L'exportation culturelle, nouveau tremplin des gens d'affaires

Publié le 28/05/2012 à 11:23, mis à jour le 06/06/2012 à 13:41

L'exportation culturelle, nouveau tremplin des gens d'affaires

Publié le 28/05/2012 à 11:23, mis à jour le 06/06/2012 à 13:41

Par Valérie Lesage

[Photo : Bloomberg]

L'industrie culturelle est en croissance et son apport dans l'économie est plus important que celui du secteur minier. Elle définit de plus en plus l'image du Québec à l'étranger, au grand bonheur de nos gens d'affaires.


Si vous avez l'impression que la culture québécoise rayonne partout, vous ne rêvez pas.


En février, la mégastar Madonna s'entourait du Cirque du Soleil et de la firme multimédia montréalaise Moment Factory pour donner un éclat moderne et singulier à son spectacle de la mi-temps au Super Bowl. Plus tard le même mois, au gala des oscars, Monsieur Lazhar, de Philippe Falardeau, était finaliste dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère, tout juste un an après Incendies, de Denis Villeneuve. Ce soir-là, devant tout Hollywood et les téléspectateurs du monde entier, le Cirque du Soleil, dans de fabuleuses envolées, rendait un vibrant hommage au cinéma. La mise en scène était signée Shana Carroll, des 7 doigts de la main, une jeune troupe québécoise qui quelques jours auparavant, remportait l'or à Paris au cours du plus important festival de cirque du monde.


Pendant ce temps, à Las Vegas, la reine Céline, installée au Colosseum depuis mars 2011, continue de faire salle comble 70 soirs par an. Le Cirque du Soleil déploie 21 spectacles dans le monde, Coeur de Pirate grimpe dans les palmarès en France avec Blonde, le jeune chef d'orchestre Yannick Nézet-Séguin fait ses débuts à la Royal Opera House de Londres, les chevaux blancs de Cavalia Odysseo caracolent à Miami, et Robert Lepage brille au Metropolitan Opera de New York avec sa mise en scène du Crépuscule des dieux. Tout cela en l'espace d'un mois. Et la liste de nos exportations culturelles du début de l'année pourrait s'allonger encore. L'humoriste Stéphane Rousseau, par exemple, amorçait en mars une tournée des Zénith en France, des salles de plus de 3 000 places, pendant une tournée d'une quinzaine de soirées.


«Pour sept millions d'habitants, nous sommes plus créatifs que bien des sociétés de 25 millions !» s'exclame Gilbert Rozon, le président du Groupe Juste pour rire. Pensez au nombre de spectacles internationaux que nous avons. Pour trouver un autre exemple, vous allez chercher longtemps. Je pense que nous rayonnons plus que les Français, et nous sommes vraiment plus petits.»


«La culture est en train de devenir notre marque de commerce la plus respectée, pense le président de la SODEC, François Macerola. Oui, il y a d'autres domaines où le Québec joue un rôle important dans les milieux économiques, mais quand on parle du Québec, ce qui vient en premier, c'est le Cirque du Soleil, Céline Dion, Juste pour rire, le Festival international de jazz de Montréal ou Leonard Cohen.»


À suivre dans cette section

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

Bourse: la fusillade à Ottawa fait plonger les indices nord-américains

Mis à jour le 22/10/2014

La fusillade à Ottawa a fait plonger les marchés boursiers de Toronto et de New York.

Le pétrole recule fortement, à son plus bas depuis juin 2012

22/10/2014

Un bond plus important que prévu des stocks pétroliers américains plombe les titres du secteur à Toronto.

Lise Watier se lance dans la vodka

22/10/2014 | Valérie Lesage

Après avoir connu le succès international dans les cosmétiques, Lise Watier lance une vodka québécoise