Bourse: Apple pèse désormais 922 G$; le Nasdaq au record

Publié le 12/03/2018 à 09:57, mis à jour le 12/03/2018 à 16:48

Bourse: Apple pèse désormais 922 G$; le Nasdaq au record

Publié le 12/03/2018 à 09:57, mis à jour le 12/03/2018 à 16:48

Par AFP

(Photo: Getty)

Apple, première entreprise du monde par capitalisation boursière, a dépassé lundi les 920 milliards de dollars. Wall Street a terminé en ordre dispersé, l'indice Dow Jones (-0,62%) souffrant des craintes d'une guerre commerciale mondiale attisée par Donald Trump tandis que le Nasdaq (+0,36%) a fini à un nouveau record.


Apple (AAPL) a atteint un nouveau sommet historique après avoir brièvement grimpé au-dessus de 182 $ en milieu de journée. Une capitalisation boursière de 922 milliards de dollars place le fabricant de l'iPhone bien devant Alphabet (800 G$) et Amazon (770 G$).


Apple a annoncé lundi qu'elle achetait le service d'abonnement au magazine Texture, et l'entreprise SVP Eddy Cue a déclaré à SXSW qu'un rapprochement entre Netflix et Disney était peu probable.


À la clôture


L’indice vedette de la Bourse de Toronto, le TSX a clôturé à 15 604,79 points, en hausse de 26,98 points (Volume: 244,11 millions).


Le dollar canadien s’est légèrement renchéri à 77,94 cents US, en hausse de 0,06 cent.


L'indice vedette Dow Jones Industrial Average a perdu 157,13 points à 25.178,61 points


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a pris 27,51 points à 7.588,32 points.


L'indice élargi S&P 500 a abandonné 0,13%, ou 3,55 points, à 2.783,02 points.


L'once d'or à New York a perdu de la hauteur à 1320,80 $ US, en baisse de 3,20 $ US


Le baril de pétrole a terminé la séance à 61,36 $ US, en baisse de 0,68 $ US.


Contexte


"Le marché a été agité. L'inquiétude est assez évidente et on l'a observée à travers les grandes industries exportatrices américaines telles que Boeing: la crainte d'une guerre commerciale augmente", a noté Peter Cardillo de First Standard Financial.


L'avionneur américain a perdu 2,91% à 344,19 dollars le jour du 31e anniversaire de son entrée dans l'indice Dow Jones, un anniversaire partagé avec la firme Coca-Cola (-0,65% à 44,53 dollars).


"Toutes les multinationales sont exposées aux menaces de rétorsion", a noté quant à lui Art Hogan de Wunderlich Securities. 


La commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmström a affirmé lundi que l'Union européenne se défendrait face à ceux qui veulent l'"intimider" par des mesures protectionnistes après que M. Trump a imposé des droits de douane de 25% sur l'acier et 10% sur l'aluminium. 


Signe de l'appréhension des marchés, les valeurs de l'industrie regroupées au sein de l'indice S&P 500 ont perdu 1,17%, de loin la plus forte chute parmi les 11 secteurs qui composent l'indice élargi.


Selon Tom Cahill de Ventura Wealth Management, il est toutefois "trop tôt pour paniquer", les mesures concrètes n'ayant pas encore été annoncées. 


Par ailleurs, l'indice Nasdaq a été peu influencé par le contexte et a affiché un nouveau record, les entreprises de la technologie étant pour le moment épargnées par les inquiétudes sur une guerre commerciale. 


Le marché obligataire se détendait nettement: le taux d'emprunt à 10 ans des Etats-Unis reculait à 2,864% contre 2,894% vendredi soir, et celui à 30 ans baissait à 3,123% contre 3,158% en fin de semaine dernière.


Titres en action


L’exploitant des St-Hubert et d’autres chaînes de restaurants Cara Operations (CARA, 24,09$) a dévoilé vendredi soir des résultats supérieurs aux attentes à son quatrième trimestre. La société a aussi annoncé une hausse de dividende de 5%. Dans une note initiale sur les résultats, Sabahat Khan, de RBC Marchés des capitaux, dit s’attendre à une réaction positive des investisseurs lundi matin. L’entreprise qui exploite plus de 1000 restaurants tient une téléconférence avec les analystes à 9h ce lundi. Le titre est en baisse de 7,2% à ce jour en 2018.


Brad Sturges, de l’Industrielle Alliance, fait passer sa recommandation pour le titre de Cominar (CUF.UN, 12,93$) de conserver à acheter, afin de refléter sa valorisation attrayante, une meilleure gouvernance, ainsi qu’une amélioration attendue du bilan dans les 12 prochains mois. L’analyste fait du coup passer sa cible de 14$ à 14,50$.


Patricia A. Baker, de Banque Scotia, a présenté vendredi ses prévisions de résultats du troisième trimestre d’Alimentation Couche-tard (ATD.B, 64$), attendus le 20 mars. Elle anticipe un bénéfice de 0,80$US par action, mieux que celui de 0,77$ l’action visé par l’ensemble des analystes. Si Mme Baker a raison, cela représenterait un bond de 51% par rapport au bénéfice par action dégagé il y a un an. Elle s’attend à ce que la marge à la pompe s’élève à 20 cents US par gallon, comparativement à 18,3 cents un an plus tôt. Le trimestre reflètera aussi les plus récentes acquisitions, CST Brands et Holiday. Mme Baker laisse sa recommandation à surperformance et sa cible à 76$.


Stephen D. Walker, de RBC Marchés des capitaux, abaisse sa cible pour le titre de Barrick Gold (ABX, 11,82$US), la faisant passer de 17$ à 16$. Il fait toutefois passer sa recommandation de neutre à surperformance.


En Europe, Airbus(AIR.PA, 98,35 euros) prend 0,17% à 98,50 euros, après la signature avec Turkish Airlines d'un protocole d'accord pour l'acquisition de 25 long-courriers A350-900 pour un montant au prix catalogue de 7,9G$US.


 


image

Objectif Nord

Mardi 25 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 03 octobre


image

Marché du cannabis

Mercredi 10 octobre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

ROI Marketing

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier

À la une

Dieu du Ciel: faire mousser la croissance

14:38 | Fanny Bourel

PME DE LA SEMAINE. Il y a 20 ans ce mois-ci, la microbrasserie Dieu du Ciel lançait son premier pub à Montréal.

Une référence pour les exportateurs et les investisseurs canadiens

Nous publions un livre numérique regroupant les meilleures analyses géopolitiques du journaliste François Normand.

Le titre de Médiagrif pourrait valoir 12 à 17 $ dans une vente

Mis à jour à 15:42 | Dominique Beauchamp

Le PDG tire sa révérence, ce qui déclenchera sans doute la mise en vente de l'exploitant de cybermarchés.