Jean-Philippe Védrine


Fort de sa réputation, le Québec est l’un des chefs de file en ingénierie de projets de construction, et ce, au niveau international. Le nombre d’ingénieurs québécois travaillant aux quatre coins du monde témoigne de notre expertise.


Cependant, depuis la dernière décennie, cette industrie fait face à de sérieux problèmes de réputation, engageant une longue série de controverses où les mots « dépassement de couts », « collusion », « mauvaise qualité », « accidents », pour ne citer que ceux-ci, résonnent dans les médias de masse. Les contribuables et la clientèle privée en ont manifestement tous deux assez de débourser à tous azimuts et à subir les contrecoups de projets défaillants.


Comment sortir de cette impasse, cette mauvaise réputation qui entache cette industrie, notre industrie? En fait, la réponse devrait se résumer en trois mots : qualité, respect, sécurité.


La qualité n’est pas un luxe


Trop souvent, la qualité est volontairement mise au rencart pour des raisons budgétaires. Ironiquement, cet aspect est directement lié à la durabilité et aux fameux dépassements de couts de ces projets.


Il est fort de constater que la qualité assure en fait le contrôle des couts entourant un projet. Une tâche bien effectuée est une tâche qui ne demandera évidemment pas d’être recommencée. Un élément à reprendre aura inévitablement un effet direct sur l’échéancier qui, au départ, avait été conçu sans tenir compte de celui-ci. Ultimement, le client et ses parties prenantes devront payer pour ces retards imprévus.


Avons-nous vraiment les capacités financières nous permettant de nous procurer un produit de piètre qualité? Nous devons nous poser la question et faire une introspection quant au rôle de la qualité dans tous les projets entrepris.


Un travail de qualité n’aura que des bénéfices pour toutes les parties. La qualité, devons-nous comprendre, a un effet direct et sans compromis sur la réputation d’une marque, soit celle de l’entrepreneur, en plus d’avoir une incidence sur la loyauté du client. Un client satisfait finira par rapporter beaucoup plus que le montant investi en qualité.


La sécurité, sans compromis


Un projet défaillant au niveau de la sécurité aura inévitablement un impact négatif direct sur le budget, l’échéancier, la viabilité du produit fini et les ressources humaines.


Imaginez un instant que l’un de vos employés se blesse. Le chantier est interrompu, une enquête est entamée, cet employé doit être dédommagé et ultimement, remplacé par une autre ressource. Nul besoin de poursuivre afin de comprendre que l’échéancier et le budget viennent d’être affectés par ce seul facteur : la négligence face à la sécurité.


La sécurité doit passer par tous et chacun, sans compromis. Chaque employé, peu importe son rang dans la hiérarchie d’un projet, devrait être en mesure d’arrêter les opérations s’il est témoin d’un élément pouvant potentiellement nuire à la sécurité de ses pairs.


Un accident est toujours évitable. Si l’équipe, de façon unanime, croit en cette philosophie, le nombre d’accidents en sera réduit considérablement voire éradiqué. Conséquemment, l’entrepreneur conservera ses ressources qualifiées tout en augmentant sa marge de profits, celle-ci n’ayant pas subi de répercussions liées à la sécurité.


Quand « respect » rime avec « facilité »


Le respect passe par soi-même, c’est bien connu. Nous devons également respecter l’ensemble des acteurs entourant un projet : du client au sous-contractant qui se situe au bas de l’échelle.


Le respect assure une exécution fluide et un rendement de qualité. Lorsque le respect est établi entre deux parties, toutes sont prêtes à accomplir leur mandat et parfois même à en livrer un peu plus afin d’entretenir de bonnes relations.


Imaginez un fournisseur de ciment, froissé plus tôt par l’un des directeurs du projet, qui décide d’avoir une heure de retard sur sa livraison alors que l’équipe est mobilisée et en attente. Le budget sera inévitablement touché, conséquence de ce conflit entre deux parties.


L’harmonie à l’intérieur d’un projet, comme dans toutes les sphères de la société, facilite et simplifie beaucoup de choses!


Vers le succès pour tous


Pour obtenir le soutien et la confiance de la société et du client, nous devons non seulement honorer, mais également dépasser les exigences de base espérées en matière de sécurité, de qualité et de respect.


La plupart des entreprises d’ingénierie de projets prônent haut et fort certains de ces éléments, mais rares sont celles qui les appliquent impérativement. L’intégration de la qualité, de la sécurité et du respect aux valeurs d’une entreprise devrait forcer toutes les parties, soit les gestionnaires, les exécutants, les sous-contractants et le client, à les appliquer systématiquement et en harmonie.


Profitabilité financière, longévité de votre main d’œuvre, durabilité du projet livré et excellence de votre réputation de marque, voilà ce que ces trois éléments vous rapporteront.


L’auteur, Jean-Philippe Védrine, est vice-président de la firme de gestion en construction de projets, Construction Genfor ltée. L’entreprise, en opération depuis 1986, compte plus de 400 projets complétés tant pour des clients privés que publics. Les trois valeurs de l’organisation sont la qualité, la sécurité et le respect.

Le contenu partenaire c'est quoi ?

Ce contenu destiné à la communauté d'affaires a été produit par un annonceur ou pour un annonceur. Les journalistes de Les Affaires ne sont pas impliqués dans la rédaction de ce contenu.

À la une

Bourse: est-ce l'orage avant l'éclaircie?

BLOGUE. Un mois de décembre aussi affreux est historiquement de mauvais augure mais la Fed peut encore changer la donne

Comment les gilets jaunes pourraient changer la France

14/12/2018 | François Normand

ANALYSE - Les gilets jaunes sont le symptôme d'un malaise profond. Et cela va bien au-delà du pouvoir d'achat.

Bourse : les gagnants et perdants de la semaine

14/12/2018 | Martin Jolicoeur

Quels sont les titres qui ont le plus marqué la semaine? Facebook, Lululemon, Bombardier et... un producteur de mari.