Le Québec des filiales

Publié le 28/05/2012 à 09:58, mis à jour le 06/06/2012 à 13:47

Le Québec des filiales

Publié le 28/05/2012 à 09:58, mis à jour le 06/06/2012 à 13:47

Les filiales de sociétés étrangères sont des acteurs incontournables dans l'économie de la province. Pourquoi s'installent-elles chez nous ?


Un coup d'oeil à notre palmarès des 500 plus grandes sociétés du Québec permet de constater la forte présence des filiales d'entreprises internationales installées sur notre territoire.


À Montréal seulement, où les trois quarts se trouvent, les filiales fournissent 9 % du nombre total des emplois, soit plus de 165 000 emplois directs et 100 000 emplois indirects, selon une récente étude de Montréal International. Elles dépensent chez nous 26 milliards de dollars par an, ce qui génère des retombées fiscales de 4,1 milliards de dollars. Le coût de deux CHUM...


Sans surprise, il s'agit surtout de filiales d'entreprises américaines. Près de la moitié des sociétés étrangères de Montréal, soit plus de 1 000 établissements, ont leur siège social aux États-Unis. Les filiales de sociétés françaises suivent ; elles représentent 13 % de l'ensemble. Les autres pays d'Europe de l'Ouest, dont le Royaume-Uni, la Suisse et l'Allemagne, se partagent le reste. En ce qui concerne les filiales de sociétés d'autres régions du monde, leur présence est marginale. Seul le Japon compte 71 établissements, soit 3 % du total.


Cela dit, on ne peut pas ignorer le fait que six des dix plus importantes filiales (sur le plan du nombre d'employés) font partie des secteurs de la restauration et du commerce de détail. Ce sont les McDonald's, Walmart, Costco et Best Buy de ce monde.


La présence de ces géants au Québec engendre des retombées économiques, bien sûr. Target, qui a acheté les emplacements de Zellers, dépensera 1,5 milliard de dollars au Canada pour rénover ses magasins.


Pourtant, le premier ministre Jean Charest ne se déplace pas pour couper le ruban lorsqu'un nouveau Walmart ouvre ses portes à Longueuil. On le comprend. Les détaillants ne créent pas d'emplois qualifiés dans des secteurs de pointe et ne contribuent pas non plus à l'enrichissement d'une expertise locale.


Il en va autrement pour les filiales qui s'installent chez nous, non pas pour la clientèle, mais pour les talents.


À suivre dans cette section

Schwartz's: Sur le ring des épiciers
Mis à jour le 02/12/2013
Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Une correction du secteur de l'habitation ferait mal à l'économie, selon la BMO

Une correction soudaine et prononcée du secteur de l'habitation pourrait avoir un impact dévastateur sur ...

L'Union des consommateurs réclame un recours collectif contre Telus

17/04/2014 | Denis Lalonde

L'UDC reproche à Telus sa décision de migrer unilatéralement tous les abonnés de Public Mobile sur son réseau 4G.

Bourses: les marchés avancent sans enthousiasme

17/04/2014 | LesAffaires.com et AFP

Les Bourses nord-américaines ont connu une séance contrastée. Alors que Toronto pouvait surfer sur ...