Mille milliards... d'actif !

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Mille milliards... d'actif !

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Par Pierre Théroux

Rémy Therrien, président de Croesus. [Photo : Jérôme Lavallée]

SOMMAIRE DU DOSSIER


Sur le point de passer le cap des 10 000 utilisateurs de ses logiciels, qui gèrent plus de 700 milliards de dollars d'actif pour leurs clients, Croesus souhaite accaparer encore plus de richesse. La PME de Laval, dont la plateforme informatique est utilisée par les gestionnaires de portefeuille, vise maintenant le chiffre magique de 1 000 milliards de dollars d'actif géré par ses logiciels. Pour ce faire, elle met le cap vers les États-Unis, où elle a récemment fait ses premiers pas.


«On s'attaque à gros, mais on a les outils et les compétences pour y arriver», affirme Rémy Therrien, président et fondateur de cette société créée en 1987... au commencement de la micro-informatique.


M. Therrien, originaire de Gaspésie, était alors étudiant en génie physique à l'Université Laval et occupait des emplois d'été dans des magasins d'ordinateurs. Un appel d'un conseiller de Lévesque Beaubien Geoffrion (devenue depuis la Financière Banque Nationale), qui voulait un outil informatique pour gérer les comptes de ses clients, allait servir d'étincelle à la création de Croesus et donner le coup d'envoi d'une longue relation d'affaires avec cette institution. Ce premier client a aidé l'entreprise à s'établir sur le marché canadien, où elle travaille maintenant avec CIBC Wood Gundy et la Banque TD ; elle compte ainsi trois des six grandes banques canadiennes parmi sa clientèle.


Le portefeuille d'utilisateurs de Croesus, qui comprend aussi des courtiers de plein exercice et des conseillers en services financiers de Valeurs mobilières Desjardins et de Valeurs mobilières Banque Laurentienne au Québec, pourrait lui ouvrir les portes du vaste marché des États-Unis. «Des clients aussi prestigieux, c'est une belle carte professionnelle. Mais le marché américain est différent et nécessite une autre approche», souligne M. Therrien.


Masse critique


Chez nos voisins du Sud, Croesus cible d'abord le marché des bureaux de courtiers et de conseillers indépendants. «Nous voulons avoir une masse critique d'utilisateurs avant d'approcher les plus grandes firmes de courtage», explique le président, en précisant que ces dernières font principalement affaire avec des sociétés informatiques majeures.


En plus d'avoir ouvert un bureau près de San Diego, en Californie, la PME mise sur sa présence dans des congrès et des conférences pour démarcher de nouveaux clients. En juin dernier, elle avait un kiosque au In|Vest 2015, qui réunissait à New York un vaste éventail de sociétés liées à la gestion de patrimoine, notamment des maisons de courtage et des banques privées. En mars, elle participait en Floride au congrès annuel de la Bank Insurance & Securities Association (BISA), le regroupement le plus important de l'industrie.


Ces activités, pour l'instant, «nous ont surtout donné de la visibilité», souligne M. Therrien, qui ne délaisse pas pour autant le marché canadien. Car les ambitions de croissance de Croesus passent aussi par l'augmentation de ses parts de marché au pays. «Nous aimerions bien ajouter une autre grande banque canadienne à nos utilisateurs», dit-il, précisant que l'ouverture d'un bureau à Toronto en 2010 a accéléré la croissance au pays.


Les clients de Croesus comptent pour environ 45 % du marché des actifs gérés par des courtiers de plein exercice au Canada. L'entreprise lavalloise a donc encore du pain sur la planche ! En pleine expansion, elle compte maintenant 140 employés, par rapport à 114 en début d'année, et prévoit d'autres embauches dans un avenir rapproché.


CROESUS
› Rang dans les 300 : 231
› Nombre d'employés : 127
› Croissance du nombre d'employés : 33,7 %


SOMMAIRE DU DOSSIER


1. Les 300 c'est...
2. Agrandir pour attirer plus de clients
3. Implanter de nouveaux systèmes informatiques
4. Rendre sa production encore plus efficace
5. Des stratégies payantes
6. Mille milliards... d'actif !
7. L'artiste devenue entrepreneure
8. Vaillancourt continue d'ouvrir ses horizons
9. Se relever et se diversifier
10. Faire sa place parmi les grands
11. Mini révolution dans le monde de la consultation
12. L'ADN d'un top recruteur
13. Des Y parlent à coeur ouvert
14. Durer à l'international

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Les Affaires anime et diffuse le débat sur les enjeux environnementaux montréalais

24/09/2018 | lesaffaires.com

Le débat pré-électoral sur les enjeux environnementaux sera diffusé en direct sur LesAffaires.com dès 19h30.

Nos déchets, ce nouvel or brun

Édition du 28 Juillet 2018 | Alain McKenna

L’économie de marché ­peut-elle sauver la planète?  ­Oui, répond d’emblée l’Alliance canadienne pour l’innovation.

«Le véritable enjeu de la SAQ»... de 2005 à aujourd'hui

#90ansenaffaires | On parle beaucoup de la Société des alcools du Québec (SAQ) du Québec ces derniers jours...