Les marchés : un léger recul dans une journée sans vagues

Publié le 28/07/2010 à 16:20, mis à jour le 28/07/2010 à 16:19

Les marchés : un léger recul dans une journée sans vagues

Publié le 28/07/2010 à 16:20, mis à jour le 28/07/2010 à 16:19

Par lesaffaires.com

Photo : Bloomberg

Les bourses nord-américaines ont connu un deuxième recul consécutif mercredi, les investisseurs étant déçus par un recul des ventes biens durables pour un deuxième mois consécutif alors qu’on s’attendait à une progression, un autre signe que la reprise serait en train de s’estomper.


La parution du livre beige de la Réserve fédérale américaine a également fait état d’autres signes de perte de vitesse, ce qui n’a pas aidé au moral sur les parquets à New York et Toronto.


De plus, les investisseurs restent attentifs à la baisse de la confiance des consommateurs qui pourraient être le signe d’un ralentissement de la reprise économique.


Somme toute, la journée a tout de même été relativement calme, avec des pertes modérées, souligne Neil Matheson, vice-président économie et gestion de portefeuilles chez Investissements Standard Life. « On a vu plusieurs signes d’instabilité depuis quelque temps, mais ça ne s’est pas manifesté aujourd’hui. »


Selon lui, les investisseurs sont passés en mode attente après les gains des derniers jours. IL faut dire que la première évaluation de la croissance du PIB des États-Unis pour le second trimestre doit être annoncé plus tard cette semaine.


Mais il n’est pas impossible qu’on assiste à une prise de profits depuis hier, ajoute M. Matheson.


PLUS: Une autre fuite au Manitoba plombe les résultats d’Enbridge


Le S&P/TSX a reculé de 30,17 points, pour atteindre 11 686,52 points à Toronto. Teck Ressources s’est déprécié de 1,6 % à 35,33 $ alors que l’entreprise a affirmé que les normes de protection de la flore aquatique feront augmenter le coût d’exploitation de ses mines. En réaction à la fuite d’un oléoduc dans le Michigan, Enbridge a reculé de 1,9 % à 50,59 $.


L’affront de Casey’s qui veut doper la valeur de son titre n’a pas nuit à Couche-Tard qui a gagné 2,5 % à 21,85 $. Comme il fallait s’y attendre l’offre a profité à Casey’s, dont le titre a pris 3,7 % à 37,86 $.


PLUS : Casey’s offre encore plus que Couche-Tard pour ses actions


Chez nos voisins du sud, le Dow Jones a perdu 39,73 points à 10 497,96 points. Le S&P 500 s’est replié de 7,72 points pour atteindre 1 106,12 points. Le Nasdaq a suivi la même trajectoire, effaçant 23,69 points pour atteindre 2 264,56 points.


Le dollar canadien s’est déprécié de 0,20 cent pour atteindre 96,36 cents US.


L’or a progressé de 2.40 $ et se transige à 1 160,40 $ US l’once. Le prix du baril de pétrole a perdu 0,51 $, à 76,99 $ US.


image

Femmes Leaders

Mardi 16 mai


image

FinTech

Mercredi 31 mai


image

Communication interne

Mercredi 07 juin


image

Fusions-acquisitions

Mercredi 07 juin


image

Fraude alimentaire

Mardi 12 septembre


image

Forum TI

Mercredi 13 septembre


image

Gestion de l'innovation

Mercredi 20 septembre


image

Gestion du changement

Mercredi 18 octobre


image

Parcs industriels

Mardi 21 novembre

Sur le même sujet

Canam et Lumenpulse: la Bourse, «qu'ossa» donne pour le Québec?

28/04/2017 | Stéphane Rolland

Expertises montréalaises, protection des sièges sociaux, des experts parlent des impacts de la Bourse sur l’économie.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour le 28/04/2017 | lesaffaires.com

Voici ce qui donnera le ton sur les marchés financiers en cette dernière séance de la semaine.

À la une

Vidéo: Home Capital Group aura du mal à se remettre de la crise

29/04/2017 | Denis Lalonde

GESTIONNAIRES EN ACTION. Home Capital Group fait face à une crise de confiance qui pourrait bien causer sa perte.

Chef de la direction de IBM: hausse de salaire méritée?

BLOGUE INVITÉ. Facile de demander aux actionnaires de patienter quand on devance sa récompense.

Long tweet à Donald Trump: vous bluffez

29/04/2017 | François Normand

ANALYSE. Les États-Unis bénéficient de l'ALÉNA, et en sortir serait compliqué. Et Donald Trump le sait sans doute.