L'ADN d'un top recruteur

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

L'ADN d'un top recruteur

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

[Illustration : Dorian Danielsen]

SOMMAIRE DU DOSSIER


Les meilleurs recruteurs se distinguent par des aptitudes qui relèvent de plusieurs champs de compétences. Regard sur le bagage des recruteurs d'exception avec cette infographie interactive!





Passez sur chaque image pour afficher le texte!


1. Un tempérament de vendeur


C'est essentiel, car son travail consiste en quelque sorte à vendre un poste aux candidats. Il évite toutefois de dorer la pilule. Sinon, la recrue dira bye-bye boss ! Et on attire ainsi des candidats plus sérieux.


2. Au parfum de tout


Le parfait recruteur connaît sur le bout de ses doigts la nature des postes qu'il propose, de sorte qu'il peut réduire l'incertitude des candidats. Sa chasse aux talents repose aussi sur une veille des mouvements des concurrents et des tendances clés en recrutement.


3. Des antennes partout


Le recruteur qui se distingue est un as du réseautage. Piquer un brin de jasette avec les employés des bureaux et des usines est aussi une de ses tactiques. Après tout, ils sont les meilleurs ambassadeurs de l'entreprise.


4. Le cellulaire au bout des doigts


Environ 70 % des chercheurs d'emploi veulent pouvoir poser leur candidature via leur téléphone mobile, selon la plateforme de recrutement Jibe. Toutefois, peu d'entreprises ont optimisé la section carrières de leur site Web pour les mobiles. Les recruteurs à la fine pointe l'ont déjà fait ou du moins ils ont budgété cette dépense.


5. Un côté geek


Quelque 93 % des recruteurs utilisent les médias sociaux dans le cadre de leur travail, selon un sondage de la plateforme de recrutement Jobvite. Mais 18 % d'entre eux seulement se considèrent comme des experts. Un recruteur exceptionnel fait partie de ceux-là. Il utilise aussi les médias sociaux pour montrer l'aspect humain de l'organisation. Une stratégie qui booste la capacité d'attraction de l'entreprise.


6. Le sens de la pub


Comme un publicitaire, le bon recruteur s'efforce de comprendre son public cible pour déterminer ce qui le motive. Il adapte aussi son approche à la clientèle visée. Et pour mettre en oeuvre ses idées, il s'inspire de modèles marketing tels l'AIDA (Attention, Intérêt, Désir, Action).


7. Une bonne écoute


Pour trouver les bons fits et détecter les mauvais, il faut laisser les candidats parler et les interroger sur leurs attentes. Pour la même raison, le recruteur supérieur à la moyenne s'assure de bien comprendre les besoins du gestionnaire en quête de personnel plutôt que de s'en remettre à la description de tâches.


8. Une attitude sympa


Les recherches démontrent qu'un recruteur performant allie des connaissances solides à une personnalité engageante. Une combinaison cruciale, car le recruteur reflète l'organisation et donne le pouls de l'ambiance de travail. En conséquence, «l'expérience candidat» fait partie des priorités de l'excellent recruteur. Il a compris que les meilleurs talents choisissent leur employeur. Et que ceux qui se sont frottés à des intervieweurs arrogants et méprisants se feront un plaisir d'en parler à leurs 1 202 amis Facebook.


9. Un don pour faire parler les chiffres


En matière de recrutement, un employeur canadien sur cinq seulement a recours à l'analyse de données, d'après CareerBuilder.ca. En scrutant les chiffres, le top recruteur optimise le processus, établit de meilleures stratégies, diminue les coûts et cerne les canaux d'embauche qui mènent à une meilleure rétention du personnel. Et il se projette loin devant les concurrents.


10. Un esprit créatif


Le recruteur exemplaire varie ses méthodes. Et pour dénicher les meilleurs profils et les candidats passifs, il fait preuve de créativité. Comme cette directrice des ressources humaines de l'entreprise alimentaire française Michel et Augustin, qui a scandé ses offres d'emploi dans le métro de Paris.


Merci à Lucie Morin, professeure titulaire à l'École des sciences de la gestion de l'UQAM et auteure de Fidéliser ses employés, à Simon Lauzier, consultant en stratégies d'attraction et sourcing chez Viaconseil, et à Florian Pradon, stratège en acquisition de talents chez Nurun.


SOMMAIRE DU DOSSIER


1. Les 300 c'est...
2. Agrandir pour attirer plus de clients
3. Implanter de nouveaux systèmes informatiques
4. Rendre sa production encore plus efficace
5. Des stratégies payantes
6. Mille milliards... d'actif !
7. L'artiste devenue entrepreneure
8. Vaillancourt continue d'ouvrir ses horizons
9. Se relever et se diversifier
10. Faire sa place parmi les grands
11. Mini révolution dans le monde de la consultation
12. L'ADN d'un top recruteur
13. Des Y parlent à coeur ouvert
14. Durer à l'international

À suivre dans cette section


image

Sommet sur l'énergie

Mardi 23 janvier


image

eCommerce

Mardi 30 janvier


image

Financement PME

Mercredi 31 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mardi 06 février


image

Usine 4.0

Mercredi 14 mars


image

Objectif Nord

Mardi 24 avril


image

Rémunération globale

Mercredi 25 avril


image

Femmes leaders

Mercredi 16 mai

À la une

La blockchain au profit de l'humanité

17/01/2018 | François Remy

BLOGUE. Non, ce n’est pas le sermon du nouveau messie de la tech mais le critère d'un financement pour start-up.

Attachez vos ceintures, les cryptos nous emmènent vers le futur

15/01/2018 | François Remy

BLOGUE. Il serait bon d’embarquer dans l’industrie des cryptos tout comme il l’était avec l’auto… en 1920.

Apple va investir 350 milliards US aux États-Unis

17/01/2018 | LesAffaires.com et AFP

Le géant annonce aussi une facture fiscale salée de 38G$US après la nouvelle réforme et un bonus de 2500$US par employé.