Que pensent vraiment les jeunes de l'entreprise?

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Que pensent vraiment les jeunes de l'entreprise?

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Par Matthieu Charest

SOMMAIRE DU DOSSIER


Difficile de prendre le pouls des PME québécoises sans ausculter le point de vue de la relève. Impensable même. Et cette relève, c'est la génération Y (les 15 à 35 ans) qui en porte le flambeau. Afin de mieux comprendre la vision de cette génération montante, Les Affaires a discuté avec quatre jeunes professionnels de 23 à 29 ans qui occupent des postes clés au sein de PME d'ici. Pour obtenir la vérité, rien que la vérité sur ce qu'ils pensent vraiment de l'entreprise dans laquelle ils travaillent, nous leur avons promis l'anonymat. Résultat : munis de prénoms fictifs, ces «Y masqués» nous livrent un jugement parfois caustique, parfois approbateur, mais toujours franc sur leur entreprise.


Page 1- Catherine: «Je pousse ma luck un peu»
Page 2- Charles: «J'ai mis cartes sur table»
Page 3- Félix: «On a l'impression de changer les choses»
Page 4- Léa: «Tu dis ce que tu fais et tu fais ce que tu dis»


Catherine*


Région : Montréal


Secteur d'activité : Génie


Poste : Ingénieure


Dire que Catherine n'a pas la langue dans sa poche, c'est un euphémisme. Avec elle, pas de surprises ni de gants blancs. «Je "pousse ma luck un peu", dit-elle, sourire en coin. Mais bon, je suis faite comme ça. Je suis très consciente du fait que je suis très critique.»


Relations entre collègues


La transition entre l'université et le marché du travail s'est plutôt bien passée pour la jeune ingénieure. «J'ai fait quatre stages pendant mes études. J'avais déjà eu des contacts avec le milieu.» Son premier grand choc est survenu lors de son premier stage. «J'ai fait une blague un peu déplacée à un collègue, et c'est monté jusqu'aux ressources humaines ! J'ai vraiment eu l'impression d'être dans une garderie, pas dans un bureau d'adultes.»


Dans son poste actuel, au sein d'une firme montréalaise de génie qui compte quelques dizaines d'employés, elle déplore le manque de chaleur entre collègues. «On se connaît tous, mais on garde notre vie privée, privée. Ça me déçoit un peu. J'aimerais ça qu'on sorte plus. Je trouve qu'on est un peu "plates"...»


L'affrontement des générations


«Je trouve que dans notre génération [les Y], nous sommes des idéalistes. Ça crée un clash assez violent avec les X [les 35 à 55 ans], qui sont très désillusionnés. Ils l'ont eu plus difficile en entrant sur le marché du travail, et ça fait peut-être en sorte qu'ils sont très business, qu'ils travaillent de longues heures. Moi, en sortant de l'école, on me courait après. Je pouvais être difficile, et choisir mon employeur.» Toutefois, quand elle regarde ce qui s'est produit chez SNC-Lavalin, elle se désole du traitement qu'a subi sa génération : «Ce sont encore les jeunes qui ont payé pour les erreurs des autres», laisse-t-elle tomber.


Autre différence générationnelle, selon Catherine : le respect et l'intérêt pour la multidisciplinarité. «Les ingénieurs sont souvent convaincus qu'ils en savent plus que les autres. Je pense que les plus jeunes sont plus respectueux envers les autres professions, et plus curieux aussi.»


Liste de souhaits


Loin de penser que son entreprise fait du surplace, c'est plutôt la culture du risque qui inquiète la jeune femme. «On prend un peu trop de risques à mon goût.»


Les marchés se suivent, mais ne se ressemblent pas, rappelle-t-elle. «On se lance souvent dans de nouveaux projets sans être suffisamment préparé.»


Sur sa liste de souhaits, Catherine voudrait plus de rétroaction. «Mais on n'a jamais le temps», déplore-t-elle. Elle souhaiterait aussi moins d'économies de bout de chandelle. «Franchement, installer un support à vélo, ce n'est pas la mer à boire.»


Cependant, loin de démolir son employeur, elle souligne que ses patrons ne ratent aucune occasion de relever ses bons coups et qu'ils n'hésitent jamais à payer des formations. «Je suis là pour le challenge. Je suis heureuse dans mon travail, c'est valorisant. Si j'étais là pour remplir des documents Excel, je m'en irais.»


SOMMAIRE DU DOSSIER


 


À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

ROI marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Science des données

Mardi 12 février


image

Pénurie de talents

Mercredi 13 mars


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai

À la une

La guerre en Asie est-elle inévitable?

17/11/2018 | François Normand

ANALYSE - Les similitudes entre l'Europe en 1914 et l'Asie de l'Est en 2018 sont troublantes. Voici pourquoi.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

17/11/2018 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

16/11/2018 | Martin Jolicoeur

Quelle entreprise a vu la valeur de son action dégringoler de 36,98% en cinq jours?