Rogers bat les attentes, l'action à un sommet

Publié le 15/02/2013 à 11:36, mis à jour le 15/02/2013 à 11:42

Rogers bat les attentes, l'action à un sommet

Publié le 15/02/2013 à 11:36, mis à jour le 15/02/2013 à 11:42

Par Yannick Clérouin

L’action de Rogers Communications grimpe de près de 5 % vendredi matin, soulevée par des résultats supérieurs aux prévisions à son quatrième trimestre et ce, malgré l’annonce-surprise du départ de son PDG.


Pour la période de trois mois terminée le 31 décembre, Rogers a réalisé un bénéfice net de 455 M$ ou 0,88 $ par action, une hausse de 30 % par rapport au bénéfice de 350 M$ ou 0,66 $ par action il y a un an.


Les analystes tablaient sur un bénéfice de 0,72 $ par action.


Les recettes de Rogers ont progressé de 3 % pour s’établir à 3,26 G$, contre 3,15 G$ il y a un an.


Rogers a bénéficié d’une forte croissance du nombre d’abonnés à ses services de téléphonie mobile et du contrôle serré de ses coûts.


Jeudi soir, la société de téléphonie et de câblodistribution a surpris les observateurs en annonçant le départ de son président et chef de la direction, Nadir Mohamed, en janvier 2014. Celui-ci était chez Rogers depuis 2000. Lisez notre texte sur le départ du PDG.


Rogers a par ailleurs annoncé qu’elle relevait son dividende annuel de 10%, de 1,58 $ par action à 1,74 $ par action.


L’action de Rogers a grimpé de 20 % au cours de la dernière année.


 


 

À suivre dans cette section

SUIVI RAPIDE DE TITRES

Sur le même sujet

Réagissez à cet article
 commentaires

À la une

CSeries: Boeing et Airbus ont peur, selon Bombardier

27/02/2015 | Martin Jolicoeur

Qu’elle y croit ou non, la direction de Bombardier a affiché une confiance à la limite de l'insolence.

REER : 4 étapes pour les retardataires

Mis à jour à 08:45 | Dominique Lamy

Impossible de procrastiner davantage : vous n’êtes qu’à quelques heures de la date butoir.

Le pétrole entraîne le Venezuela dans sa chute

27/02/2015 | François Normand

ANALYSE. La chute du prix du pétrole provoque une crise économique et sociale qui pourraient déstabiliser le Venezuela.