Bourse: -13% pour La Baie, -2% pour Dollarama...

Publié le 06/12/2017 à 09:48, mis à jour le 06/12/2017 à 16:55

Bourse: -13% pour La Baie, -2% pour Dollarama...

Publié le 06/12/2017 à 09:48, mis à jour le 06/12/2017 à 16:55

(Photo: Getty)

La Bourse de New York, sans entrain, a fini sans direction mercredi, hésitant notamment entre les secteurs de l'énergie et de la technologie.


La Banque Laurentienne (LB) a limité la casse au lendemain d'une annonce inquiétante. La direction a tenté de rassurer les investisseurs, mardi, après que l'institution eut confirmé qu'elle devrait racheter pour 180 millions $ de prêts hypothécaires pour lesquels des irrégularités ont été découvertes. «Ça pourrait être pire», estime RBC. Il faut voir le bon trimestre derrière l’irrégularité, dixit Financière Banque Nationale. et ce serait même une occasion d’achat sur faiblesse, conseille BMO.


La Compagnie de la Baie d'Hudson (HBC) a cédé 13% à 10,35$, après avoir annoncé une perte de 243M$ ou 1,33 $ par action au troisième trimestre, une perte deux fois plus importante que celle de 125 millions $ ou 69 cents encaissée au même moment l'an dernier. Ses ventes trimestrielles sont passées de 3,3 milliards $ il y a un an à 3,16 milliards $ cette année. Elle admet que les postes abolis dans le cadre de sa restructuration ont causé des défis opérationnels, surtout du côté des affaires en ligne. Les bannières de HBC incluent La Baie, Lord and Taylor, Saks Fifth Avenue, Gilt, Saks Off 5th, le groupe allemand Galeria Kaufhof et Galeria Inno, une chaîne belge.


État de la situation


Selon les résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average, l'indice vedette de Wall Street, a reculé de 39,73 points, à 24.140,91 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, a pris 14,16 points, à 6.776,38 points.


L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,01%, ou 0,30 point, à 2.629,27 points.


Les trois indices ont oscillé entre pertes et gains pendant toute la séance.


Contexte


À Toronto, le TSX a reculé de 0,03% à 15910 points.


La Bourse de New York, sans entrain, a fini sans direction mercredi, hésitant notamment entre les secteurs de l'énergie et de la technologie: le Dow Jones a cédé 0,16% tandis que le Nasdaq a gagné 0,21%.


"On a commencé la journée avec des Bourses moroses à la fois en Asie et en Europe", a rappelé Art Hogan de Wunderlich Securities.


Plusieurs nouvelles peu favorables à la prise de risques ont ensuite émaillé la séance, qu'il s'agisse de la "consternation autour de la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d'Israël", de "la réduction de l'écart entre les taux d'emprunt à court terme et ceux à long terme", ou de "la baisse des cours du pétrole de près de 3%", a-t-il ajouté.


L'indice représentant le secteur de l'énergie au sein du S&P 500 a ainsi reculé de 1,29%.


ExxonMobil a reculé de 0,74% à 82,28 dollars, Chevron de 0,65% à 119,61 dollars et ConocoPhillips de 1,66% à 50,38 dollars.


 


Le rebond du secteur technologique (+0,75% au sein du S&P 500) a permis au marché des actions de se maintenir à flot.


Cette position attentiste n'est toutefois pas surprenante selon William Lynch de Hinsdale Associates dans la mesure où la progression des indices s'est encore accélérée la semaine dernière dans la perspective de l'adoption par le Sénat de sa version de la réforme fiscale, qui est finalement intervenue ce week-end.


La prochaine étape est maintenant de concilier ce texte avec celui adopté mi-novembre par la Chambre des représentants.


Les indicateurs du jour étaient plus ou moins conformes aux attentes: les créations d'emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis ont continué de progresser comme prévu en novembre, de bon augure avant la publication vendredi du rapport mensuel officiel sur le marché du travail, et la productivité dans le pays a confirmé sa progression de 3% au troisième trimestre.


L'indice représentant l'industrie de la finance au sein du S&P 500 s'est lui replié de 0,34%.


Titres en action


Les attentes étaient fort élevées à l’égard des résultats de Dollarama (DOL, 152,97$) et en dépit d’un bénéfice par action supérieur aux prévisions, les analystes vont certainement se dire déçus sur le plan des ventes. La chaîne de magasins à produits bon marché a dégagé un bénéfice par action de 1,15$, en hausse de 25% sur le même trimestre de l’an dernier. Les analystes tablaient sur un bénéfice de 1,10$ l’action. Les ventes ont cependant augmenté de 9,7% pour s’établir à 810,6M$, moins que celles de 824,9M$ visées par les analystes. La société a par ailleurs relevé certaines prévisions financières pour l’exercice 2018. L'action perd 2,7%.


Le gestionnaire d’actifs montréalais Fiera Capital (FSZ, 13,44$) perd 3,4%. Il a annoncé après la clôture des marchés mardi des placements par prise ferme qui lui permettront de garnir son trésor de guerre de 150M$ en vue de financer des acquisitions et de rembourser des emprunts. La société émettra 5,77 millions d’actions à un prix de 13$, inférieur à son cours de fermeture de mardi. La société dirigée par Jean-Guy Desjardins a aussi conclu une entente avec un syndicat de preneurs fermes qui prévoit la vente de débentures portant un taux d’intérêt de 5%. Cette transaction lui permettra de recueillir 75M$.


Au sud de la frontière, le géant de la rénovation Home Depot (HD, 182,85$US) tient sa journée des investisseurs ce mercredi. Il a annoncé un programme de rachat d’actions de 15G$US et s’est fixé un objectif de revenus se situant entre 114,7 et 119,8G$US, indique Reuters. La société a par ailleurs confirmé sa prévision de bénéfice de 7,36$US pour l’exercice 2017. L'action se replie de 1,47%.


Le groupe DaVita bondit de 10,48% à 67,32$US après l'annonce du rachat de sa filiale regroupant des réseaux de médecins par l'assureur United Health, qui prend 0,29% à 220,72$US, pour 4,9 milliards de dollars.


La chaîne de pharmacies Walgreens monte de 1,01% à 70,89 dollars après avoir annoncé l'acquisition pour environ 416 millions de dollars de 40% dans la société chinoise Sinopharm Holding Guoda Drugstores, qui compte environ 3500 magasins. 


Après les avertissements de JPMorgan Chase (-0,75% à 104,93 dollars) et Bank of America (-1,00% à 28,64 dollars) mardi sur la baisse importante des recettes générées par leurs activités spéculatives au quatrième trimestre, c'était au tour mercredi de Citigroup (-1,44% à 75,44 dollars) de prévenir que l'ensemble de ses activités de courtage allaient fortement chuter sur la même période.


Parmi les autres valeurs du jour, le groupe DaVita a bondi de 13,57% à 69,20 dollars après l'annonce du rachat de sa filiale regroupant des réseaux de médecins par l'assureur United Health (-0,07% à 219,94 dollars) pour 4,9 milliards de dollars.


La chaîne de pharmacies Walgreens est monté de 1,24% à 71,05 dollars après avoir annoncé l'acquisition pour environ 416 millions de dollars de 40% dans la société chinoise Sinopharm Holding Guoda Drugstores, qui compte environ 3.500 magasins.


Le secteur de la santé fait actuellement l'objet de grandes manoeuvres, à l'instar du mariage à 69 milliards de dollars officialisé lundi entre la chaîne de pharmacies CVS et l'assureur Aetna.


La chaîne de magasins de bricolage et d'articles de maison Home Depot, qui a présenté aux investisseurs ses priorités stratégiques et ses objectifs financiers d'ici 2020, a cédé 1,12% à 180,80 dollars.

Sur le même sujet

Bourse: record d'altitude pour les actions canadiennes

Mis à jour à 11:46 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Wall Street avance aussi ce mercredi, attendant une hausse de taux de la Fed et des annonces du Congrès.

Méfiez-vous de l’impôt si vous achetez des fonds et des FNB d'ici Noël

Il ne reste plus que quelques jours pour réduire l’impôt à payer sur les distributions que verseront plusieurs fonds.

À la une

Attention aux conseils du beau-frère

Édition de Novembre 2017 | Simon Diotte

Il roule en grosse voiture, occupe un poste de cadre, porte la cravate et parle d'investissement d'un ton ...

La Fed relève ses taux pour la 3e fois

14:01 | LesAffaires.com et AFP

Robuste croissance, faible taux de chômage, relance fiscale: la banque centrale américaine a réagi comme prévu.

Les syndicats prévoient une guerre de tranchées entre Boeing et Bombardier

13:09 | Julien Arsenault, PC

À six jours d'une décision de Washington sur la CSeries, les représentants des travailleurs se montrent pessimistes.