Bourse: Wall Street fragilisée par le bras de fer entre Pékin et Washington

Publié le 19/06/2018 à 09:30, mis à jour le 19/06/2018 à 17:11

Bourse: Wall Street fragilisée par le bras de fer entre Pékin et Washington

Publié le 19/06/2018 à 09:30, mis à jour le 19/06/2018 à 17:11

Ébranlée par l'exacerbation des rivalités commerciales entre la Chine et les États-Unis, la Bourse de New York a terminé dans le rouge mardi, son indice vedette finissant en baisse pour la sixième séance de suite.


À Toronto, l'indice S&P/TSX a terminé la journés sur un recul de 67 points, ou de 0,41%, à 16 136,53 points.


À New York, le Dow Jones  a cédé 1,15% à 24 700,21 points. Le S&P 500, qui représente les 500 plus grosses valeurs de Wall Stret, a reculé de 0,40% à 2 762,57 points. Le Nasdaq, à forte composante technologique, a perdu 0,28% à 7 725,58 points.


Contexte


Les Bourses mondiales évoluent dans le rouge, inquiètes de l'escalade des menaces commerciales entre la Chine et les États-Unis.


Relisez le blogue Guerre commerciale: un stratège augmente son encaisse


L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a dévissé de 1,77% mardi, sur des craintes d'intensification des tensions commerciales.


Même si les indices ont limité leurs pertes en fin de séance, ils ont été lestés dès l'ouverture par l'escalade des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis. 


«Les actions baissant le plus sont celles qui sont les plus susceptibles de souffrir des sanctions commerciales», à l'instar de Boeing (-3,84%), Caterpillar (-3,62%), ou Deere (-3,73%), a relevé Alan Skrainka de Cornerstone Wealth Management.


Les constructeurs automobile General Motors et Ford, qui vendent un nombre de voitures important en Chine, ont aussi cédé respectivement 3,85% et 0,83%.


Les groupes spécialisés dans les semi-conducteurs, particulièrement présents dans ce pays, ont plus ou moins limité les dégâts: Intel a reculé de 0,54%, Qualcomm de 0,84% et Nvidia de 1,86%.


Apple a baissé de 1,62%. Selon le New York Times, l'administration américaine a promis au groupe informatique de ne pas inclure les iPhone fabriqués en Chine dans la liste des produits frappés de taxes supplémentaires. 


«Ces grandes multinationales ont vraiment besoin de la Chine comme relais de croissance», a souligné Gregori Volokhine de Meeaschaert Financial Services. «Il ne faut pas oublier que si la croissance mondiale ralentit à cause de la rhétorique de Trump, les entreprises américaines seront aussi touchées», a-t-il ajouté. 


Jusqu'à présent, nombre d'acteurs du marché considéraient que l'imposition de 25% de taxes additionnelles sur 50 milliards de dollars de biens chinois décidée par Washington, suivie de représailles similaires de Pékin, représentaient plus une bataille commerciale dans un vaste jeu de négociations qu'une véritable guerre ouverte.


Mais le président américain Donald Trump a annoncé lundi soir son intention d'imposer 10% de taxes additionnelles sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises supplémentaires, éveillant la crainte d'une réelle escalade pouvant freiner la croissance mondiale.


Sabotage à Tesla


«Si l'inquiétude est réelle, si l'incertitude est réelle, il ne s'agit pas du dernier mot sur ce sujet. Les deux parties ont fortement intérêt à coopérer et à parvenir à un accord», a toutefois estimé M. Skrainka. 


«Au final, la baisse des indices au cours des dernières séances est plutôt continue», a aussi remarqué M. Volokhine. «Le problème est surtout qu'on ne sait pas vraiment où (Donald Trump) veut en venir, qu'on a surtout l'impression que toute cette bagarre est surtout destinée à son électorat» à l'approche des élections législatives de mi-mandat en novembre, a-t-il ajouté.


Dans tous les cas, cette approche protectionniste laisse les investisseurs sur leurs gardes.


Signe de leur attrait pour les actifs jugés moins risqués, le marché obligataire montait: le taux d'intérêt sur la dette américaine à 10 ans reculait en fin d'après-midi à 2,889% contre 2,917% lundi soir, et celui à 30 ans à 3,023%, contre 3,049% à la précédente fermeture.


Parmi les autres valeurs du jour, GameStop, une chaîne de magasins dédiée aux jeux vidéo, s'est apprécié de 3,62% alors que la société a confirmé être en discussions avec des parties tierces en vue d'une éventuelle transaction.


Le fabricant de voitures électriques Tesla a chuté de 4,93%. Son PDG Elon Musk a, dans un courrier interne, accusé un employé de «sabotage» et de vol d'informations «ultra sensibles» transmises à des «parties tierces inconnues».


Le laboratoire Foundation Medicine s'est envolé de 28,46% alors que le groupe pharmaceutique suisse Roche a annoncé vouloir débourser 2,4 milliards de dollars (2 milliards d'euros) pour s'emparer des parts qu'il ne détenait pas encore dans l'entreprise américaine.


Agenda


Les ministres de l'Opep prennent la route de Vienne pour assister à des réunions qui s'annoncent tendues vendredi et samedi, où l'Arabie saoudite et la Russie comptent bien persuader les autres membres d'augmenter leurs objectifs de production.


Titres en actions


Parmi les titres en action ce mardi, le transporteur à rabais Swoop, une filiale de WestJet, est prêt à décoller. Suivez les autres titres qui font bouger les investisseurs en cliquant ici.


 


image

Forum TI DevOps

Mercredi 12 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 18 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 19 septembre


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre

Sur le même sujet

Voici comment «acheter canadien» à l'épicerie

Apporter son patriotisme au supermarché est plus facile à dire qu'à faire. Voici un petit guide pratique.

Refus du CETA par l'Italie: les appellations d'origines en cause

13/07/2018 | AFP

La majorité parlementaire au pouvoir à Rome rejette l'accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada.

À la une

Pourquoi les titres de télécom reviennent dans les grâces de cet analyste

BLOGUE. Le recul de 8% du secteur au premier semestre attire l'oeil d'un analyste, à l'aube des résultats trimestriels.

Loblaw contre l’ARC: l'avocat plaide l'absence de preuve

Un avocat des Compagnies Loblaw a indiqué mardi, devant un tribunal de Toronto, qu'il n'existait aucune preuve ...

Salon de Farnborough: l'industrie aéronautique québécoise plus active

13:50 | Julien Arsenault, PC

Au deuxième jour du Salon international de l'aéronautique de Farnborough, au Royaume-Uni, mardi, ...