Bourse: Wall Street calme, mais dispersée

Publié le 09/08/2018 à 10:35, mis à jour le 09/08/2018 à 16:45

Bourse: Wall Street calme, mais dispersée

Publié le 09/08/2018 à 10:35, mis à jour le 09/08/2018 à 16:45

[Photo: Getty Images]

Wall Street a clôturé en ordre dispersé jeudi au terme d’une séance calme marquée par des chiffres favorables sur les allocations chômage et une chute de l’action Tesla dans un contexte de potentiel retrait de l’entreprise de la cote.


Selon les résultats définitifs à la clôture, l’indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,29 %, à 25.509,23 points.


Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s’est apprécié de 0,04 % à 7.891,78 points.


L’indice élargi S&P 500 a lâché 0,14 % à 2.853,58 points. Tout près de son record historique de 2.872,87 points atteint en janvier, cet indice a de nouveau échoué à le dépasser.


La Bourse de Toronto a clôturé en hausse jeudi, alors que les tensions avec l'Arabie saoudite semblaient s'amenuiser.


L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a grimpé de 101,90 points à 16 416,98 points, soutenu par les gains des secteurs des technologies de l'information, de la finance et des matériaux.


Sur le marché des devises, le dollar canadien s'est négocié au cours moyen de 76,69 cents US, en hausse de 0,07 cent US par rapport à la veille.


« Les investisseurs ont tenté de faire avancer les actions, mais ont été confrontés à une séance aux échanges très limités », a indiqué Quincy Krosby de Prudential.


Signe d’une accalmie dans les échanges, la spécialiste a relevé le net recul de l’indice de volatilité de Wall Street depuis début juillet, un indicateur donnant une idée des mouvements à la hausse et à la baisse.


« Avec une telle volatilité, il y a peu de chances que les indices aillent dans une quelconque direction », a encore affirmé Mme Krosby.


La séance de jeudi a été marquée par une baisse surprise des demandes hebdomadaires d’allocations chômage, montrant un marché du travail de plus en plus orienté vers le plein emploi.


« Nous n’apercevons pour le moment pas réellement d’effet de la guerre commerciale sur le niveau de l’emploi », ont réagi les analystes de Barclays.


Les nouvelles sur ce front sont restées calmes jeudi au lendemain de l’annonce chinoise de taxes punitives sur 16 milliards de dollars de biens importés des États-Unis, une sanction similaire à celle annoncée mardi par Washington.


En plein cœur de l’été et avec des volumes d’échanges en baisse, les observateurs du marché suivaient par ailleurs le « feuilleton Tesla », né d’un tweet de son PDG Elon Musk mardi affirmant qu’il envisageait une sortie de la Bourse si l’action du constructeur automobile atteignait 420 dollars.


Après un bond mardi et une baisse mercredi, le cours a fortement reculé de 4,83 % jeudi.


Le marché obligataire se détendait : vers 20H25 GMT, le rendement sur la dette américaine à dix ans baissait à 2,925 % contre 2,960 % à la clôture mercredi, et celui à 30 ans reculait à 3,069 % contre 3,110 % la veille à la clôture.


 


image

Sécurité alimentaire

Mardi 13 novembre


image

Expérience client

Mercredi 14 novembre


image

Communication interne

Mardi 27 novembre


image

Gestion de la formation

Mercredi 05 décembre


image

Intelligence artificielle

Mercredi 05 décembre


image

Contrats publics

Mardi 22 janvier


image

Santé psychologique

Mardi 22 janvier


image

Sommet Énergie

Mardi 29 janvier


image

Financement PME

Mercredi 30 janvier


image

Sécurité alimentaire

Mercredi 06 février


image

Science des données

Mardi 12 février

Sur le même sujet

«Dieselgate»: Opel rattrapé à son tour par la justice

11:17 | AFP

Le constructeur automobile est accusé d’avoir «mis en circulation des voitures avec un logiciel illégalement manipulé».

Miser sur le pétrole canadien est-il un bon pari?

BLOGUE. La chute dramatique du cours du pétrole canadien réveille le réflexe à contre-courant des financiers.

À la une

Prise en mains du Pixel 3 de Google : Android comme on le voudrait... ou presque

Il y a 52 minutes | Alain McKenna

BLOGUE. Au moins, l’équation IA + logiciel + matériel de Google tient la route.

Cet analyste croit que le plan stratégique de Fiera est réaliste

James Gloyn, de Financière Banque Nationale, compare la croissance nécessaire avec la croissance passée.

Fiera veut faire partie du top 100 mondial

Édition du 13 Octobre 2018 | Stéphane Rolland

Fiera Capital (FSZ, 12,58 $) ambitionne de figurer parmi le top 100 des plus importants gestionnaires d'actifs à ...